Dr Fadl: le gourou des milieux jihadistes | babelmed
Dr Fadl: le gourou des milieux jihadistes Imprimer
babelmed   
Dr Fadl: le gourou des milieux jihadistes | babelmedDr Fadl est né en 1950 en Egypte. A l’âge de 24 ans, il avait déjà effectué une scolarité brillante au cours de laquelle il a appris le Coran, rédigé ses premiers ouvrages sur l’islam, obtenu son bac avec plus de 18 de moyenne et achevé ses études de médecine en devenant chirurgien. Parallèlement à ses études, il milite pour la réislamisation de la société égyptienne et en 1968, crée le noyau de ce qui deviendra le jihad égyptien (1) avec un certain... Aymen Zawahiri.
Jusqu’en 1993, Dr Fadl sera le mentor de Zawahiri et l’émir du Jihad islamique égyptien. Jusqu’à fin 2007, ses livres continueront à être enseignés parmi les recrues d’Al Qaida, l’organisation le considérant comme sa principale référence religieuse et son idéologue.
Revenons à son parcours. Après l’assassinat de Sadate en 1981, il sera le seul dirigeant de l’organisation à pouvoir s’enfuir. Il gagnera clandestinement la Jordanie et finira par s’installer quelque temps à Peshawar (Pakistan) où il aura ses premiers contacts avec la résistance afghane. En 1984, il est innocenté dans le procès des meurtriers de Sadate et dès cette année, commence à recevoir au Pakistan ses ex-camarades du Jihad égyptien.
En 1986, sur le sol pakistanais, il prend part à la création de Gamaât al Jihad, l’organisation radicale égyptienne qui finira par fusionner avec Al Qaida et qui le désigne dès le premier jour comme son guide spirituel. Il rejoindra brièvement Oussama Ben Laden au Soudan où il n’hésitera pas à le critiquer, l’accusant par exemple d’être un homme têtu “qui n’écoute que lui-même”. Il prendra très vite ses distances avec lui et s’installera au Yémen où il exercera son métier de chirurgien pendant plusieurs années, jusqu’à son arrestation en 2001 après les attentats du 11 septembre, puis son extradition vers l’Egypte en 2004 où il est toujours emprisonné.
La personnalité charismatique de Dr Fadl, son érudition dans le domaine religieux, son désintéressement, sa piété, font de lui quelqu’un de très populaire dans les milieux islamistes.
Sa prise de distance avec les salafistes jihadistes commencera en fait en 1993. Coup sur coup, deux événements le poussent à condamner ses ex-camarades, avec des mots très durs et des jugements sans appel.
Cette année-là, le Jihad égyptien tente d’assassiner le Premier ministre Atef Sedqui qui sort indemne de l’attentat; par contre, une petite fille de 7 ans, Chaïmaa, qui quittait l’école au moment de l’explosion, est mortellement atteinte. Dr Fadl ne trouvera pas de mots assez durs pour condamner cet acte.
Le second événement concerne ses écrits. Dr Fadl découvre, effaré, que ses livres sont enseignés dans les camps d’Al Qaida, mais dans des versions amputées, falsifiées, déformées pour justifier la spirale terroriste et les objectifs politiques de l’organisation. De là, date sa rupture avec son ancien ami, confrère et élève Aymen Zawahiri qu’il refusera désormais de rencontrer, malgré les demandes de ce dernier.


(1) Le Jihad égyptien a été à l’origine de l’assassinat du président Sadate. L’organisation,
cofondatrice d’Al Qaida, a mené de nombreuses actions terroristes en Egypte et a œuvré
à exporter son idéologie violente dans les autres pays musulmans.


mots-clés: