babelmed - Dossiers - Tunisie | babelmed,Mediterranean culture,Mediterranean society,information and debate in the Mediterranean,dossier and report in the Mediterranean,travel narrative in the Mediterranean,Art in the Mediterranean,spectacle in the Mediterranean,music in the Mediterranean,literature in the Mediterranean,poetry in the Mediterranean,Mediterranean cinema,Mediterranean theater,Mediterranean artist,culinary arts in the Mediterranean,Arab world moving,book in the Mediterranean,translation in the Mediterranean
Rappel(s)
Rappel(s) | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeOn le verra ici, le rêve d’une cohésion entre communauté, ce désir d’une société plurielle est fortement marqué par un coefficient souvenir. C’est très souvent sur le mode de la nostalgie que ce modèle pluriculturel est évoqué.
 
Une journée à Takrouna
Une journée à Takrouna | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeTakrouna. 40° à l’ombre. Un éboulement qui a mis en péril les fondements de la mosquée interdit tout passage de véhicules. J’entreprends donc d’escalader à pieds ce mont escarpé...
 
Du côté de l’Ichkeul
Du côté de l’Ichkeul | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeCertaines montagnes doivent leur intérêt à un peintre (Sainte-Victoire est redevable à Cézanne), à un poète (Le mont Jinting est toujours reconnaissant au poète Li Po).
 
Kélibia, une ville, un festival et un artiste
Kélibia, une ville, un festival et un artiste | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeKélibia de son nom antique Klupea, village balnéaire situé à la pointe est de la presqu’ile du Cap Bon est pour les cinéphiles la capitale du cinéma amateur en Tunisie.
 
Constantine-Tunis, taxi clandestin
Constantine-Tunis, taxi clandestin | babelmed | dossier - reportage - méditerranée«Tunis, Tunis, Tunis!» Le cri fuse de partout à la sortie de la station de taxis de Constantine, «capitale de l’Est». Le voyageur qui débarque est, en un tournemain, happé par un tourbillon de jeunes hommes qui s’attroupent autour de lui, lui proposant d’une même voix de l’emmener en Tunisie pour 1500 dinars algériens ou 25 dinars tunisiens (17 euros), au choix. Et s’il se montre intéressé, c’est un enchevêtrement de bras et de mains qui tente de lui arracher ses bagages, qui se l’arrachent.
 
Le bustan de Sultana
Le bustan de Sultana | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeL’architecture rebondissante de coupoles ou plate de toits en terrasses est typiquement tunisienne. L’éclat du bleu sur la façade blanche cache derrière ses moucharabieh les secrets de la vie intérieure. Cette habitation privée, agrandie et embellie au fil des années, est devenue hôtel de charme, le premier en Tunisie. Qui songerait en l’admirant qu’elle a été construite sur un terrain vague et incertain de solidité.
 
Un printemps effervescent
Un printemps effervescent | babelmed | dossier - reportage - méditerranée«Il faut venir à Sbeitla, m’a dit Jalel, tu aimeras son atmosphère bon enfant». Jalel avait raison et pour rien au monde je ne raterai la prochaine édition de ce jeune festival du printemps.
 
Le cinquième Printemps de Sbeïtla
Le cinquième Printemps de Sbeïtla | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeSbeïtla, Tunisie, 23-26 mars 2005 A l’origine du Printemps de Sbeïtla, il y a la volonté d’un jeune professeur de français de la région, Adnan Helali. Ou mieux encore, il y a un dénuement culturel, un appauvrissement que ce jeune a juré de vaincre. Il monte à Tunis, convainc le Ministère du Tourisme et le Ministère de l'Education et de la Formation et le Service Culturel de l’Ambassade de France de lui faire confiance. Une jeune association voit le jour qui s’attelle à donner de la vie à la culture de la ville. Sbeïtla a un atout majeur: son patrimoine archéologique.
 
Du bon usage des murs
Du bon usage des murs | babelmed | dossier - reportage - méditerranéePour qu’un mur soit à préserver, il lui faut des fissures, des fêlures, des failles, des fentes, des lézardes et des brèches comme dans le mur de Nefta. S’il n’y avait eu pas le mur de Nefta, j’aurais été tenté de penser que toute cloison demande à être abattue. Nefta a sauvé tous les murs dans mon utopie.
 
Promenade dans Gafsa, cité millénaire
Promenade dans Gafsa, cité millénaire | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeJ’arrive à Gafsa après l’épreuve du train de nuit en provenance de Tunis. Pourtant j’aime ces trains qui ne traversent pas l’espace: il fait nuit et on ne voit rien. Ce qu’ils traversent, c’est le temps. À l’arrivée, le train de nuit vous offre, au lieu des étendues qu’il vous a dissimulées, une ville et une journée. Il vous offre comme une ville naissante. Ici, de l’autre côté de la Méditerranée, la ville de l’éclosion par excellence, c’est Gafsa, la ville oasienne.
 
Du côté de Kasserine, de Kairouan la musulmane à Sbeïtla la byzantine
Du côté de Kasserine, de Kairouan la musulmane à Sbeïtla la byzantine | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeJe descends vers le sud de la Tunisie pour revoir un poème gravé sur un mausolée du IIème siècle après J. C. J’affectionne la poésie qui se fait chose visible. Ma route passe par Kairouan, le centre spirituel du Maghreb. J’entre dans la ville, dans sa profusion de coupoles, de minarets et de dômes…
 
Si t’es vivant, filme!
Si t’es vivant, filme! | babelmed | dossier - reportage - méditerranéeLa cinémathèque française vient d'honorer, à l'occasion d’une soirée spéciale, deux cinéastes italiens dont les films ont été récemment restaurés: Giulio Questi pour La mort a pondu un oeuf, un film de 1968, et Pupi Avati pour Zeder, un film de 1983.