M comme Mecque

M comme Mecque ou Mecca en arabe. L'image de l'esplanade de la Mecque vide a choqué tous les musulmans. C'est la première fois depuis probablement des siècles que le premier lieu saint de l'Islam est déserté. La vision de la Qaaba se dressant seule dans ce vide leur a glacé le sang.

C'est vers ce cube noir que cinq fois par jours ils se prosternent, et voilà qu'il est à présent interdit aux pèlerins. Au début, les fidèles algériens ont ignoré les consignes du gouvernement et continué à s'entasser par centaines dans les mosquées, particulièrement pour la grande prière du vendredi.

La parole du Pouvoir n'étant pas crédible et encore moins transparente les citoyens n'ont pas pris la mesure du risque. Le gouvernement considéré comme illégitime par beaucoup a largement contribué à cette inconscience. L'interdiction n'est intervenue qu'après des jours de flottement après consultation des autorités religieuses qui bien entendu ont conseillé dans un premier temps de n'autoriser que les hommes.

Pas de femmes ni enfants selon on ne sait quel obscur raisonnement. Les appels des médecins et de nombreux citoyens et la décision d'interdiction dans d'autres pays musulmans ont finalement mis fin à cette situation ubuesque. Presque fin car les islamistes sont partis en guerre contre la fermeture des mosquées exigeant même « que les casernes doivent être fermées aussi ».

D'anciens leaders du mouvement islamiste sont sortis de l'ombre pour exhorter les gens à prier devant les portes des lieux de culte. Bien que cela soit un gros effort pour les fidèles de se passer de leurs mosquées, les islamistes ont peu de chances de les convaincre de braver l'interdiction des prières collectives. La Mecque est bien confinée non?

Related Posts

Coup de jeune pour le féminisme algérien

12/11/2020

Elles sont jeunes, brillantes et courageuses. Elles multiplient leurs espaces sur les réseaux sociaux et y poursuivent leur combat mené aussi dans la rue dans le mouvement du Hirak.

Narrimene à Alicante, Wiame à Paris, Hanane à Bruxelles, Lily à Alger, Farida à Oran et des dizaines d'autres à travers l’Algérie sont le nouveau visage du féminisme algérien et vont là où leurs ainées n’ont pas osé s'aventurer.

ALGÉRIE : les artistes engagés dans le soulèvement populaire

10/05/2019

« Beaucoup de photographies ont changé le cours de l’histoire ». Liasmine Fodil n’est pas une adepte de la photographie de rue. C’est par civisme que la jeune femme d’une trentaine d’années, reconvertie en photographe professionnelle il y a peu, est descendue dans les rues de Tizi Ouzou, l’objectif autour du cou, le 26 février dernier, premier mardi de marche des étudiants.

En Algérie, le site « Féminicides Algérie » redonne une identité aux femmes assassinées

09/11/2020

Hadda, 45 ans, tuée d’un coup de hache pour une histoire d’héritage est la dernière victime recensée par le site « Féminicides Algérie ». Elle devient ainsi la 43e femme assassinée en Algérie depuis le début de l’année. Sa disparition serait cependant restée méconnue si elle n’avait pas été publiée sur le site fondé par Wiame Awres et Narimane Mouaci. C’est justement pour ne pas que toutes ces femmes, tuées pour leur condition de femmes, tombent dans l’oubli que ces deux Algériennes ont eu envie de créer une plateforme de recensement des féminicides en Algérie.