E - Équinoxe : substantif masculin (latin aequinoctium)

E comme Équinoxe d’un Printemps sous le signe de l’Ennui. D’ordinaire, le 20 mars marque le commencement du r-Éveil des jours qui s’allongent. D’ordinaire, c’est plutôt avec bonheur et Entrain que nous accueillons le fait que pour les trois mois à venir, chaque journée sera encore plus longue que la précédente.

 

 

Je ne pensais pas poster une notice sur le temps qui passe ou qu’il fait, mais le confinement est là pour forcer l’attention au ralentissement concomitant au changement des saisons. Ce temps qui nous effraye parce qu’il passe trop lentement tout en passant trop vite. Il s’étire. Il s’allonge. Il se rétracte. Il se contracte. À croire qu’il fait de la gymnastique ! Il est finalement comme tous ceux qui malgré l’interdiction de sortir, arpentent les rues en tenue de sport car confinement ou non, il faut savoir forme garder et si en plus on pouvait se donner l’air…

Le temps est contraint à lui-même. Comme nous, il s’ennuie un peu, beaucoup, sans trop de passion. Mais l’ennui – homo sapiens sapiens, l’a oublié – est nécessaire à la régulation de nos imaginaires, de nos rêves s’il en est encore.

 

Paris, vendredi 20 mars 2020

Related Posts

B comme binational

23/03/2020

B comme binational. Deux nationalités, deux pays et donc double ration de stress. Je suis, comme tous les confinés, accrochée à mes écrans pour suivre la situation en France, appeler toutes les secondes ma famille et mes amis disséminés dans Paris et sa banlieue. J'ai aussi les yeux qui brûlent à force de lire les internautes algériens et de fixer mon Facetime avec l'autre partie de ma famille et amis en Algérie.

D - Dépression : substantif féminin (latin depressio)

27/03/2020

Quand elle ne s’apprivoise plus, la souffrance est invivable au sens où elle vous empêche de vivre. Plus rien n’est alors possible, pas même mourir puisqu’en un sens, mort, vous l’êtes déjà ou plutôt une partie de vous l’est.

Incertitude et peur à la veille des élections en Algérie

11/12/2019

Nassima et Ilhem, deux jeunes algériennes vivant à Alger ont confié à BAB leurs ressentis à la veille des élections présidentielles prévues jeudi 12 décembre. Malgré les craintes de l'inconnu, toutes deux sont déterminées à poursuivre un changement qui, pour elles, est en cours.