Lilia El Golli, La réalité est une vision d'optique.

"Revisiter 10 ans de photographies n'a pas été une mince affaire puisqu'il s'agissait d'épurer au maximum les séries existantes et de constituer d'autres auxquelles je tenais depuis longtemps. Regarder en arrière, comme le conseille Annie Leibovitz, a du bon, car j\'ai découvert des pépites" explique la photographe Lilia El Golli.

La photographe franco-tunisienne nous offre une plongée dans une décénnie de son travail. Son travail sensible, mêle documentation du réel, comme lorsqu'elle nous donne à voir les portraits des Oubliés, mais aussi création artistique très forten comme dans Superstitions moléculaires.

Un travail à découvrir sur son site : Lilia El Golli, La réalité est une vision d'optique.

Crédit : Lilia El Golli, Les oubliés

Crédit : Lilia El Golli, Les oubliés

Related Posts

Les arts plastiques en Tunisie sur la sellette face à un iconoclasme officiel !

14/09/2012

icono_110Une ambiance inquisitoire politique extrême s’est installée à La Marsa, à El Abdellya, autour d’une exposition d’art très innocente. La Tunisie doit-elle vivre au rythme des harcèlements iconoclastes de quelques extrémistes religieux…

Cléo, une militante transgenre réfugiée en Tunisie

06/06/2016

cleo0-110Originaire du Bénin, Cléo* a quitté son pays en raison de sa transsexualité et de son militantisme. Elle vit en Tunisie depuis quelques années et a récemment obtenu le statut de réfugié. Elle nous raconte son combat et son parcours. Inkyfada

Tunisie. La société civile face aux défis de la transition

14/11/2015

defis 110

Depuis le printemps 2011 et le renversement du régime de Ben Ali, la Tunisie apparaît en quête de repères et expérimente un relatif foisonnement de la vie démocratique. Tout juste auréolé du prix Nobel de la paix en octobre 2015 qui récompense le travail de la société civile au cœur des défis de la transition (syndicats, ONG, associations, médias alternatifs, etc.), le pays reste confronté à d’incessantes menaces et instabilités. Reportage documentaire d’Olivier Roux, lauréat du concours JJEM  –  Jeunes Journalistes en Méditerranée .