MUZZIKA! Juin-Juillet 2013 | Nadia Khouri-Dagher, Juan Carmona, Vasco Hernandez, Buika, Ernesto Lecuona, Matthieu Saglio, SPANISH FOLK, Juan Antonio Vasquez, Araceli Tzigane
MUZZIKA! Juin-Juillet 2013 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

L’été sera espagnol, et toute cette livraison de MUZZIKA! est consacrée à l’Espagne! Coup de chapeau d’abord pour Juan Carmona, qui nous revient avec sa guitare flamboyante. Flamenco toujours, plus traditionnel, avec Vasco Hernandez. Buika s’échappe du flamenco qui la fit connaître pour voguer vers le jazz et les musiques de son Afrique. Matthieu Saglio, depuis Valence, nous envoûte avec son violoncelle. Et le label ARC de Londres nous offre une superbe anthologie des nouvelles musiques traditionnelles d’Espagne. E viva Espana!

 


 

Le coup de coeur de babelmed

/ JUAN CARMONA, «Alchemya», World Village/Harmonia MundiJUAN CARMONA, «Alchemya», World Village/Harmonia Mundi

Juan Carmona revient nous régaler d’un nouvel album, avec sa guitare flamenca qui est plus flamboyante et audacieuse que jamais ! Pour ce dixième album (l’artiste produit, régulièrement, un album tous les ans ou tous les deux ans, de ses propres compositions), Juan a convié pas moins de 35 amis, musiciens ou chanteurs, à se joindre à lui ! Du guitariste jazz Sylvain Luc au cantaor de flamenco Ramon El Portugues (Espagnol malgré son nom !), d’un choeur de voix féminines africaines à la cantatrice Françoise Atlan, spécialiste du chant des Juifs d’Espagne...

L’album pétille, danse, tournoie, telle la flamme du feu gitan autour duquel se réchauffent, chantent et dansent encore, par les belles nuits d’été, parmi leurs caravanes, les gitans du Sud de la France, famille de coeur de Juan Carmona, artiste français né dans une famille d’origine espagnole, et qui a choisi de vivre dans le Sud de la France, où vivent encore de nombreux gitans catalans...

«Africando», «Mambo influenciado», «Karma», «Santiago city», «Miami»,... : les titres des compositions de Juan Carmona dans cet album - comme ceux des titres qu’il emprunte à d’autres artistes, tel le «Mambo influenciado» du Cubain Chucho Valdès - disent à eux seuls l’esprit «voyage» de ce nouvel opus, où l’artiste s’échappe hors des sentiers du flamenco pur pour vagabonder où bon lui semble... pour notre plus grand plaisir !

Car toujours, la précision, la légèreté, et la souplesse de la guitare du fabuleux instrumentiste nous séduisent, dans des compositions pour la grande majorité d’entre elles très éloignées de la douleur qui caractérise souvent les chants gitans. A l’instar de ses cousins artistes brésiliens qui le chantèrent jadis, Juan Carmona semble nous dire ici «Chega de saudade», «Assez avec la mélancolie», pour retenir des musiques gitanes plutôt la danse et la joie, le feu follet au lieu du feu qui dévore. Nous, on adore !

Teaser de l’album : http://www.youtube.com/watch?v=oBxTDh9_0Lc

www.juancarmona.com

 


 

/ VASCO HERNANDEZ, «Luz De Otra Manera», ARC MusicVASCO HERNANDEZ, «Luz De Otra Manera», ARC Music

La guitare flamenca toujours, avec un autre maître du genre, l’Espagnol Vasco Hernandez, l’un des nouveaux talents de cet instrument puisqu’il n’est âgé que d’une trentaine d’années. Et il faut lire sur youtube les commentaires enthousiastes de ses fans !

Vasco Hernandez honore ici superbement la tradition du flamenco, musique et chant, avec notamment la voix rauque, qui sied parfaitement au chant gitan, de Vanessa Lledo, dont on pourra admirer toute l’expressivité dans les vidéos qu’offre internet, encore plus que par la seule écoute du disque...

«Buleria», «Tango flamenco», «Alegria», «Solea per Buleria», «Solea»... : le livret, très pédagogique, détaille chaque composition selon le genre auquel elle appartient, ce qui permettra de se familiariser avec la grande variété de styles qui composent le flamenco.

Énergie, son percussif, silences brusques, frappe des mains, mélodies de guitare en arabesques, chant gitan avec ses mélopées : tout l’esprit du flamenco est là, fier et rebelle !

Ecouter : http://www.youtube.com/watch?v=I-cl07ZFrHE

www.vascohernandez.com

 


 

/ BUIKA, «La noche mas larga», Warner MusicBUIKA, «La noche mas larga», Warner Music

Ernesto Lecuona (1895-1963) était un musicien cubain, formé au piano classique au Conservatoire national de Cuba, et qui deviendra célèbre internationalement, dans les années 30, avec son groupe les «Lecuona Cuban Boys» et les «tubes» de sa composition, tels que «Siboney», «Malaguena» ou «Dime adios», rythmes cubains joyeux de rumba ou chansons d’amour aux paroles tristes qui faisaient alors danser - ou pleurer - le monde entier, car le groupe se produisit et vendit ses 78 tours dans de nombreux pays, en Europe, Amérique, et même au Moyen-Orient - de vieux Alexandrins se souviennent encore de leur passage dans la ville égyptienne cosmopolite d’entre-les-deux-guerres...

L’Espagnole Buika reprend dans son dernier album l’un des titres-phares d’Ernesto Lecuona, «Siboney», devenu un classique dont vous reconnaîtrez la mélodie si vous l’écoutez. S’affranchissant du flamenco qui la fit connaître, Buika reprend dans ce dernier opus d’autres compositeurs ou interprètes qu’elle aime: Jacques Brel et son «Ne me quitte pas», que Buika chante en français comme l’avait fait avant elle une autre diva noire, Nina Simone; Billie Holiday et son «Don’t explain», et d’autres encore.

Sur la pochette de l’album, Buika pose d’ailleurs, en noir et blanc, avec un look à la fois rétro et glamour, en clin d’oeil à la fois à Billie Holiday et à Ella Fitzegarld, qui a inspiré le titre, composé par Buika, qui ouvre l’album : «Sueno con Ella» («Je rêve avec Ella», jeu de mots en espagnol ou «Ella» veut dire «Elle»). Dans ses derniers disques, Buika s’était déjà envolée à Cuba pour enregistrer quelques titres, ou bien avait rendu hommage à des chanteuses célèbres du continent sud-américain, comme Chavela Vargas. L’Espagne et son flamenco, puis l’Amérique latine métissée de sang noir... : la prochaine étape de Buika devrait être son Afrique (presque) natale, elle qui est née dans une famille venant de Guinée Equatoriale. Car dans son premier titre, «Sueno con Ella», Buika, tout en chantant des paroles en espagnol de sa création, chante sur des rythmes totalement... ouest-africains !

Ecouter l’original «Siboney» par les Lecuonan Cuban Boys, dans les années 30 : http://www.youtube.com/watch?v=DKI8U2f4FNg&list=PL1C04EFF2A4443FFC

www.conchabuikamusic.com

 


 

/ MATTHIEU SAGLIO, «Cello Solo», Matsag.comMATTHIEU SAGLIO, «Cello Solo», Matsag.com

Nous avons eu la chance d’assister au concert «Cello solo» que donnait à Paris, l’hiver 2013, Matthieu Saglio. Un spectacle envoûtant, le souffle du violoncelle devenant presque vivant, et les courtes compositions de Matthieu - qui a reçu une formation classique et maîtrise à la perfection cet instrument - se succédant, chacune avec son atmosphère particulière, influences mauresques ici, l’influence du grand Bach là, une infinie mélancolie dans telle autre mélodie, et, au fil du concert, le sentiment d’avancer comme dans une forêt, découvrant tel arbre ici, tel autre là, l’attention de l’auditeur toujours en éveil : ce fut un pur moment de bonheur, intense et poignant.

C’est toute la magie de ce spectacle de violoncelle seul qui est capturée dans cet album, qui permettra de découvrir un immense artiste français, étonnamment méconnu en France - il est vrai qu’il vit à Valence en Espagne depuis des années, traçant sa route avec passion et obstination - comme son Maître Jean-Sébastien Bach...

Nous connaissions Matthieu Saglio comme fondateur du joyeux groupe Jerez Texas, dont Babelmed est fan depuis ses débuts, et qui mêle jazz, musiques espagnoles et musiques du monde (babelmed.net/muzzika-2008.html ). Le voici jouant maintenant dans la cour des grands, et nous espérons le voir très vite sur la scène des festivals de l’été et des grandes salles... ailleurs qu’en Espagne, où il est déjà très connu !

Ecouter «Souvenirs mauresques» : http://www.youtube.com/watch?v=aw3IeUV8DCM&list=PL4BA417C1282D1C00

www.matsag.com

 


 

/ SPANISH FOLK (The ultimate guide to...), ARC MusicSPANISH FOLK (The ultimate guide to...), ARC Music

Voilà un disque qui est une véritable anthologie du mouvement de renouveau des musiques populaires espagnoles, et qui devrait servir de référence pour les années à venir. Juan Antonio Vasquez et Araceli Tzigane, passionnés de musiques populaires, et fondateurs de l’agence «Mundofonias», ont sélectionné ici une vingtaine de groupes et d’artistes, de toutes les provinces d’Espagne, emblématiques de ce renouveau des musiques traditionnelles. Extremadure, Aragon, Castille, Catalogne, Gallice, Andalousie, Pays Basque, etc. : chaque région d’Espagne a ses traditions musicales et ses styles particuliers.

On retrouvera dans ce disque des artistes dont Babelmed a déjà parlé, tels Ana Alcaide ou Marina Rossell, mais, surtout, une floppée d’autres, souvent guère connus hors de leur province. Cornemuse ou accordéon; voix nues simplement martelées de frappes; répertoire ladino des Sépharades d’Espagne autrefois; chants collectifs de danse ou de travail; polyphonies savantes ou monodies doublées voix/instrument : la variété des genres s’entend ici à l’oreille.

On saluera la qualité du livret accompagnant le disque, véritable cours d’ethnomusicologie sur l’Espagne, où l’on apprend que le dictateur Franco avait voulu s’approprier ces chants traditionnels pour en faire le symbole du conservatisme qu’il prônait, en les expurgeant des contenus qu’il jugeait impropres à son idéologie, comme les contenus grivois ou au contraire trop religieux. Heureusement, depuis les années 70 tout un mouvement de réappropriation de ce répertoire populaire se développe, comme dans d’autres pays du monde.

On apprendra également que le premier travail d’anthologie de ces musiques fut réalisé en 1955 par le folkloriste Manuel Garcia Matos, sous le titre «Anthologia del folklore musical de Espana», lequel Manuel Matos avait assisté l’ethnomusicologue américain Alan Lomax, connu pour ses collectes de chants de Noirs américains aux USA, lorsque ce dernier était venu passer 6 mois en Espagne pour collecter et enregistrer ces chansons populaires qui rythment les heures et les jours.

Un grand bravo à Mundofonias - et à ARC Music - pour ce véritable travail d’ethnomusicologie, qui fera date nous en sommes sûrs !

Ecouter l’un des groupes : Jaume Compte Nafas Ensemble :

http://www.youtube.com/watch?v=U88W3oz0sBs

www.mundofonias.com - www.arcmusic.co.uk

 


 

Nadia Khouri-Dagher

 

n.khouri@wanadoo.fr

Juillet 2013