Partir | Simon Hartmann
Partir Imprimer
Simon Hartmann   
Partir | Simon Hartmann
Bari, Italie
Le 17 avril 2007, à 8 heures du matin, je quitte le village de Notre Dame de Bellecombe en Savoie, marchant le long de la route à demi enneigée, le pouce tendu vers l’inconnu. Après un dîner copieux et bien arrosé chez des amis, un peu plus bas dans la vallée, me voici à la mi-journée, traversant le tunnel du Mont-Blanc à bord d’un camion de marchandises italien. Le cœur gros, atteignant Aoste à la tombée de la nuit, je rends visite à mon amie Susanna, serveuse dans un bar de la vieille ville...

C’est ainsi que commença mon voyage autour du bassin méditerranéen. Un vieux rêve concocté et devenu réalité pour aller au delà de mes idées préconçues, pour percer le mystère d’une certaine identité culturelle méditerranéenne, pour que l’intelligence grandisse au contact des autres… Par soif d’aventure, par désir d’apprendre et besoin de rencontres, pour palier à l’ennui des manuels scolaires. Pour aller à la rencontre de l’Autre et de moi-même.

Le 29 septembre, à 13 heures, le Ibn Tarek Ziyad - l’un des plus vieux ferries établissant la liaison Alger - Marseille - entre en vue des côtes françaises. La ressemblance avec Alger la blanche fait sourire bon nombre des passagers, les hauteurs du Vieux Port ayant le même reflet que les ruelles de la Casbah. Après une bonne heure d’attente, je pose le pied sur le sol du port autonome de Marseille, face à la rue de la république en pleine transformation. Amaigri, quelques dinars algériens en poche et un sac presque vide, je peine à réaliser la joie immense de ce qui est en train de s’accomplir : la fin d’un voyage de sept mois durant lequel j’ai pu rencontrer tant de destins croisés et de lieux singuliers, mettre en perspective les réalités observées. Des instants de joie et d’autres de souffrance, des amitiés nouées, une mémoire débordante de souvenirs.
Partir | Simon Hartmann
Itinéraire de Simon
J’aimerai ici offrir mon regard sur le monde méditerranéen, l’ouverture qui s’est immiscée en moi à l’issue de cette expérience. Un passeport français et deux mois de salaire en poche, m’ont suffit pour parcourir pendant 6 mois le pourtour méditerranéen d’Athènes à Alger en passant par Istanbul, Beyrouth, Damas, Jérusalem, Le Caire, Alexandrie, Tripoli et Bejaia entre autres. Une invitation au voyage et aux rencontres, aux découvertes, en confrontant la réalité au mythe de la Méditerranée.
Simon Hartmann
(02/01/2008)

mots-clés: