Cannes, côté sud (2004)

Cannes, côté sud (2004)
Sélection officielle
Deux films très attendues marqueront cette sélection officielle: La vie est un miracle d’Emir Kusturica (Bosnie) en compétition, et La porte du soleil (Bab el Shams) de Yousri Nasrallah (Egypte) hors compétition.
Cannes, côté sud (2004)  
Un certain regard ou la fin des rêves
Un autre film égyptien participe au festival, celui du grand réalisateur arabe, Youssef Chahine, déjà primé à Cannes pour son oeuvre, tandis que la rediffusion La bataille d’Alger du réalisateur italien Gillo Pontecorvo rompt le silence dans lequel l’avait confiné la France.
Cannes, côté sud (2004)  
La Quinzaine des réalisateurs et la Semaine internationale de la critique ou les à-côtés indispensables du festival
En marge de la sélection officielle, La Quinzaine des Réalisateurs est organisée par la Société des Réalisateurs de Films et s’attache à mettre en valeur le travail de jeunes réalisateurs venus du monde entier. Egalement parallèle au Festival de Cannes, la Semaine Internationale de la Critique s’est imposée comme un rendez-vous artistique de premier plan.

Dans les champs de bataille de Danielle Arbid
Mur de Simone Bitton
A Casablanca les anges ne volent pas de Mohamed Asli

Related Posts

Délivrances de Toni Morrison

10/09/2015

toni 110Chacun se cherche dans ce livre, chacun se débat avec des souvenirs atroces commis sur des enfants par des adultes détraqués, avides d’argent, d’émotions. Pourquoi les adultes ne comprennent-ils pas ?

Leila Sebbar, Malika Mokeddem, Maïssa Bey, Fatima Mernissi, Hélé Beji...

08/03/2005

merni jose 110Exploratrices de l’univers féminin, les écrivaines maghrébines affrontent la question de la langue et de l’identité en refusant de s’enfermer dans un discours exclusivement féministe.

Cannes côté Sud

15/11/2007

Cannes côté Sud Quelle place se frayent dans le Cannes des grandes productions les films méditerranéens? Fragments de réponse avec les articles d'Antonia Naim sur les cinématographies du sud. A lire aussi cet éclairage sur le cinéma marocain signé Fadwa Miadi et à relire les "chroniques du Festival de Cannes" de Mehmet Basutçu.