MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine Belmokh
MUZZIKA ! Décembre 2015 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

Coup de coeur ce mois-ci pour Taxidi, groupe de musiques voyageuses venu de Belgique. De Belgique toujours, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin nous offre un duo qui réconcilie les musiques arménienne et turque, qui ne faisaient qu’une dans des bien des villes d’Asie mineure autrefois. Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc nous offrent du jazz français swingant ou amoureux, French touch en jazz qui séduit le monde entier. Arifa réunit des musiciens et des voix parlées ou chantées de la Chine à l’Allemagne, pour une création à l’esprit très contemporain. Buika renoue avec ses racines africaines et la musique de sa génération, en nous offrant du reggae, du hip-hop, et des chansons en anglais. Et Matthieu Saglio accompagne la voix de Nesrine Belmokh de son violoncelle qui ne va jamais là où il est déjà allé. Joyeuses fêtes de fin d’année... en musique !

 


 

Le coup de coeur de babelmed:

MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine BelmokhTAXIDI, «Dreamy train», Homerecords (Belgique)

La Belgique est l’un des pays-phares pour l’accordéon aujourd’hui, et l’on retrouve avec bonheur cet instrument, qui symbolise à lui seul le voyage, dans l’album de ce groupe que nous découvrons, et qui porte justement le nom de «Voyage», ce que «taxidi» signifie en grec (mot grec qui a donné notre «taxi»... véhicule qui nous emmène d’un point à un autre !).

Dès les premières minutes du disque, l’on est emporté, comme si ce «taxi» s’était arrêté et nous avait emmenés, d’autorité, mais pour notre plus grand plaisir, dans sa voiture... Clarinette basse facétieuse qui se rappelle Istanbul, flûte qui s’envole haut et libre, rythme nerveux de jazz manouche, contrebasse qui vient tempérer tout cela, la musique parle pour elle seule, à la fois convaincante et poétique.

Les compositions de cette «world jazz cinematic music», comme la définit le groupe, sont signées Simon Fransquet, qui est ici à la guitare, et il est entouré des talentueux et inspirés Joachim Loneux à l’accordéon, Rudy Mathey aux clarinettes, Zoé Pireaux à la flûte et Isaline Leloup à la contrebasse. Belle équipe, et encore une belle réussite du petit label belge qui décidément produit des merveilles...

//Taxidi – Dreamy Train Taxidi – Dreamy Train

www.taxidi.be


 

MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine BelmokhVARDAN HOVANISSIAN & EMRE GÜLTEKIN, «Adana», Muziekpublique (Belgique)

La ville d’Adana, située non loin de la frontière syrienne, côté Méditerranée, était autrefois l’une des villes les plus prospères et les plus agréables à vivre de Turquie, où arméniens chrétiens et musulmans ottomans vivaient en harmonie depuis des siècles. Mais lors du génocide arménien, la ville, comme d’autres villes et villages, fut incendiée et en partie détruite, et une partie des survivants arméniens éparpillés à travers le monde...

C’est le nom de cette ville, devenue tout un symbole pour les Arméniens, qu’ont choisi nos deux artistes, l’un arménien et l’autre turc, Vardan Hovanissian au duduk et Emre Gültekin au saz, pour cet album qui marie leurs deux musiques, qui ne faisaient qu’une autrefois. Car musiques arméniennes et musiques turques s’entremêlent depuis longtemps, puisque leurs populations s’entremêlaient, et il n’est pas question ici de «fusion» ou de «mariage», mais d’une musique qui a une matrice commune, ces rives d’Asie Mineure porteuses de civilisation, où souffle l’esprit depuis l’Antiquité et Alexandre Le Grand...

Le disque est produit par Muziekpublique, structure associative formidable, basée à Bruxelles, qui compte à la fois une salle de spectacles de 400 places programmant d’excellentes musiques du monde, et une école d’instruments du monde entier.

Le livret nous livre le résumé de chaque chanson, car la musique chez les peuples meurtris est souvent porteuse de messages. «Hrant Dink» est ainsi un hommage au journaliste turc d’origine arménienne assassiné en 2007 pour ses prises de position en faveur de la reconnaissance du génocide par la Turquie d’aujourd’hui. «Adana» évoque avec nostalgie les jours passés dans une ville que l’on a dû fuir. «Hampere Hoqis» évoque le retour au pays après un long exil.

Signe que les traditions ne meurent pas, même dans l’exil : plusieurs titres sont des chansons d’amour, traditionnelles, vantant la beauté des filles, ou celle des paysages de la région. Parce que la joie doit toujours rester plus forte que la tristesse, même, et surtout, chez les peuples blessés par l’Histoire...

//Vardan Hovanissian and Emre Gultekin - AdanaVardan Hovanissian and Emre Gultekin - Adana

www.muziekpublique.be

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine BelmokhPHILIPPE PETRUCCIANI & NATHALIE BLANC, «Remember Petrucciani», Jazz Village

Voici du très bon jazz, Philippe Petrucciani et sa complice Nathalie Blanc au chant, dans des compositions signées Michel Petrucciani pour la musique et Nathalie Blanc pour les paroles. Du jazz très français, tour à tour swingué et nerveux ou bien romantique et amuoureux, enjolivé des jolies paroles qui accompagnent le plus souvent les musiques de jazz, paroles qui nous parlent d’étoiles, de ciel, et «des yeux de ceux qu’on aime»... (et en anglais également, car Nathalie Blanc chante dans les deux langues).

La guitare de Philippe Petrucciani sait se faire douce et caressante dans les chansons lentes, écrin pour la voix qui s’y pose comme une hirondelle se pose sur une branche, soutenant le chant et le rendant possible. Dans les compositions pulsées, Nathalie Blanc nous offre des moments de scat à la fois virtuose et léger - ce qui est l’esprit même du jazz.

Nos deux artistes sont entourés d’une jolie bande d’amis musiciens, trompette joyeuse de Fabrizio Bosso, contrebasse de MIchel Zenino qui semble danser tant elle marque le rythme, et d’autres artistes dont la plupart portent des noms italiens... comme Petrucciani himself.

Au total un très bon moment de jazz, tel un feu d’artifice qui illumine le ciel de mille étoiles !

//I remember ParisI remember Paris

www.philippepetrucciani.com

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine BelmokhARIFA, «Voices from the East», Buda Musique

Voilà une belle rencontre entre des musiciens venus de Roumanie, de Grèce, de Chine, de Bulgarie d’Allemagne et d’Iran, qui font parler à leurs instruments traditionnels un langage très contemporain. Pari réussi du groupe Arifa, constitué d’Alex Simu aux clarinettes, Michalis Cholevas au tarhu, Franz von Chossy au piano et Sjahin During aux percussions, qui invitent pour ce disque trois instrumentistes de violons traditionnels, qui chantent ou parlent aussi, la Chinoise Xiaoxu Meng à l’erhu, la Bulgare Vanya Valkova la gadulka et l’Iranienne Niusha Barimani au kamanche.

Et la bonne idée est de créer des parties parlées, et non seulement chantées, dans différentes langues : car entendre parler chinois sur des musiques inspirées des pays les plus divers, cela rappelle les poèmes que nos troubadours déclamaient, accompagnaient d’instruments, et la langue parlée est en elle-même, avec ses sonorités et ses rythmes, un langage musical, surtout si on ne la comprend pas et que l’on n’entend alors que des sons.

Des traditions musicales que l’on marie rarement ensemble, et qui prouve, si l’en était encore besoin, que la Tour de Babel, musicale, ne s’est jamais effondrée...

//ARIFA & the VOICES from the EAST ARIFA & the VOICES from the EAST

http://www.arifamusic.com/

 


MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine BelmokhBUIKA, «Vivir sin miedo», Warner

Nous avions eu un véritable coup de coeur lorsqu’en 2008 nous avons découvert Buika, Espagnole née de parents venus de Guinée Equatoriale, et devenue après ce premier album l’une des révélations de la scène flamenca et espagnole de ces dernières années (http://www.babelmed.net/muzzika/3285-muzzika-juin-2008.html ).

Ses albums suivants ont été marqués par des rencontres avec les musiques cubaines et latino-américaines, cousines africaines, certains furent même enregistrés là-bas, et aujourd’hui Buika nous revient avec un album, écrit et composé pour 9 des 10 titres par elle, où elle s’affranchit du flamenco qui l’a rendue célèbre, et de la langue espagnole dans laquelle elle commença à chanter, et où elle retrouve à la fois ses racines africaines, et les musiques qui ont bercé sa génération.

Dans «Vivir sin miedo», l’artiste retrouve ses racines africaines, avec des compositions comme «Si volvera» où l’on retrouve les rythmiques du continent noir et les choeurs féminins typiques d’Afrique de l’Ouest. Mais Buika arpente aussi les terres du reggae, comme dans la chanson-titre, du hip-hop (comme dans «Mucho Dinero»), du funk nigérian («Yo ire»), sans oublier le flamenco qui fit sa célébrité («Waves»). Elle chante la moitié des titres en anglais, et affirme ici une identité culturelle mondialisée.

Nous la préférons dans le registre passionnel du flamenco et dans les ambiances latinos, où sa voix rauque et brute épouse parfaitement le sentimentalisme excessif des paroles. Mais Buika a eu envie de s’aventurer, seule, en musique, paroles et chansons : liberté de l’artiste qui peut, la célébrité atteinte, enfin faire ce qui lui plaît. Nous l’attendons pour son prochain album, avec des compositions écrite pour elle, par d’autres.

//Buika - Vivir sin miedoBuika - Vivir sin miedo

http://www.conchabuikamusic.com/en/

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2015 | Taxidi, Vardan Hovanissian et Emre Gültekin, Philippe Petrucciani et Nathalie Blanc, Nesrine BelmokhNES (Nesrine Belmokh, Matthieu Saglio et David Gadea), Nesacoustic music

Nous suivons le violoncelliste Matthieu Saglio depuis ses débuts, et nous avons vu évoluer ce violoncelliste-inventeur (car il aime inventer des sons nouveaux à son instrument, comme Renaud Garcia-Fons le fait à la contrebasse), dans divers registres : flamenco, duo avec un violoniste marocain, violoncelle solo et samplé...

Le voici ici en trio avec le percussionniste espagnol David Gadea et la franco-algérienne Nesrine Belmokh, violoncelliste classique (elle fait partie du West Eastern Divan Orchestra dirigé par Daniel Barenboïm), mais qui est à la voix ici. Nesrine chante en arabe, en français et en anglais, des compositions écrites avec Matthieu, chansons intimistes comme l’est l’univers de Matthieu Saglio, et où l’on retrouve tous les univers qu’il aime : classique, flamenco, chanson française, et jazz. Première ébauche d’une collaboration à faire fructifier...

//NES - Tema "Ahlam" - Sala Russafa - Valencia - LMV Live Music Valencia NES - Tema "Ahlam" - Sala Russafa - Valencia - LMV Live Music Valencia

www.matsag.com


Nadia Khouri-Dagher

n.khouri@orange.fr
Décembre 2015