Une vie indépendante: toujours plus tard

mena 545

L’infographie élaborée par Visualizing a recours à la métaphore de la course à pied pour dénoncer une des conséquences du chômage et de la précarité qui caractérise la vie de milliers de jeunes de la région MENA et qui se traduit par la hausse progressive de l’âge auquel les jeunes quittent leur famille pour devenir indépendants.

En Extrême Orient où le taux de chômage des jeunes est de 10%, les jeunes femmes se marient autour de 25 ans, tandis que l’âge moyen des hommes accédant au mariage se situe autour de 27 ans.

En Amérique latine, où le taux de chômage s’élève à 14%, l’âge moyen des jeunes mariés est de 25 ans pour les femmes, 28 ans pour les hommes.

Mais c’est précisément au Moyen Orient et en Afrique du nord que le taux de chômage atteint une moyenne de 28% de la population. Aussi les jeunes hommes sont contraints d’attendre 29 ans pour se marier, l’âge moyen pour les jeunes femmes se situe en revanche autour de 24 ans.

Les conséquences ne sont pas des moindres : selon l’estimation de l’ILO, l’organisation Internationale du travail, réduire de moitié le taux du chômage chez les jeunes conduirait à une augmentation du PIL (Produit Intérieur Brut) correspondant à 25 milliards de dollars d’ici 2018.

 


 

http://visualizingimpact.org/visuals/the-long-run-youth-unemployment-in-mena

 
 
 
 
 
 
 
 
 

Related Posts

L’autre bord

26/10/2012

fadwa-3_110La masse humaine affluait lentement, chaque fois que les officiers israéliens nous permettaient de traverser la petite barrière par petits groupes.

Visite à Gaza

27/04/2009

Visite à GazaOn n’entre ou ne sort de Gaza que sur autorisation israélienne, délivrée dans l’arbitraire le plus total. Il est dit que ces autorisations seraient à l’heure actuelle accordées en principe aux humanitaires et aux diplomates.

Ecrivains des frontières. Voyage en Palestine(s)

01/03/2004

Ecrivains des frontières. Voyage en Palestine(s)Long-métrage documentaire Ecrivains des frontières a été tourné en Palestine et en Israël en mars 2002. Les réalisateurs, Samir Abdallah et José Reynès, avaient accompagné une délégation du Parlement International des Ecrivains, invitée à Ramallah par Mahmoud Darwich, l’un des fondateurs du P.I.E.