B comme binational

B comme binational. Deux nationalités, deux pays et donc double ration de stress. Je suis, comme tous les confinés, accrochée à mes écrans pour suivre la situation en France, appeler toutes les secondes ma famille et mes amis disséminés dans Paris et sa banlieue. J'ai aussi les yeux qui brûlent à force de lire les internautes algériens et de fixer mon Facetime avec l'autre partie de ma famille et amis en Algérie.

Et les deux pays m'énervent. C'est quoi cette soudaine fièvre du jogging? Je n'ai jamais vu certains de mes proches parisiens faire du sport et voilà qu'ils ont un besoin impérieux de courir dans les rues ou dans les parcs.

Et les Algériens? C'est si vital de se serrer la main et de s'embrasser? J'apprends avec rage que ma cousine se marie et qu'elle a même osé inviter tout le monde. Pourquoi ne restent-ils pas tous chez eux les Algériens et les Français?

Je voudrais que tous mes proches et mes connaissances des deux côtés de la Méditerranée arrêtent de se comporter comme des irresponsables et respectent les consignes de confinement. Je ne peux pas continuer à angoisser pour deux pays moi!

Related Posts

G - Glander : verbe intransitif (argot)

21/04/2020

Le temps aurait-il décidé de nous laisser glander ? Je ne sais pas vous, mais moi je suis en passe de passer maître dans l’art de glandouiller. N’allez pas croire que ce soit une mince affaire. Loin de là ; glander nécessite une grande lucidité face aux situations dans lesquelles on peut se trouver, surtout si c’est une situation comme celle que nous subissons depuis près d’un mois avec ce confinement.

D - Dépression : substantif féminin (latin depressio)

27/03/2020

Quand elle ne s’apprivoise plus, la souffrance est invivable au sens où elle vous empêche de vivre. Plus rien n’est alors possible, pas même mourir puisqu’en un sens, mort, vous l’êtes déjà ou plutôt une partie de vous l’est.

Q - Quarantaine : substantif féminin (italien quarantena)

21/04/2020

40 ans. L’âge du bilan. C’est comme si la vie me remettait les rênes de mon existence. Comme si jusque-là, je n’avais fait qu’être portée par les événements traversés à l’ombre du mal tapi. La maladie parfois nous sauve et on ne le réalise que lorsqu’elle s’installe dans la durée. On apprend à être patient et même un peu résilient. La maladie nous met à l’épreuve. Elle désinhibe et comme la mort, elle force les autres à prendre position. La plupart du temps, on se retrouve seul car en réalité peu de gens comprennent.