MUZZIKA! Août 2013 | Nadia Khouri-Dagher, Myrddin, Richard Galliano, SES, Radio Cos, Fanfaraï, Manolo Sanlucar, Gerardo Nunez
MUZZIKA! Août 2013 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

Coup de chapeau à Myrddin, jeune prodige de la guitare, à laquelle il donne les couleurs les plus variées. Coup de maître pour Richard Galliano avec ses «Quatre saisons», qui rapprochent Vivaldi et Bach. Coup de tête pour Ses, artiste espagnole rebelle et inclassable, qui n’en fait qu’à sa tête pour choisir ses styles musicaux. Coups frappés sur leurs tambours pour faire danser joyeusement les familles, pour le duo gallicien Radio Cos. Coupes de champagne pendant la fête, pour les musiques éminemment festives proposées par la joyeuse fanfare franco-maghrébine Fanfaraï. Et attention aux coups de soleil en ce mois d’août, que nous vous souhaitons estival autant que musical !

 


 

Le coup de coeur de babelmed

/ MYRDDIN, «Lucia Nieve», Zephyrus MusicMYRDDIN, «Lucia Nieve», Zephyrus Music

Nous avons découvert Myrddin un soir, dans la salle de concert «L’Ermitage» à Paris : attendant que démarre le concert de Hijaz, formation belge, la salle de concert diffusait de la musique, comme il arrive souvent. Malgré le bruit des conversations, nous fûmes captivée par la musique qui s’échappait au-dessus de la rumeur ambiante. Au bar où nous nous enquîmes, l’on nous tendit un cd avec un nom inconnu : «Myrrdin». Jan Hoozee, manager de Hijaz et présent au concert, nous apprit que Myrddin faisait également partie de son écurie, et que ce disque, déjà sorti en Belgique, allait sortir bientôt en France...

Un disque de guitare en solo, ce qui est un pari difficile, jeu flamboyant et tonique, compositions éminemment originales, cordes qui sonnent parfois comme une harpe tant elles sont légères et aériennes, bref si vous aimez la guitare vous adorerez ce disque, et découvrir un artiste merveilleux !

Et nous ne sommes pas les seuls à être dithyrambiques ! Car Myrddin - pseudonyme qu’a choisi cet artiste belge, et qui veut dire «Merlin» en gallois - s’est formé à la guitare en Espagne, auprès des plus grands maîtres tels Manolo Sanlucar ou Gerardo Nunez, lequel déclare qu’il est «fier d’avoir eu Myrddin comme élève» ... Et le quotidien El Pais, qui pourant voit passer bien des guitaristes, a également encensé le jeune artiste !

«Lucia Nieve» est le troisième album de Myrddin, que nous saluons bien bas en lui disant un immense «bravo» !

Ecouter : http://www.youtube.com/watch?v=9wwV2SK3H3Y

www.myrddinmusic.com - www.zephyrusmusic.be

 

 



 

/ RICHARD GALLIANO, «Vivaldi», Deutsche GramophonRICHARD GALLIANO, «Vivaldi», Deutsche Gramophon

Richard Galliano nous avait éblouis avec un «Bach» resplendissant ( www.babelmed.net/-muzzika-juillet-ao-t-2010 ). Il continue dans le répertoire classique - qui fut sa formation initiale, au Conservatoire de Nice - avec un «Vivaldi» tout aussi convaincant, accompagné du même quintette à cordes que pour son disque de Bach.

Le lien entre les deux musiciens baroques, qui furent contemporains, est évident : Bach (1685-1750), qui était peu connu de son vivant en dehors de sa province, vouait une admiration sans bornes à Vivaldi, qui était au contraire célèbre dans toute l’Europe, et Bach réalisa de nombreuses transcriptions de concerti de Vivaldi (1678-1742), preuve de son admiration pour l’artiste italien. Tous deux furent des compositeurs prolifiques, et dans leurs compositions à tous deux l’on sent une ENERGIE peu commune, qui force notre admiration, et une JOIE DE VIVRE, qui, combinées aussi intimement, les rend frères de coeur et de sensibilité.

Etonnamment, Galliano rapproche encore ces deux compositeurs à notre oreille, en proposant des lectures presque «religieuses» des mouvements lents du célébrissime groupe de 4 concerti pour violon, appelé «Les Quatre Saisons», de Vivaldi. Ainsi, le mouvement «Largo» du 1er concerto, «Printemps», sonne comme une pièce que Bach aurait écrite pour l’église, silence et recueillement : comme une prière devant la Beauté du Monde, beauté qui vous rend parfois muet, en cette saison où la Nature s’éveille et où la Beauté du Monde nous émerveille et nous rend très humble... Idem pour l’Adagio du 3° concerto, «Automne», où le son de l’accordéon approche celui d’un orgue d’église, tous deux bel et bien instruments à vent, et celui si populaire et l’autre si religieux, se rejoignant ici...

Seul bémol à cet éloge : dans le disque, des mouvements rapides... beaucoup trop rapides !!! Ainsi le «Presto» de «L’été» est joué ici «prestissimo», et même «prestissimissimo» ! On imagine mal, au XVIII° siècle, des musiciens jouer d’une manière aussi «speed», qui est un défaut courant chez les interprètes de Vivaldi, entraînés, comme à leur insu, par la folle énergie que déploie le compositeur... Espérons qu’en concert, Galliano et ses musiciens classiques ne nous entraînent pas dans des courses aussi folles, qui font honneur à leur virtuosité, mais nuisent à la musicalité...

Ecouter jouer et entendre Richard Galliano parler de ce disque :

http://www.youtube.com/watch?v=gfejYXzCai0

www.richardgalliano.com

 


 

/ SES, «Co xenio destrozado», FOL MusicSES, «Co xenio destrozado», FOL Music

De Gallice, grâce au label FOL Music, nous parviennent régulièrement des disques étonnants, qui démontrent l’extraordinaire vitalité musicale de cette région d’Espagne. Nous découvrons ici l’artiste Ses, nom de scène de Maria Xosé Silvar, auteur-compositeur-interprète, aussi à l’aise dans le répertoire des chansons traditionnelles que celui du rock le plus endiablé ou des douces milongas venues d’Argentine, pays où émigrèrent jadis des centaines de milliers de Galliciens, et auquel les Galliciens sont très attachés.

Nous avons été séduite par ce disque, où aucune chanson ne ressemble à l’autre, Ses reprenant ici une chanson traditionnelle, comme dans «Canto aqui, canto na Habana», ou bien proposant dans «Concordias de papel» une ambiance folk américain, ou encore un rock électrique dans «Algo que me anime», un blues dans «Porco blues», ou une balade douce dans «Rebelarse a conciencia»...

Ses est célèbre en Gallice, où elle a donné des centaines de concerts. On comprend pourquoi, à écouter ce disque qui révèle une auteur-compositeur-interprète à l’inspiration très riche...

Ecouter : http://www.youtube.com/watch?v=4xHf4YnRtnA

www.folmusica.com - www.boas.es

 


 

/ RADIO COS, FOL MusicRADIO COS, FOL Music

Dans un tout autre registre, ce disque venu aussi de Gallice, et proposé par FOL Music, est le premier album, éponyme, du groupe Radio Cos, composé des deux percussionnistes-chanteurs Xurxo Fernandes et Quique Peon (au tambourin et au grand tambour pandeiro), et de trois musiciens - cornemuse & sax, violon, et accordéon.

Cela fait 30 ans que notre duo parcourt la Gallice pour enregistrer des chants traditionnels, et ceci est leur premier album. Chansons pour faire danser les gens en ronde, comme dans nombre de danses traditionnelles d’Europe, valses, rumbas, ou mélopées simplement accompagnées de percussions : nos deux compères font un véritable travail de valorisation des traditions musicales de leur région, traditions qui ne semblent pas menacées de disparition, si l’on en juge d’après la seule production du label gallicien Fol Music !

Sur youtube, les vidéos de leurs concerts illustrent mieux que mille mots, l’accueil enthousiaste que fait le public à leurs musiques, qui font danser... grands et petits, c’est-à-dire des familles entières, comme cela se faisait traditionnellement dans les villages de Gallice, d’Espagne, d’Europe ... et d’ailleurs !

http://www.youtube.com/watch?v=QZzaC9e4T7o

www.folmusica.com

 


 

/ FANFARAÏ, «Tani», Tour’n’sol prodFANFARAÏ, «Tani», Tour’n’sol prod

Autres musiques festives, faites surtout pour faire danser les foules, lors de grand rassemblements populaires : le groupe Fanfaraï, joyeuse tribu de musiciens «d’origines non contrôlées» comme diraient leurs compères du groupe toulousain Zebda : Abdelkader Tab, Patrick Touvet, Hervé Le Bouche, Mehdi Chaïb, et quelques autres, composent cette fanfare aux rythmes fortement colorés, on l’aura deviné, de rythmes du Maghreb ou d’Orient, mais aussi d’Amérique Latine ou d’Europe de l’Est.

Comme souvent dans les fanfares, la bonne humeur est contagieuse lorsque l’on écoute nos joyeux drilles de Fanfaraï. Une bonne humeur qu’il ne tient qu’à vous de capturer, et de faire revivre, avec ce disque !

Ecouter : https://www.youtube.com/watch?v=v_2j4b60qhQ

www.tournsol.net

 


 

Nadia Khouri-Dagher

 

n.khouri@wanadoo.fr

02/08/2013