MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu T
MUZZIKA ! Octobre 2016 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

La Syrie à l’honneur ce mois-ci, avec la ‘oudiste Waed Bouhassoun et la flûtiste Naïssam Jalal. Le ‘oud encore, avec le jazzman Tunisien Dhafer Youssef, au faîte de son inspiration. Et un ‘oud plus traditionnel avec l’Egyptien Mohamed Abozekry, qui ressuscite son Egypte perdue à partir de Grenoble où il vit désormais. Des cordes encore, avec la guitare flamenca Juan Carmona, qui rentre d’une tournée en Asie. Et nos joyeux lurons des Moussu T e lei Jovents reviennent nous chanter, en occitan et en français, des chansons qui décrassent nos oreilles et notre conscience…

 


 

MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu TWAED BOUHASSOUN, La voix de la passion, Buda Musique

« Aujourd’hui, je te salue, toi venu de la tribu des terres fertiles.

Que s’abatte l’oiseau de la mort sur le traître à sa patrie (…)

Ma tribu n’a pas de reproches à me faire.

Qu’elle garde ses blâmes pour ceux qui l’ont trahie (…)

Si nous ne regagnons pas nos droits perdus

Nous ne serons plus dignes de vivre ici (…) »

ou encore :

« Le sort est une roue qui tourne

Aujourd’hui il est contre nous (…)

Pleurs sur les jours de bonheur passés

Lorsque nous étions protégés par nos chefs (…) »

En cette période où le monde pleure le sort qui afflige la Syrie, Waed Bouhassoun n’a pas choisi par hasard les poèmes arabes classiques qu’elle nous chante ici… Et tout le disque respire une tristesse et un désespoir infinis, et ces chants nous parlent aussi de guerres qui durent dans cette région, comme dans le reste du monde, depuis des siècles, et qui se répètent toujours…

L’artiste, née en pays druze en Syrie, chante ici deux types de chants, très différents : le chant « nabatéen », typique de Syrie et aussi du Liban, et le chant andalou, développé dans l’Espagne musulmane d’autrefois. En gros, le premier a donné, au XX° siècle, Wadih el Safi, le deuxième a donné le chaâbi algérien.

Et ce chant « nabatéen », particulièrement vivace dans les régions druzes, et souvent interprété à voix nue, représente sans doute l’essence même du chant arabe : du moins, l’on s’imagine très bien que lorsque Qays, l’amoureux « fou de Leyla », chantait ses odes d’amour à son adorée, il le faisait ainsi…

Qays dont l’un des poèmes a été choisi par notre musicienne qui le met en musique, ainsi que d’autres poèmes arabes anciens. Une autre partie du disque consiste en des chants traditionnels de la région.

Saluons la parution de ce disque, qui offre au public un florilège d’un patrimoine musical d’un extraordinaire raffinement et d’un âge très ancien, et qui est menacé aujourd’hui par le conflit ravageur qui décime le pays…

//Waed Bouhassoun : La voix de la passion Waed Bouhassoun : La voix de la passion

http://www.waedbouhassoun.com/Waed_Bouhassoun/Waed_Bouhassoun.html

 


 

MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu TDHAFER YOUSSEF, Diwan of Beauty and Odd, OKeh

Dhafer Youssef doit définitivement être considéré comme l’un des jazzmen, issu du monde arabe, les plus talentueux de la scène actuelle, aux côtés d’un Anouar Brahem ou d’un Ibrahim Maalouf. Et ceux d’entre vous qui ne le connaîtraient pas encore en auront la preuve éclatante avec ce dernier disque, le septième album de l’artiste. Pour cet album, notre ‘oudiste jazzman est parti enregistrer à New York, entouré ici d’artistes de jazz américains de la nouvelle génération d’Outre-Atlantique, qui mériteraient également d’être glorifiés.

Nous avons notamment été scotchée par la performance de Aaron Parks au piano, qui sur plusieurs compositions mène un dialogue subtil avec le ‘oud de Dhafer Youssef, les deux instruments brillant également à l’oreille.

Et l’Orient dans tout ça ? Outre l’instrument même du ‘oud bien sûr, il est bien là, par les chants soufflés en arabe par Dhafer Youssef sur certaines compositions, mais surtout, par l’ESPRIT de ce disque, encore plus que par des formes musicales typiquement « orientales » : toute une intériorité, une mélancolie, qu’affectionnent les musiciens arabes mais qui, comme le prouvent un Liszt, un Keith Jarrett ou un Ludovico Einaudi, ne sont pas l’apanage des seuls artistes orientaux…

//Dhafer Youssef - Diwan Of Beauty And Odd (New Album Trailer 01) Dhafer Youssef - Diwan Of Beauty And Odd (New Album Trailer 01)

 

www.dhaferyoussef.com

www.okeh-records.com

 


 

MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu TNAÏSSAM JALAL & Rhythms of resistance, Almot wala almazala, RFI Talent/Métisse Musique

Le disque s’ouvre sur une introduction très onirique : le son de la flûte de Naïssam Jalal, seule, dans une mélodie ni orientale ni occidentale - venue du Ciel peut-être ?…Flûte qui nous envoûte, car la flûte est l’instrument même de l’envoûtement, que l’on songe aux histoires allemandes de joueurs de flûte que suit aveuglément tout un village, ou aux cobras féroces charmés par la flûte d’un charmeur de serpents en Inde…

Après ce solo de flûte s’introduit le rythme pulsé d’une batterie, qui donne le ton de l’album : jazz. La flûte alors, enhardie par cette compagnie, s’envole dans des circonvolutions très free-jazz, c’est-à-dire d’une liberté telle qu’il est impossible, à l’écoute de quelques notes ou mesures, de deviner quelles notes ou mesures suivront. « Ma démarche n’a pas changé, je suis toujours à la recherche d’une musique (…) tournée vers l’inconnu, cette musique neuve que l’on crée dans la spontanéité » : l’artiste syrienne nous explique sa démarche dans le livret…

« Almot wala almazala » signifie « La mort plutôt que l’humiliation », et c’était l’un des slogans de la manifestation pacifique du peuple syrien, descendu dans les rues au Printemps 2011 exprimer sa révolte. Naïssam en a fait le titre d’une de ses compositions, et de l’album.

Elle laisse ici s’épanouir son talent, et, à l’instar de Dhafer Youssef que nous venons de saluer, entre à son tour au panthéon des jazzpeople d’aujourd’hui - non pas « jazzwoman arabe », car cela serait trop restrictif, mais « jazzwoman » tout court. Bravo Naïssam !

//RFI Talent: Naïssam Jalal - Almot Wala Almazala RFI Talent: Naïssam Jalal - Almot Wala Almazala

www.naissamjalal.com

 


 

MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu TMOHAMED ABOZEKRY, Karkadé, Jazz Village

Le karkadé est cette infusion rouge obtenue à partir de l’hibiscus, et que l’on aime boire, fraîche, en Egypte en été. C’est aussi le nom d’un restaurant égyptien à Grenoble, où le ‘oudiste égyptien Mohamed Abozekry a débarqué récemment, et où il a passé de longues soirées, soignant son mal du pays à l’aide de l’un des remèdes les plus efficaces en la matière : la musique et la danse du pays natal…

Voilà un album de compositions de ce jeune artiste, où les amoureux de l’Egypte retrouveront toute l’ambiance à la fois nonchalante et joyeuse de cette terre. Compositions aux rythmes typiquement égyptiens - ceux-là mêmes sur lesquels dansent les danseuses du ventre des cabarets du Caire ; morceaux plus savants inspirés de la musique classique arabe, telles que l’a popularisée un Mohamed Abdel Wahab ; ou poème d’amour mis en musique : à partir de la France où il vit Mohamed Abozekry a ressuscité son pays perdu, ainsi que le font, depuis toujours, nombre de musiciens exilés loin de chez eux…

//Mohamed Abozekry - Karkadé (Live) Mohamed Abozekry - Karkadé (Live)

 


 

MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu TJUAN CARMONA Septet, Perla de Oriente, Nomades Kultur/L’Autre Distribution

Voici le talentueux Juan Carmona qui nous conte son voyage en Asie - Chine, Taïwan et Corée du Sud - en musique, emmenant sa guitare flamenca de plus en plus vers l’univers jazz. La flûte aérienne et inspirée de Domingo Patricio accompagne merveilleusement ce voyage à la fois en Orient - qui passe par le (Moyen)-Orient ! - et vers l’univers libre du jazz. Les autres musiciens du septet servent pareillement d’écrin, et de complices, à une guitare à la fois plus intense et plus intime que jamais. Nous on adore Juan Carmona depuis longtemps, et ça ne change pas !

//JUAN CARMONA • Perla de Oriente (Clip Officiel)JUAN CARMONA • Perla de Oriente (Clip Officiel)

www.juancarmona.com

 


 

MUZZIKA ! Octobre 2016 | Waed Bouhassoun, Naïssam Jalal, Dhafer Youssef, Mohamed Abozekry, Juan Carmona, Moussu TMOUSSU T E LEI JOVENTS, Navega ! World Village/PIAS

Voici le petit dernier du groupe Moussu T et lei Jovents, que nous aimons beaucoup, pour leur chansons joyeuses, enracinées dans un terroir - Marseille, ou plutôt La Ciotat où est ancré le groupe, c’est-à-dire la région de Marseille - et dans une langue, l’occitan, que le groupe veut réhabiliter, et revendique comme identité propre et comme mode de résistance à une langue unique/pensée unique qui voudrait nous faire tous parler/penser pareil…

Rythmes rocks (« Cosmopolida »), balades douces (« Liseron »), description désenchantée de la vision d’un monde « qui fait mal » (« Aquo mi fa mau »), hommage aux années 20 que le groupe adore et à Louise Brooks qui en fut l’une des égéries (« Louise B. »), les amoureux de Moussu T retrouveront avec plaisir ici l’univers poético-engagé du groupe de musiciens-travailleurs-en-bleu-de-travail-avec-casquette-ouvrière qu’ils aiment tant ! A Marseille et dans la région, où ils sont très populaires, leurs concerts suscitent des enthousiasmes fous !

//Moussu T e lei Jovents / Teaser "Navega !" Moussu T e lei Jovents / Teaser "Navega !"

http://www.moussuteleijovents.com/index2.html

 


 

Nadia Khouri-Dagher

n.khouri@orange.fr