Un nouvel été pour le Liban? | Charlotte Kerihuel
Un nouvel été pour le Liban? Imprimer
Charlotte Kerihuel   
Un nouvel été pour le Liban? | Charlotte Kerihuel
Beyrouth, Hamra
Deux ans après la guerre qui a durement touché la capitale et le sud du pays, le Liban semble renaître. Oubliés les violents affrontements intercommunautaires du mois de mai dernier entre milices sunnites et chiites (qui ont fait plusieurs dizaines de morts), oublié le blocage politique qui a vu l’élection présidentielle repoussée une vingtaine de fois: aujourd’hui l’heure est à la réconciliation. Et Beyrouth, capitale cosmopolite et multiculturelle, renaît, une nouvelle fois.

Le tournant majeur a eu lieu le 25 mai dernier, quand, suite à la conférence pour le dialogue interlibanais qui s’est déroulée au Qatar et à l’accord de Doha qui y a été conclu, le Liban a élu un nouveau président, Michel Sleimane, ancien commandant en chef de l’armée. Son élection a été vécue comme un véritable soulagement par le peuple libanais qui s’est de nouveau rassemblé, derrière son président.

Depuis, c’est l’effervescence à Beyrouth, alors déclarée «centre des stars» le temps d’une semaine de concerts en plein air. Bars et restaurants du centre ville ont rouvert et c’est désormais l’affluence, ce qui ravit bien évidemment les nombreux gérants de cafés qui travaillent de nouveau après 18 mois de fermeture. Ainsi Hossein Massoud, heureux propriétaire d’un café situé en plein coeur de Beyrouth, affirme que pour lui ce 25 mai représente «la plus belle journée de [s]a vie!».

Ce déblocage politique est donc venu à point nommé pour relancer la saison estivale et les touristes, en majorité originaires des pays du Golfe, répondent de nouveau présent (la fréquentation touristique a ainsi augmenté de 97.5% entre juin 2007 et juin 2008). Même les libanais de l’étranger reviennent en masse au pays pour y passer l’été; par conséquent «tous les vols vers le Liban affichent complets», affirme-t-on à la compagnie aérienne nationale, Middle East Airlines.

Autre signe de ce renouveau, la saison culturelle estivale qui s’annonce riche en événements. Ainsi les célèbres festivals de Beiteddine, de Baalbek et de Byblos ont repris après deux années d’interruption et le mensuel culturel Time Out Beirut (publié en anglais) paraît de nouveau.
Un nouvel été pour le Liban? | Charlotte Kerihuel
Oui mais… mais tout n’est pas si rose au pays du Cèdre. La formation d’un gouvernement d’union nationale a été une véritable épreuve du combattant et a pris du temps, du fait notamment du problème de la répartition des postes entre majorité (menée par le Courant du Futur sunnite de Saad Hariri) et opposition (dont font partie le Hezbollah et Amal, deux courants chiites). Par ailleurs, la situation actuelle reste tendue, comme l’attestent les récents affrontements de la mi-juillet qui ont eu lieu dans le nord du pays, à Tripoli, et qui ont fait une dizaine de morts.

Le Liban est ainsi: du jour au lendemain, la situation peut empirer jusqu’à mener quasiment à une guerre civile, ou bien s’améliorer d’un coup de baguette magique, comme si la veille, rien ne s’était réellement passé. Espérons alors pour ce beau pays que l’été 2008 sera celui du renouveau. Ce qui est certain c’est que le peuple libanais a cette capacité à ne jamais se laisser abattre, à toujours rebondir. Comme si chaque jour annonçait un nouveau départ. Comme si le soleil qui se lève chaque matin sur Beyrouth était synonyme de renaissance…

Charlotte Kerihuel
(01/08/2008)

mots-clés: