Isabelle Eberhardt, une vie rock'n'roll

Isabelle Eberhardt, jeune femme née en Suisse en 1877, d'une mère Russe et d'un père inconnu. Même si sa vie date d'un autre siècle, elle fait définitivement partie du "club des 27": elle a vécu une vie des plus rock'n'roll et elle est morte à 27ans. Ecrivaine, aventurière, convertie à l'islam, arabophone, complètement mordue du Maghreb, où elle finira par s'installer et mourir suite à la crue d'un oued. Dans une Europe qui vit un long siècle de paix Isabelle, opiniâtre et téméraire, mènera la vie dont elle a envie. Un parcours dont il faut prendre de la graine.

Dés le départ rien n'est dans les clous. Isabelle Eberhardt est née en Suisse en 1877 et elle porte le nom de sa mère, aristocrate russe. Car voilà : Isabelle n'a officiellement pas de père. Mais pour Edmonde Charles-Roux, journaliste et femme de lettres qui a publié une riche biographie de la jeune femme, Vava, le précepteur de ses frères (qui d'ailleurs l'élèvera comme un garçon) est son père. (https://www.persee.fr/doc/)

Isabelle Eberhardt grandit dans la Villa neuve, lieu qui a abrité "la bonté et la douceur de maman, les bonnes intentions, jamais réalisées, de Vava… et surtout, tout ce monde chaotique de mes rêves à moi", écrit-elle dans son oeuvre Les journaliers (https://ebooks-bnr.com/ebooks/pdf4/eberhardt). La jeune fille ne va pas à l'école, lit beaucoup, profite de l'éducation proposée chez elle, et rêve d'Orient dés son plus jeune âge.

 

Fichée par la police

Pas d'école. Et fichée par la police. C'est ce que l'on apprend lors d'une exposition organisée en 2019 en Suisse. Les visiteurs pouvaient ainsi lire la fiche de police qui lui était consacrée. Il y était question du fait qu'elle avait les cheveux courts, portait des pantalons et qu'elle marchait comme un homme. (https://www.tdg.ch/news/news/ecrits-originaux)

 

Un seul objectif en tête : le Maghreb

Dés son jeune âge Isabelle rêve de partir et du Maghreb. Elle avait échafaudé le projet qu'avec son frère Augustin, ils deviendraient interprètes d'arabe et de kabyle. Son frère prenant le large tout seul, Isabelle prend sa vie en main et décide de réaliser seule ses projets.

En 1900 elle écrit depuis Cagliari : « En cet instant, comme d’ailleurs à toute heure de ma vie, je n’ai qu’un désir : revêtir le plus vite possible la personnalité aimée qui, en réalité, est la vraie, et retourner là-bas, en Afrique, reprendre cette vie-là… »

Elle se rendra très rapidement et plusieurs fois en Algérie et en Tunisie. Son premier séjour a lieu en 1897, quand sa mère s'installe à Annaba. Elle y passe quelques mois, jusqu'à ce que sa mère décède. Elle retournera en Tunisie et en Algérie en été 1899 pour quelques mois. Puis en 1900, pour plusieurs mois encore, jusqu'à ce qu'elle soit blessée par le membre d'une confrérie, alors qu'elle vient de s'initier au soufisme. Elle s’installera un temps à Marseille, chez son frère Augustin, qui l'avait précédée sur les chemins du Maghreb, alors qu'elle rêvait de s’y rendre avec lui. En 1901 finalement elle s'installera en Algérie, elle se marie et commence à travailler comme journaliste.

https://diacritik.com

Se travestir pour vivre l'aventure

Isabelle utilise très tôt des pseudonymes pour écrire : des lettres personnelles comme des oeuvres littéraires. La jeune femme va plus loin, pour réaliser son rêve d'ailleurs elle n'aura pas peur de s'habiller en homme et de se travestie en cavalier arabe afin de partir à l'aventure et parcourir l'Algérie. (https://www.viabooks.fr/interview/tiffany-tavernier-revient-sur-les-traces-d-isabelle-eberhardt-83305).

 

Ecrire, écrire, écrire

De l'écriture, elle en vivra et en en mourra, à 27 ans. Alors que le 21 octobre 1904 à Aïn Sefra la crue de d'un oued emporte tout, Isabelle n'aurait pu se résoudre à quitter sa maison sans ses manuscrits. Elle se serait noyée dans sa maison en les cherchant. Le capitaine Lyautey envoie des hommes à sa recherche. Ils ramèneront ses manuscrits, qui sont ainsi parvenus jusqu'à nous. (embed vidéo)

-

https://www.arte.tv/fr/videos/085197-002-A/the-lost-ones-isabelle-eberhardt/

https://www.franceculture.fr/emissions/figures-libres/semelles-de-vent-sur-les-traces-d-isabelle-eberhardt

https://www.persee.fr/doc/homig_1142-852x_1989_num_1121_1_5792_t1_0044_0000_4

https://flockeo.com/isabelle-eberhardt-sahara/

http://pdf.flyingpublisher.com/IsabelleEberhardt.pdf

Related Posts

Égypte. « Le monde nous est devenu trop étroit »

13/05/2019

Migrations, un horizon qui se dérobe · Désert Arabique, dans l’est égyptien. Les Abaddeh ont subi les soubresauts du dérèglement climatique, de la « modernité », des politiques étatiques. Au point de devenir, au cours des dernières décennies, des étrangers dans leur propre pays.

Rendez-Vous de l’Histoire 2019 à Blois : les «maroquinades » sorties de l’oubli

20/10/2019

Parmi la centaine de sujets traités lors de ce marathon intellectuel de cinq jours d’octobre - sous formes de conférences, expositions, tables-rondes, séances de cinéma-, deux rencontres ont abordé –ou esquivé- le très délicat sujet des «maroquinades». Ce mot qui sent le soufre et la peur de l’Autre a été forgé très vite, après les viols de masse commis lors de la Libération en 1944, par les troupes françaises coloniales. Les sources historiques s’accordent désormais pour une estimation de plus de 10.000 viols perpétrés sur la traversée militaire de l’Italie, blessant et mutilant une grande majorité de femmes mais aussi des hommes (voir l’article très complet de Nathalie Galesne dans le dossier « Viols et violences en Méditerranée, ndlr).

Les étudiants syriens dans le dédale des universités allemandes

20/05/2019

Migrations, un horizon qui se dérobe · Sept cent mille réfugiés syriens vivent en Allemagne, dont plus de la moitié ont moins de 25 ans, selon l’Office allemand d’échanges universitaires. À quoi sont-ils confrontés quand ils cherchent à entrer à l’université, eux dont les études ont été interrompues par la révolution et la guerre ?