MUZZIKA !  Septembre 2012 | Nadia Khouri-Dagher, Susie Arioli, Banda Ionica, Opa Cupa, la Banda Olifante, Banda Adriatica, Municipale Balcanica, Goran Bregovic, Fawzy Al-Aiedy
MUZZIKA ! Septembre 2012 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

Ce mois-ci, un coup de coeur pour la suave Susie Arioli, chanteuse de jazz canadienne d’origine italienne. Egalement à l’honneur : les fanfares italiennes, le dernier album de Goran Bregovic, et dans un tout autre style, de l’Irakien Fawzy Al-Aiedy.

 



 

Le coup de coeur de babelmed

MUZZIKA !  Septembre 2012 | Nadia Khouri-Dagher, Susie Arioli, Banda Ionica, Opa Cupa, la Banda Olifante, Banda Adriatica, Municipale Balcanica, Goran Bregovic, Fawzy Al-AiedySUSIE ARIOLI, All the way, Jazz Village/Harmonia Mundi

Nous avons fondu à l’écoute de ce nouvel album de Susie Arioli, chanteuse de jazz québecquoise d’origine italienne, immensément populaire au Canada, régulièrement invitée par le prestigieux Festival de jazz de Montréal, et qui a déjà écoulé 250.000 albums dans le monde...

Susie Arioli a choisi ici de se faire plaisir, en s’appropriant 13 standards de jazz que nous connaissons tous, pour la plupart de douces chansons d’amour, à qui elle insuffle une nouvelle vie, ce qui est le propre des grands artistes de jazz : nous donner le sentiment que nous écoutons ces chansons pour la première fois, nous les faire «rédécouvrir», totalement, comme un nouvel éclairage posé sur un tableau célébrissime nous dévoilerait tel détail que nous n’avions pas vu, telle nuance de couleur... En somme le jazz, c’est comme la photographie : un regard personnel posé sur des choses connues, et qui nous semblent neuves à chaque fois ! On peut photographier 100 fois la Tour Eiffel, mais un photographe nous la montrera de manière inattendue et fraîche !

«Here’s that rainy day», «My funny Valentine», «Looking for a boy», «Time after time», «All the way» qui donne son titre à l’album, et tant d’autres classiques que Susie Arioli sublime de sa voix suave : un vrai délice pour l’oreille !

Avec Mélody Gardot ou Madeleine Peyroux, le Canada semble être décidément un vivier ces dernières années de voix féminines exceptionnelles...

Susie Arioli est en tournée en Europe en ce moment, en concert fin septembre à Paris : à ne rater sous aucun prétexte !

Ecouter Susie Arioli en concert : www.youtube.com/watch?v=ssxZJi92i_k&feature=related

www.susiearioli.com - www.jazzvillagemusic.com

 



MUZZIKA !  Septembre 2012 | Nadia Khouri-Dagher, Susie Arioli, Banda Ionica, Opa Cupa, la Banda Olifante, Banda Adriatica, Municipale Balcanica, Goran Bregovic, Fawzy Al-AiedyBANDE ITALIANE, Network Medien (Allemagne)/Distrib. fHarmonia Mundi

Les «bande» (banda au singulier) désignent les fanfares en Italie, formations essentiellement composées de cuivres et de percussions, qui animaient la vie des petites villes et des villages autrefois, et jusque dans un passé très récent : dans les années 50 encore, en France, nombre de villages possédaient encore leur fanfare.

Ces fanfares étaient de véritables «écoles de musique» gratuites, qui permettaient aux garçons (les fanfares étaient majoritairement masculines jadis, et même aujourd’hui) de se former à la musique et de pratiquer un instrument, et elles ont suscité bien des vocations musicales - dont ce disque est témoin.

Tombées en désuétude dans l’après-guerre un peu partout en Europe, avec le développement du disque vinyl et l’exode rural accéléré, les fanfares connaissent un renouveau depuis quelques années, sans doute parce que leur musique joyeuse et entraînante est l’un des meilleurs antidotes à la prétendue «crise» que l’Occident est censé vivre depuis le choc pétrolier de 1973, et la morosité qu’il a installée dans nombre d’esprits... à moins que ce ne soit le confort bourgeois et le «stress au travail» qui aient miné la joie de vivre et la bonne humeur de nombre d’Européens... ?

Saluons donc la parution de ce disque, qui nous présente quelques-unes des  meilleures fanfares italiennes, et que vous mettrez les jours où vous vous réveillez grincheux ! La Banda Ionica, Opa Cupa, la Banda Olifante, la BandAdriatica et la Municipale Balcanica vous donneront envie de vous lever pour danser, au son de mélodies et de rythmes venus non seulement d’Italie mais aussi des Balkans, d’Albanie, et même de Roumanie ... : car les fanfares sont aussi l’une des expressions musicales privilégiées des roms et tsiganes d’Europe de l’Est, qui affluent en Italie depuis la chute du bloc soviétique...

Nous avons par exemple été époustouflés par la performance vocale des Italiennes Irene Lungo (du groupe Opa Cupa») ou Maria Mazzota (de la BandAdriatica), qui ont dû être rom dans une vie antérieure, tant leur chant rauque pourrait être celui de chanteuses roumaines ! Et l’influence des Balkans ou de l’Europe de l’Est est clairement revendiquée par la plupart des groupes, depuis les titres des compositions («Klezmex» par la Banda Olifante) jusqu’aux noms des groupes, comme la Municipale Balcanica ou «Opa Cupa», qui est un cri musical lancé dans les fêtes roms !

Ecouter la Municipale Balcanica : www.youtube.com/watch?v=Qk4hzxe4EFc

www.networkmedien.de

 



MUZZIKA !  Septembre 2012 | Nadia Khouri-Dagher, Susie Arioli, Banda Ionica, Opa Cupa, la Banda Olifante, Banda Adriatica, Municipale Balcanica, Goran Bregovic, Fawzy Al-AiedyGORAN BREGOVIC, Champagne for Gypsies, Mercury/Universal Music

Le serbo-croate Goran Bregovic nous revient avec l’album qui fait suite à «Alkohol», paru en 2009, et dont nous vous avions rendu compte alors (http://www.babelmed.net/muzzika/4024-muzzika-f-vrier-2009.html ) . Le titre, en forme de toast, «Champagne for Gypsies», est un résumé du message que veut délivrer celui grâce à qui, peut-être, nous connaissons cette vogue des musiques balkaniques en Europe de l’Ouest ces dernières années : «hommage aux tsiganes et aux gitans!» veut nous dire Goran, et, de manière plus générale, hommage à tous les musiciens du monde, grâce à qui nos vies sont plus joyeuses et plus légères !

Pour preuve : le clip du morceau qui ouvre l’album, «Presidente», sur lequel il a convié les talentueux Gypsy Kings, dans un croisement réussi de la rumba catalane gitane et des fanfares tsiganes balkaniques. La vidéo de «Presidente» nous offre un délicieux montage de moments télévisés où divers Présidents et puissants de la planète - de Barack Obama à Boris Yeltsine, du Prince Charles à Giscard d’Estaing ! - se mettent à danser sous les yeux des caméras. Ils ont tous alors le sourire aux lèvres, ceux qui les entourent, et nous aussi - preuve, en quelques minutes et sans paroles, de l’extraordinaire POUVOIR de la musique - qui surpasse bien TOUS LES AUTRES !

A bon entendeur, salut ! E viva la liberta !

Voir le clip «Presidente» : www.youtube.com/watch?v=3OOPWig-hG4&feature=related

www.goranbregovic.com




MUZZIKA !  Septembre 2012 | Nadia Khouri-Dagher, Susie Arioli, Banda Ionica, Opa Cupa, la Banda Olifante, Banda Adriatica, Municipale Balcanica, Goran Bregovic, Fawzy Al-AiedyFAWZY AL-AIEDY, Radio Bagdad, Institut du Monde Arabe

Nous avons peu souvent la chance de recevoir des disques d’artistes irakiens - un pays pourtant fondamental, avant sa destruction par les forces armées américaines, pour la vie musicale au Moyen-Orient, et sur toute la scène arabe. En effet Bagdad fut pendant plusieurs siècles la capitale de la musique arabe, avant d’être supplantée, au XX° siècle, par Le Caire et ses productions de films musicaux qui diffusèrent la chanson égyptienne aux 4 coins du monde arabe...

Saluons donc le dernier album de Fawzy Al-Aiedy, artiste irakien installé en France depuis une trentaine d’années, et qui reste fidèle à la musique de son pays, qu’il continue à faire vivre dans l’exil...

«Radio Bagdad» présente un florilège de chansons - car l’artiste joue du ‘oud en chantant, comme il est de tradition dans la région - tirée du répertoire traditionnel ou savant. Chansons chantées en arabe classique comme «Djaria» ou «Leyla», ou dans le dialecte des bédouins nomades des déserts irakiens, qui prononçent «G» comme dans «gare» les «Q» comme dans «qalb» qui veut dire coeur...

Un répertoire très large, donc, qui inclut aussi des chansons destinées à un public enfantin - car l’artiste, pédagogue, a développé tout un pan de son répertoire à destination des enfants, dans son effort de sauvegarder la mémoire orale de son pays. En effet, partout les chansons chantées par les enfants sont une part importante du du patrimoine oral du pays, se transmettant de siècle en siècle. La preuve ? Vous aussi savez chanter, comme vos ancêtres, «Frère Jacques» ou «Sur le pont d’Avignon»...

Ecouter Fawzy Al-Aiedy en concert : www.youtube.com/watch?v=Kgfh3TlZh1M&feature=relmfu

www.musiquesenbalade.com

 


 

Nadia Khouri-Dagher

19/09/2012