MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili Boniche
MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   
Ce mois-ci Raul Rodriguez marie avec bonheur musiques espagnoles et cubaines, cousines germaines de toute façon; Tom Theuns et Paul Russell nous régalent de leur duo de guitares folk et libres comme l’air; Didier Laloy et Kathy Adam font chanter ensemble le populaire accordéon et le noble violoncelle, mariage impossible autrefois; Korrontzi nous fait danser follement sur l’accordéon et les musiques basques d’Espagne; Aziz Sahmaoui et ses musiciens africains perpétuent les musiques métisses gnawa, où l’islam populaire accueille sans problème les esprits africains ; et Lili Boniche continue de chanter son «Alger Alger» tant aimée, plus de 70 ans après les années 40 qui le consacrèrent star de la chanson francarabe, à Alger comme à Paris... Quand la musique rime avec immortalité! 
 

 

Le coup de coeur de Babelmed :

MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili BonicheRAÚL RODRIGUEZ, Razón de Son, Fol Musica (Espagne)

Voilà un disque formidable ! Nous avions découvert le guitariste et compositeur espagnol Raul Rodriguez en 2007, comme co-fondateur du groupe Son de la Frontera, qui déjà mêlait rythmes flamencos d’Andalousie et rythmes cubains et latino-américains, et l’album du groupe, «Cal», avait été notre «Coup de coeur» en juin 2007 (http://www.babelmed.net/muzzika/2443-muzzika-juin-2007.html ).

Raul Rodriguez nous revient ici en solo, pour la première fois de sa carrière, en un album époustouflant, où il marie à merveille les musiques espagnoles et cubaines, qui sont cousines. Diplômé en anthropologie, cela fait 20 ans que Raul explore les relations entre les musiques andalouses et celles des anciennes colonies espagnoles : car les influences furent en allers-retours, entre Séville, Cadix, La Havane, Caracas, Vera Cruz, etc..

Symbole de ce mariage harmonieux : Raul a inventé un instrument métis, le «Tres flamenco», à mi-chemin entre la petite guitare «Tres» cubaine, à trois séries de doubles cordes, et la guitare flamenca à six cordes.

L’album nous offre cinq compositions de l’artiste, ainsi que deux airs traditionnels qui se jouaient au XIX° siècle une chanson de l’artiste cubaine Marta Valdès.

«Punto flamenco», «Fandango», «Cancion», «Soneria»,... : c’est un véritable voyage musical que nous offre ici le guitariste, en un album-livre sous-titré «Carnet de travail 1992-2014», pour résumer 20 ans de voyages et de «chants d’allers-retours» comme il nomme ses créations.

Le livre qui inclut le disque est magnifique : un «vrai livre» (format 23cm x 23 cm), avec des photos de l’artiste dans divers pays, et jusqu’en Afrique, au Ghana où on le voit donner le premier cours de guitare flamenca à l’Université !

Raul Rodriguez était également connu comme le fils de Martirio, et il a souvent accompagné sa mère sur scène. Le voilà désormais, à 40 ans, dans la pleine maturité artistique, arbre totalement épanoui, dont les branches traversent l’Atlantique !

//Ecouter : RAUL RODRIGUEZ - RAZON DE SON EN DIRECTO Ecouter : RAUL RODRIGUEZ - RAZON DE SON EN DIRECTO

Interview de l’artiste : https://www.youtube.com/watch?v=C82pwQixIz8

www.folmusica.com

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili BonicheTOM THEUNS & PAUL RUSSELL, In between trees, Homerecords (Belgique)

Dès les premières mesures de ce disque qui est un duo de guitares, l’on est comme plongé dans une source d’eau fraîche, vivifiante et bienfaisante. Après quelques minutes on jette un coup d’oeil sur la pochette : en noir et blanc, deux garçons allongés dans l’herbe, leurs guitares adossés à un tronc d’arbre, rient et sourient - pour eux et pour nous : ils sont heureux, et cela résume tout l’esprit de ce disque délicat et raffiné.

Tout le reste du disque sera de cette ambiance : car le Belge Tom Theuns et l’Américain Paul Russell partagent le même amour de la musique folk, et nous concoctent ici des chansons douces, chantées en anglais, qui sentent l’herbe et les fleurs... (ils ont d’ailleurs composé cet album l’été dernier, isolés dans une cabane dans la nature...).

Nostalgie de ces années 70 où la musique folk régnait en maîtresse - et faisait de nous de grand(e)s romantiques ? Ou plutôt : manifeste pour affirmer que ces balades douces, qui ne datent pas d’hier puisqu’elles ont leurs racines dans les musiques populaires d’Irlande, d’Ecosse et des Etats-Unis du XIX° siècle (comme on l’entend ici par la reprise d’airs traditionnels comme «Scarborough Fair»), sont désormais des classiques de notre patrimoine musical occidental ?

Un album délicieux de bout en bout, vraie fenêtre ouverte sur un printemps qu’il suffit de convoquer pour le faire exister...

Ecouter : https://www.youtube.com/watch?v=Dei-oTQ0yFk

www.homerecords.be

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili BonicheDIDIER LALOY & KATHY ADAM, Belem, Homerecords (Belgique)

Nous connaissons Didier Laloy comme l’un des 5 accordéons diatoniques du quintet «Accordion Samuraï», entendu au festival Babel Méd Music à Marseille en mars 2011, formation étonnante qui nous avait enthousiasmée (http://www.babelmed.net/muzzika/6878-muzzika-septembre-2011.html ).

Le voici en duo avec la violoncelliste Kathy Adam, avec laquelle il parcourt les routes d’Europe et du monde depuis une vingtaine d’années, au sein de diverses formations. Notamment, tous deux avaient fait partie d’un projet un peu fou, quartet de musiciens qui jouaient sur scène dans le noir, et qui avait donné naissance à un album éponyme : «Noir». Cette fois-ci, nos deux artistes ont eu envie d’expérimenter la formule en duo, dialogue de deux instruments que tout oppose apparemment, puisque l’un passe pour être «populaire» et l’autre est associé à la musique classique jadis réservée aux élites...

Et bien les deux instruments ont des sonorités étonnamment proches, et des accents de musique classique de chambre accompagnent parfaitement les accents canailles ou vagabonds du piano à bretelles...

Le disque fait la part belle aux improvisations et aux dialogues impromptus, et nous nous laissons emporter les yeux fermés par nos deux guides, dans cette belle balade musicale...

Ecouter : https://www.youtube.com/watch?v=igmBzn-oeCQ

www.belem.be - www.didierlaloy.be - www.homerecords.be

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili BonicheKORRONTZI, Tradition 2.1, Arc Music (Grande-Bretagne)

«Il y eut une époque où la trikitixa (accordéon diatonique) ne se faisait entendre que dans les petits villages du Pays basque, car les grandes villes refusaient d’ouvrir leurs portes à un instrument qu’elles considéraient comme inférieur. On se référait de manière méprisante à cet accordéon comme à un «instrument de village». Pendant longtemps le petit soufflet fut exclu, mais peu à peu, avec pour seules armes ses mélodies endiablées, il vit les portes des villes s’ouvrir définitivement à lui. Aujourd’hui, la trikitixa peut enfin respirer le smog et marcher sur le bitume le plus simplement du monde après avoir réussi, à force de volonté, à gagner depuis les campagnes, le coeur des villes. Prépare-toi Bilbao car une fois de plus la ville doit laisser libre cours au «soufflet de l’enfer» !» : ainsi parle Agus Barandiaran dans le livret de ce disque «endiablé» en effet. L’artiste espagnol, qui «essaye d’être la vitrine d’un peuple comme celui du Pays basque» comme il l’exprime, et qui parcourt le monde pour faire connaître la musique de ce peuple, a appris l’accordéon basque - nommé trikitixa - quand il était petit, auprès d’un vieux barman-musicien, Rufino Arrola, qui jouait pour les clients tous les dimanches matin...

Une bien belle histoire, et un disque qui vous donnera envie de danser ou de chanter, sur ces musiques «populaires» dont les autorités se méfiaient, à juste titre, pendant des siècles, car elles avaient ce pouvoir fou de vous libérer le corps... et l’esprit !

Une fois de plus, c’est le label anglais ARC Music, spécialisé dans les traditions musicales du monde entier, qui nous offre un petit trésor...

Ecouter : https://www.youtube.com/watch?v=cpH7gJ5q_yY

www.korrontzi.net - www.arcmusic.co.uk

 


 

MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili BonicheAZIZ SAHMAOUI & University of Gnawa, Mazal, World Village

Voici le deuxième album de Aziz Sahmaoui, dont nous avions vivement apprécié le premier album en solo «General Pattern», paru en 2011 (http://www.babelmed.net/muzzika/6725-muzzika-juin-2011.html ).

L’artiste marocain, qui a grandi à Marrakech et vit aujourd’hui à Paris, ne cesse d’explorer les rythmes gnawa de cette ville métisse, qui brasse depuis des siècles les cultures africaines et arabes.

C’est donc tout naturellement qu’il s’est entouré de musiciens africains, sénégalais plus précisément, tels Alioune Wad à la basse, Hervé Samb à la guitare ou Cheikh Diallo à la kora.

Il chante, en arabe marocain, des chansons douces comme «Mazal», qui donne son titre à l’album, ou des chants de transes - car la musique gnawa sert de communication avec les esprits des ancêtres (ou avec Dieu, selon ses convictions religieuses) pour des nuits de rythmes enfiévrés qui mènent certains - et notamment certaines - à des transes dont le but est de «délivrer du mal» les les âmes meurtries...

Parfait syncrétisme entre croyances païennes venues d’Afrique et religion musulmane (car les rythmes gnawa chantent désormais aussi Allah et son Prophète, dans l’esprit de conciliation qui fonde tout métissage), la musique gnawa nous démontre que l’islam populaire, qui veut bien parler à Dieu mais aussi à tous ses saints, et pourquoi pas aux esprits, reste toujours vivant au Maroc, n’en déplaise à ceux, vrais hérétiques d’un islam qui fut tolérant depuis toujours, qui voudraient imposer leur vision, autoritaire et triste, d’un islam «dicté d’en haut» (d’où???). Islam rigoriste et in-humain, étymologiquement, qui interdirait ces musiques et ces chants populaires qui chantent depuis des siècles, à la fois Dieu, son Prophète, les anciens, l’amour, la beauté du désert, bref la vie dans toutes ses composantes...

(Pour ceux qui ne l’auraient pas encore vu : courez voir, dans ce sens, le magnifique film d’Abderrahmane Cissako, «Timbuktu», où l’on voit des terroristes tenter d’interdire la musique - y compris ces chants religieux sahariens qui depuis toujours rythment les jours et les nuits - à des populations qui résistent...).

Ecouter : https://www.youtube.com/watch?v=j9rvLGt81rM

www.harmoniamundi.com

 


                      

MUZZIKA ! Décembre 2014 - Janvier 2015 | Raul Rodriguez, Tom Theuns, Paul Russell, Didier Laloy, Kathy Adam, Korrontzi, Aziz Sahmaoui, Lili BonicheLILI BONICHE, Trésors de la musique judéo-arabe, World Village

Et pour finir, un nouvel album consacré à Lili Boniche (1921-2008), dont les succès sont ainsi réédités chaque année, par diverses maisons de disques. Et ce disque fait suite à l’album «Anthologie», publié par World Village en 2012 (http://www.babelmed.net/muzzika/13208-muzzika-decembre-2012-janvier-2013.html).

On ne présente plus la star algérienne de l’entre-deux-guerres, qui reste un monstre sacré de la chanson algérienne, à l’instar d’un Abdelwahab en Egypte. Et réécouter «Alger, Alger», l’un de ses plus grands succès, est toujours un immense plaisir, même pour les non-Algériens, dont nous sommes... :

https://www.youtube.com/watch?v=hl4VnQCWFDs

www.harmoniamundi.com

 

 


 

Et bonnes fêtes de Noël pour les uns, de nouvelle année pour les autres !

Nadia Khouri-Dagher

n.khouri@orange.fr