MUZZIKA ! Février 2013 | Nadia Khouri-Dagher, Ibrahim Maalouf, Sergio Tannus, Ana Moura, Custodio Castelo, Amparo Sanchez, Catherine Vincent, Cesaria Evora
MUZZIKA ! Février 2013 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   


Ce mois-ci, vous goûterez : la trompette-souffle d’Ibrahim Maalouf, les douces chansons brésiliennes de Sergio Tannus, le fado actuel d’Ana Moura, la guitare portugaise inspirée de Custodio Castelo, l’enracinement latino-américain d’Amparo Sanchez, et les chansons-poèmes de Catherine Vincent.



Le coup de coeur de Babelmed

/ IBRAHIM MAALOUF, Wind, Distr. Harmonia MundiIBRAHIM MAALOUF, Wind, Distr. Harmonia Mundi

En 2010, Ibrahim Maalouf se voit proposer par la Cinémathèque Française, de compose la musique d’un film muet. Il choisit «La proie du vent» de René Clair, et s’attèle à la tâche. Le résultat tient dans ce cd «Wind», le quatrième du trompettiste libanais qui, inconnu il y a quelques années, est désormais entré au panthéon des grands artistes de jazz.

Doute, suspicion, attente, interrogations, excitation, certitude, sensualité, complications, surprises, mystère, sont à la fois les titres des compositions de cet album, les sentiments que l’artiste a ressentis en découvrant ce film, et ceux qu’il vit lorsqu’il est en pleine création musicale. Il s’est attaché à rendre une atmosphère «mélancolique et emplie de suspense», et la mélancolie est bien là, qui teinte de son nuage gris-beige toutes les compositions.

Ibrahim Maalouf, qui avait clairement en tête, nous dit-il, la magnifique bande-son de Miles Davis pour le film «Ascenseur pour l’échafaud» de Louis Malle, est parti enregistrer son disque à New York, en prenant une formation de quintette, comme le grand Miles. L’accompagnent ici, de manière aussi sublime que le jeu, en souffle, du génial trompettiste: Larry Grenadier (basse), Clarence Penn (batterie), Mark Turner (sax) et Frank Woeste (piano).

Un album qui ressemble déjà un classique....

Ecouter: http://www.youtube.com/watch?v=b6DtPlisHYc

www.ibrahimmaalouf.com

 


 

 

/ SERGIO TANNUS, Son Brazilego, FOL Musica (Espagne)SERGIO TANNUS, Son Brazilego, FOL Musica (Espagne)

Une nouvelle étoile brésilienne s’est levée... à Saint-Jacques-de-Compostelle, en Espagne ! Sergio Tannus, Brésilien d’origine syro-libanaise, et installé depuis 2006 dans la ville de Gallice où affluent des pélerins du monde entier, nous livre, avec «Son Brazilego», un album qui enchantera tous ceux qui aiment les chansons brésiliennes douces et balancées.

L’artiste, qui signe ici paroles et musique de la plupart des compositions, et qui joue de divers instruments - cavaquinho, guitare, basse, percussions, etc... - s’est entouré ici d’une brochette de musiciens venus tant de Galice que du Brésil et d’Angola. Nous avons beaucoup aimé la jolie voix, au chant typiquement brésilien, de Luanda Cozetti dans la toute aussi jolie composition de Sergio, «Eu tô Alegre» (j’suis heureux).

Un véritable bain de bonheur à la brésilienne, pour tous les amoureux de bossa nova !

Ecouter: http://www.youtube.com/watch?v=Edf2lBtdpgU

 


 

/ ANA MOURA, Desfado, UniversalANA MOURA, Desfado, Universal

Chaque année nous parviennent du Portugal d’excellents disques de la nouvelle génération d’artistes qui renouvellent le fado. Ana Moura en fait partie, aux côtés d’autres nouvelles étoiles, telles Cristina Branco ou Antonio Zambujo. Son dernier album, intitulé «Desfado», annonce la couleur : une certaine distance avec le fado traditionnel - distance que prennent à peu près tous ces artistes de la nouvelle scène fadiste d’ailleurs.

Témoin dans ce disque, quelques titres chantés en anglais, et aussi le choix d’adjoindre, aux musiciens traditionnels qui accompagnent une chanteuse de fado - guitare classique et guitare portugaise - le bassiste qui accompagne Bob Dylan, le guitariste qui joue aux côtés de Stevie Wonder, ou le pianiste de Bruce Springsteen...

Il n’empêche : Ana Moura reste profondément éprise du fado des origines, qu’elle nous interprète ici magnifiquement, et dont elle renouvelle le genre en demandant à des poètes et compositeurs de sa génération de lui composer des chansons. On trouvera donc ici les textes de poètes vivants tels Aldina Duarte, Manuela de Freitas ou Mario Rainho, et les musiques de compositeurs d’aujourd’hui, tels Antonio Zambujo par exemple.

Un album très réussi, qui est en train de propulser Ana Moura en tournée dans le monde entier, France, Allemagne, Etats-Unis, Espagne, ....

Ecouter: http://www.youtube.com/watch?v=GKCJgDCA5Bo

www.anamoura.com

 


 

/ CUSTODIO CASTELO, In Ventus, ARC MusicCUSTODIO CASTELO, In Ventus, ARC Music

Restons au Portugal, avec un guitariste qui accompagne les plus grandes voix du fado. Custodio Castelo nous offre ici un disque purement instrumental, de ses propres compositions, accompagné par une douzaine d’autres musiciens (guitare, accordéon, violon, basse, clarinette, etc....) selon les morceaux.

Plusieurs des compositions sont inspirées par des thèmes qui sont ceux du fado traditionnel, comme «Sur Lisbonne» ou «Distance». Plus surprenants, et sans doute nos compositions préférées, sont celles qui s’inspirent d’autres univers. Comme la délicieuse composition «Miss Morna», dédiéd à la regrettée Cesaria Evora, «en remerciement de tout ce que j’ai appris en l’écoutant», écrit l’artiste. Ou comme «Fan Fado», dédiée à la ville de Paris, où plâne, avec un accordéon et sur un air de milonga argentine, l’âme de Django Reinhardt et du jazz manouche typiquement français...

Nous avons adoré cet album qui apporte calme et apaisement, comme une douceur tranquille, une petite flamme orange qui réchauffe, au coeur de l’hiver ...

Ecouter «Miss Morna»: http://www.youtube.com/watch?v=bCrLFnyG-iI

www.custodiocastelo.com




 

 

/ AMPARO SANCHEZ, Alma de Cantaora, Kasbah Music (Espagne)AMPARO SANCHEZ, Alma de Cantaora, Kasbah Music (Espagne)

Amaro Sanchez fut pendant dix ans l’âme du groupe de rock alternatif «Amparanoïa», qu’elle avait créé avec Manu Chao. Son premier album en solo, «Tucson-Habana», sorti il y a deux ans, avait été un vrai succès en Espagne. Elle est à nouveau partie en voyage en Amérique Latine, continent d’où l’artiste tire une grande partie de son inspiration.

Ainsi les paroles de la chanson-titre, «Alma de Cantaora» (Ame de chanteuse), sont tirées d’un poème de «Abuela Margarita», (Grand-mère Margarita), chamane mexicaine. «Pulpa de Tamarindo» et «Vieja Pasion» ont été composées par le Cubain Mane Ferret. Et «Muchacho» a été enregistré à Tucson en Arizona, Etat aussi mexicain que nord-américain comme on sait...

On retrouve aussi toute l’énergie de la nouvelle scène musicale barcelonaise, et tout le balancé et la nonchalance des inspirations latino-américaines. «Fuera fiera», chanté en duo avec Bebe, icône du rock espagnol, est déjà un tube en Espagne...

Ecouter: http://www.youtube.com/watch?v=Dx3wCTAbJI4

www.amparosanchez.info




 

 

/ CATHERINE VINCENT, Tina, Distr. MusicastCATHERINE VINCENT, Tina, Distr. Musicast

La scène marseillaise, peut-être parce que Paris est loin, avec son côté «mainstream», permet à toute une foule de jeunes artistes de s’exprimer, dans les projets les plus divers. Catherine Vincent est une jeune artiste, auteur-compositeur, et multi-instrumentiste aussi (guitare, basse, harmonium indien et même tambor malgache!), qui nous offre ici un disque folk, chanté dans plusieurs langues - français, espagnol, italien. L’album est un hommage à Tina Modotti, Italienne émigrée aux Etats-Unis (1896-1942), actrice et photographe, qui découvrit le Mexique révolutionnaire des années 20 et consacra de nombreux reportages à décrire la misère sociale et l’agitation politique qui animait alors ce pays. Elle avait fréquenté le poète russe Maïakovsky ou le poète chilien Pablo Neruda - qui écrivit un poème sur sa mort, chanté ici par Catherine Vincent.

Un album très personnel, qui montre qu’un certain esprit rebelle, qui se fait fi des frontières, continue d’exister, malgré la mondialisation et l’idéologie de consommation... Rébellion et poésie que l’on entend sans doute mieux lorsqu’on est loin des centres, politiques et économiques, de la planète...

http://www.catherinevincent.org/

 


 

Nadia Khouri-Dagher