C - Commun ?

 

Qu’avons-nous encore en commun?
 

Des voix espèrent que ce confinement, qui nous ramène tous dans le dedans - celui de nos demeures et celui de nos êtres - nous redonne un sens du commun, justement parce que nous sommes privés de partager l’espace commun. Mais le partagions-nous seulement vraiment ?

Qu’avons-nous encore en commun ? Pour le moment nous partageons la contrainte et l'interdit. Le commun par la soustraction. Alors que le commun devrait être addition.
 

Qu’avons-nous encore en commun? Le fait d’être ramené à notre condition de commun des mortels, d’être mortel. Encore une soustraction.
 

Le sens commun ? Mais finalement ce commun là aussi est perdu, sinon nous n’en serions pas là.
 

Particulier. Individuel. Nous ne savons plus quoi faire du commun.

Peut-être que ce que nous avons en commun, malgré tout, c’est l’envie de vivre, et qu'après des semaines à devoir faire face à la fragilité de notre commun, nous serons capables d’en créer un plus beau.

Related Posts

D - Déni. Nom masculin (de dénier)

30/03/2020

Le déni est l'attitude de refus de prendre en compte une partie de la réalité, vécue comme inacceptable par l'individu. En psychanalyse (Verleugnung) c'est un mécanisme de défense, par lequel le sujet refuse de reconnaître la réalité d'une perception ressentie comme menaçante et/ou traumatisante. (Wikipedia )

(P) Q

06/04/2020

Le couvre-feu international nous rapproche, paradoxalement : nous n’avons jamais autant appelé au téléphone nos proches, nos amis, jamais envoyé autant de sms et de mails « perso ». Et nous qui faisons partie d’une diaspora, comme la Libanaise que je suis, n’avons jamais autant correspondu avec nos cousins et notre famille, éparpillés dans le monde entier !

P comme… le Paradoxe du confinement

21/04/2020

Le COVID 19 agit-il comme un Poison dans la société ? Certains estiment qu’il s’est répandu sans qu’on y prenne garde. Ou trop tard pour l’endiguer, ce qui revient au même puisqu’il nous maintient en Prisonnier.es dans nos propres maisons.