MUZZIKA ! TURQUIE-GRÈCE: DERVA TÜRKAN & SOKRATIS SINOPOULOS, « Soundplaces »

TURQUIE-GRÈCE : DERVA TÜRKAN & SOKRATIS SINOPOULOS, « Soundplaces » (Seyir Muzik)

Le Turc Derva Türkan et le Grec Sokratis Sinopoulos partagent la passion pour le même instrument : le violon « kemençe » en turc ou « lyra » en grec, petit instrument à trois cordes, datant de l’époque byzantine, instrument central dans la musique classique pendant les siècles de l’Empire Ottoman. Nos deux artistes dialoguent ici dans un album empreint d’une intense spiritualité.

Derva et Sokratis sont liés par une amitié qui remonte à leur adolescence, et ils ont déjà enregistré plusieurs albums ensemble. Mais ce projet d’un disque en duo, qui fait chanter leurs deux instruments seuls, était un rêve de toujours, nous expliquent-ils dans le livret. Ils l’ont conçu comme un voyage à travers des lieux, en Grèce et en Turquie, qui les inspirent : notamment Istanbul, qui fut longtemps la capitale de cet Empire Ottoman qui réunissait les actuelles Grèce et Turquie dans un même ensemble ; les îles grecques des Cyclades ; la ville turque de Konya, centre des derviches Mevlevi, adeptes du soufisme ; la ville de Smyrne, aujourd’hui en Turquie, mais qui fut multi-culturelle jusqu’au début du XX° siècle, et qui abrita une riche tradition de Rebetiko, ces chants populaires grecs.

L’association de deux violons seuls pourrait sembler austère à prime abord. Mais la magie de nos artistes tient à ce qu’ils transfigurent leurs instruments : tantôt le violon se fait souffle léger et évoque la flûte turque « nay » ; tantôt l’un des violons devient base rythmique pendant que son alter ego joue une ligne mélodique ; tantôt nos deux violons dialoguent et se répondent telles des voix humaines. Les plages du disque s’écoulent, et l’on est saisi d’un intense sentiment d’intériorité et de spiritualité - qui culmine avec le titre « Konya », dédié à la ville soufie…

Une belle réussite, et qui prouve, en ces temps où Grèce et Turquie s’affrontent à nouveau pour des enjeux matériels en mer Méditerranée, à quel point ces deux cultures furent liées, et demeurent cousines, soeurs osons-nous dire…

https://www.sokratissinopoulos.com/about/

www.seyir-muzik.com

Related Posts

MUZZIKA ! ALGÉRIE-FRANCE : DOUAR TRIO, DOUCEUR, INTERIORITE ET VOYAGES…

10/12/2019

Voilà une bien jolie surprise : Douar Trio, formation composée de Rabah Hamrene au ‘oud, Pierre Lordet à la clarinette basse et Florent Hermet à la contrebasse. Un disque tout en douceur et en intériorité, qui nous emmène sur des terres imaginaires, à mi-chemin entre Bretagne et Monde arabe. Car nos compères artistes nous l’expliquent : « douar » est à la fois un mot arabe qui signifie « village », et un mot breton qui veut dire «terre ». Belle trouvaille donc que le nom de ce trio, et surtout : magnifique musique !

MUZZIKA ! LE MUSICIEN TURC MEHMET POLAT MARIE LE ‘OUD ET LE JAZZ

14/11/2019

BAB aime depuis longtemps le ‘oudiste turc Mehmet Polat, et a déjà salué nombre de ses disques (http://www.babelmed.net/article/3883-muzzika-avril-2017/ ). Le dernier, « Quantum Leap », ne fera pas exception à la règle ! Tant le ‘oud nerveux et dynamique de l’artiste, qui aime plus que tout marier sa musique à toutes les autres, nous séduit, par sa modernité, sa manière d’habiter totalement le temps présent.

MUZZIKA ! FRANCE-BRETAGNE-MAROC : BAB EL WEST, MARIAGE ROCK ENTRE LE MAROC ET LA BRETAGNE

25/11/2019

Perros-Guirrec et la Bretagne seraient-elles l’un des nouveaux creusets de la musique arabo-maghrébine ? Il faut le croire, avec ce nouvel album, très réussi, du groupe maghrébo-breton Bab el West, qui réunit les Bretons Clément Vallin (basse) et Marc Dupont (batterie), aux côtés des Maghrébo-Français Habib Farroukh (guitare / chant), Hamza Bencherif (guitare électrique) et Nidhal Jaoua (qanun) (avec aussi comme invités sur cet album Yannick Jory (saxophone) et Jean-Luc Thomas (flûte), amis d’enfance de Perros-Guirrec…, ainsi que Hamza Bencherit à la guitare et Nidhal Jaoua au qanun, tous entourés ici de quelques autres artistes invités.