MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARIS
MUZZIKA! Mai 2012 Imprimer
Nadia Khouri-Dagher   

En ce mois de mai, un délicieux premier album du guitariste belge Maarten Decombel; l’artiste espagnole Bebe et son rock fougueux; la “musique roumaine aventureuse” des Français du groupe Zakouska; les poèmes d’Adonis chantés par Abed Azrié; le chant kabyle-fusion de l’Algérien Idirad; et l’accordéoniste Francis Varis en état de grâce avec ses Suites de Bach, sa nourriture sprituelle quotidienne...


Le coup de coeur de babelmed
MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARISMAARTEN DECOMBEL, October Sunrise
Voici une pépite venue de Belgique, le premier album du jeune guitariste Maarten Decombel, ici en trio avec Louis Favre aux percussions et Rui Salgado à la contrebasse.
L’écoute de l’album fait du bien, comme un bain de verdure et de fraîcheur dans la nature - le livret nous offre une photo en double page du trio batifolant dans les herbes parmi des arbres, climat de paix et de bonheur parfaitement restitué par la musique. Chaque titre est présenté par Maarten Decombel en quelques mots, et nous le suivons: Le titre qui ouvre l’album, “October sunrise”, n’est commenté que par ces mots, “Tout va bien”, qui pourraient résumer tout l’album, bain de bien-être, philosophie positive même dans l’adversité - car “la musique reste toujours la meilleure thérapie” nous explique-t-il pour le titre “Donkerduin”.
Ce sont donc ses rêveries, le plus souvent en balade, que notre artiste a mis en musique. “Monza’s song”: “Je me ressource avec ma guitare sous le soleil rafraîchissant d’octobre...”; “Rainy Day”: “Se réveiller l’après-midi et jouer jusqu’à n’en plus finir comme si j’étais seul au monde...”; “Waterhoek Wals”: “En prenant l’air lors d’une promenade le long de l’Escaut, le vent souffle sans pitié, je rêve de paysages méditerranéens et du parfum de l’été”.
Pourtant l’artiste traverse aussi des moments douloureux - il est question d’hôpital, de souci pour savoir si Thijs s’en sortira, et d’un livre sur un père qui a perdu son fils... Mais la pudeur flamande est là - et surtout la musique, qui transforme en lumière, les plus noirs chagrins...
Ecouter: www.youtube.com/watch
www.homerecords.be



MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARISBEBE, Un pokito de rocanrol, EMI

Voici le 3° album de Bebe, artiste que l’Espagne - et le monde - ont découverte en 2004, avec le single “Malo, malo” devenu un tube dans le pays, et tiré d’un premier album, “Pafuera Telarañas” qui s’est vendu à 500.000 exemplaires dans le monde, est resté 2 ans dans les meilleures ventes en Espagne, fut disque d’or aux USA et de platine en Colombie et en Argentine, et valut à l’artiste une avalanche de prix: Prix Ondas 2004 de l’Artiste-révélation en Espagne, Prix du Meilleur album pop en Espagne, Grammy Latino pour l’Artiste-Révélation de l’année, etc...
“Malo Malo” dénonçait, en un rock énergique, le machisme et la violence conjugale, que vivent bien des pays hispaniques - et pas que - et la musique était tout aussi pénétrante que les paroles: “Une fois de plus, non, je suis fatiguée, ne crie pas, Non mon amour non les enfants dorment... Je veux brûler ton poing d’acier (...) Méchant, méchant, tu es méchant (...) Ne te crois pas supérieur aux femmes...” .
Après quelques années de retour à sa carrière d’actrice de cinéma, et un deuxième album, “Y”, paru en 2009, Bebe nous revient, plus énergique que jamais, avec cet opus, “Un peu de rock ‘n roll”, enregistré en France avec des musiciens français, et produit par Renaud Letang. Toute l’énergie et la fougue du rock, le côté revendicatif du punk, et même des incursions dans le hip-hop: Bebe, dont les textes sont toujours aussi travaillés, et la voix rauque parfaitement adaptée à l’univers du rock (on pense immanquablement à Janis Joplin, dont Bebe est comme la petite soeur), nous montre ici que le rock est intemporel, et reste parfaitement adapté aux cris de révolte de toute une génération, 60 ans après sa naissance aux Etats-Unis...
“Mi guapo” est déjà un succès sur les radios espagnoles, et cet album est déjà en train d’emmener Bebe en tournée non seulement dans toute l’Espagne, mais aussi jusqu’aux Etats-Unis et en Russie...
Une artiste à découvrir d’urgence si vous avez raté les épisodes précédents...
Ecouter “Mi guapo”: www.youtube.com/watch
Ecouter le tube “Malo”: www.youtube.com/watch
www.labebebellota.com



MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARISZAKOUSKA, Musique roumaine aventureuse, Playasound/Harmonia Mundi
La zakouska désigne un plat roumain à base de poivrons, de tomates, d’oignons, de carottes, d’épices, et d’huile d’olive, voisin évidemment de la chakchouka algérienne, car l’Empire ottoman s’étendait jadis, en forme de croissant de lune autour de l’Est de la Méditerranée, de l’Europe balkanique jusqu’à l’Algérie, mixant les cultures, culinaires et musicales notamment!
Zakouska est aussi le nom d’un jeune groupe de musiciens français amoureux de la Roumanie, groupe né en 2009 à Strasbourg qui regorge de groupes talentueux amoureux d’Europe de l’Est et dont nous vous rendons souvent compte dans cette rubrique MUZZIKA!
Elodie Messmer et Aline Haelberg au violon et/ou au bratsch (ce grand violon roumain au son plus grave), Fabien Bucher à la guitare et Arthur Bacon à l’accordéon, sont partis en Roumanie écouter et enregistrer des airs traditionnels. Ils les retravaillent ici et s’en servent parfois comme base pour des compositions hardies, tout en restant dans l’esprit de ces musiques, qui combinent tradition et liberté.
Nous avons été scotchée par “A casuta de trifoi”, totalement pris par l’incroyable voix féminine, réalisant de vraies prouesses vocales comme savent en réaliser les interprètes féminines de là-bas. Surprise: c’est la Française Laetitia David, la voix d’or du tout aussi jeune groupe Imaz’Elia, qui avait été notre Coup de coeur en février 2011 (www.babelmed.net/6436) , Laetitia qui est une sur-douée de ces musiques nomades et voyageuses, invitée sur cet album avec d’autres artistes.
Notre quatuor raconte dans le livret, enthousiaste, avoir découvert avec leurs voyages “toute une Roumanie sonore brassant une matière que l’on ne soupçonnait pas aussi vivante et foisonnante”: c’est un peu de cet enthousiasme et de ce foisonnement sonore que leur premier album restitue, avec bonheur.
Ecouter: www.youtube.com/watch
www.myspace.com/zakouska - www.playasound.com



MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARISABED AZRIÉ Chante Adonis, Doumtak, CD & DVD/Distrib. Harmonia Mundi
Le Syrien Abed Azrié consacre sa vie à mettre en musique les plus grands poètes arabes, d’hier et d’aujourd’hui, et c’est Adonis qui est à l’honneur dans ce coffret CD/DVD, capté lors d’un concert à l’Institut du Monde Arabe en en mai 2011.
Adonis, né en 1930 en Syrie, est l’un des plus grands poètes arabes contemporains, théoricien de la poésie aussi, à qui il a insufflé un vent de modernité, entraînant avec lui toute une génération de poètes arabes, du Maroc au Yémen. Installé à Beyrouth avant la guerre civile, Beyrouth qui était alors le centre de gravité du monde littéraire et intellectuel de la région, Adonis y avait fondé, avec le poète libanais Youssef al-Khal, la revue “Chi’r” (“Poésie” en arabe), puis plus tard la revue “Mawakef” (Positions), qui eurent toutes deux une renommée dans toute la région arabe.
Abed Azrié, qui a une voix faite pour ce “chant profond” qu’est aussi le chant arabe, superbe voix grave et mate, chante ici, parfois sur un mode proche de la récitation, et sobrement accompagné de quelques instruments - violoncelle, ‘oud, percussions, et même le très occidental accordéon - quelques poèmes d’Adonis dont le livret nous donne la traduction, en français et en anglais. Voici “Poètes”:
Ils n’ont pas de lieu
Ils réchauffent le corps de la terre
Ils façonnent à l’espace ses clés
Ils n’ont établi ni lien ni demeure
Pour leurs légendes
Ils les ont écrites
Comme le soleil écrit son histoire.

Ils n’ont pas de lieu

L’écoute du CD est une méditation poétique autant que musicale, comme un voyage dans le temps, dans les siècles passés, à cette époque où, de Bagdad à Séville, la poésie se lisait et s’écoutait dans les salons des lettrés. Une manière d’affirmer la pérennité d’un héritage - l’héritage poétique arabe - toujours vivace, même en ce XXI° siècle pressé...
Ecouter: www.youtube.com/watch
www.abedazrie.com



MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARISIDIRAD, Zik, Musarco (Belgique)
Idirad est le nom d’un groupe créé en 2008 par le guitariste et auteur-compositeur algérien Idir Aït Dahmane, qui vit en Belgique. A son arrivée dans ce pays, l’artiste a passé quelques années à accompagner à la guitare divers groupes, dans divers styles, et son album s’en ressent, qui ouvre la musique kabyle à d’autres influences. Ainsi un sax s’invite dans le titre d’ouverture, “Amd’al umazigh”, cependant que “Zik”, qui donne son titre à l’album, emprunte au rock touareg et aux rythmes lancinants gnawas. “Rose du désert” - seul titre en français - perpétue la balade kabyle, que Idir fit connaître au monde entier avec sa chanson “A vava inouva” il y a quelques décennies...
On retrouvera dans les textes des thèmes chers à la chanson kabyle de l’émigration: les adieux au village, le regret d’abandonner ses parents, la dureté de la vie en Europe, les désillusions... et toujours, la fierté d’être amazigh, “homme libre”, fierté qui donne le courage de supporter toutes les déconvenues de la vie...
Ecouter “Zik”: www.youtube.com/watch
www.myspace.com/musarcomusic



MUZZIKA! Mai 2012 | MAARTEN DECOMBEL, BEBE, ZAKOUSKA, ABED AZRIÉ, IDIRAD, FRANCIS VARISFRANCIS VARIS, Bach - Suites pour violoncelle 1,5 et 6, Socadisc
J’ai entendu - et vu jouer! - Francis Varis pour la première fois lors de mon premier concert de Titi Robin, dans une commune au Sud de Paris, il y a cinq ou six ans. J’avais été totalement émerveillée par le jeu d’accordéon de cet artiste, les sons incroyablement subtils qu’il parvenait à tirer de cet instrument, qui devenait aérien et léger sous ses doigts, et d’une rare intensité... Bref, ce concert avait été une double rencontre musicale: avec Titi Robin, et avec celui qui l’accompagne à l’accordéon depuis 15 ans!
Voici Francis Varis pour la première fois dans un disque en solo - pour les Suites de Bach, qu’il joue chaque matin que Dieu fait, à l’aube, ainsi que le raconte dans le livret Titi Robin, que Francis Varis accompagne dans ses tournées de par le monde: “Chaque matin, dans un nouvel hôtel, dans une nouvelle capitale, on reconnaît, venant d’une chambre proche, la poésie dense et sereine du cantor de Leipzig, à travers le souffle de l’accordéon de notre compagnon Francis Varis. C’est ainsi depuis des années, notre Bach bien aimé comme voyageur clandestin, sans passeport, quels que soient les rivages, la couleur du ciel, nous éveille à l’aube... musique pure”.
Et Francis Varis explique à son tour: “Je commence toutes les journées où je le peux en jouant les Suites pour violoncelle... Depuis tout jeune elles m’émeuvent! L’épure, l’intimité, le silence, l’espace à l’intérieur même de la musique concourent à ce mélange - miraculeux - de liberté et de sérénité qui est ma meilleure définition de la Grâce”.
Il y a deux ans, Richard Galliano nous livrait, accompagné de musiciens classiques, sa vision de Bach à l’accordéon (http://www.babelmed.net/5777). Francis Varis nous offre une autre lecture, où l’accordéon remplace le violoncelle comme instrument solo. Un magnifique hommage à la fois au grand Bach, et à cet instrument que certains méconnaissent et appellent injustement “populaire”, mais qui peut pourtant s’élever - on le voit ici - à des sommets de noblesse et de spiritualité...
Ecouter le prélude de la Suite N°5: www.youtube.com/watch
www.francis-varis.com



Nadia Khouri-Dagher
22/05/2012