Match Algérie-Egypte: quand deux pays ne tournent plus rond | Ghania Khelifi
Match Algérie-Egypte: quand deux pays ne tournent plus rond Imprimer
Ghania Khelifi   
Match Algérie-Egypte: quand deux pays ne tournent plus rond | Ghania KhelifiDepuis des jours l'Algérie a mis entre parenthèses ses problèmes et ses divisions pour se consacrer entièrement à l'adoration de ses footballeurs partis au Caire remporter la qualification au Mondial-2010. La fièvre est montée d'un cran, pour atteindre le degré d'ébullition, quand le car transportant les joueurs algériens de l'aéroport du Caire à leur hôtel a été caillassé par des supporters égyptiens.

La haine, le terme n'est pas trop fort, a explosé en Algérie touchée au coeur par cette agression. Leurs joueurs blessés! La FIFA a heureusement rappelé à l'ordre les organisateurs égyptiens contre toute autre acte d'hostilité et exigé des mesures de sécurité pour les footballeurs.La sécurité a également été au menu de la rencontre des ministres des affaires étrangères des deux pays. C'est dire le sérieux de l'affaire entre les deux Etats.

Des milliers de supporters ont pris la route du Caire par avion ou par route via la Lybie. Rien n'est trop cher, rien n'est trop loin pour assister à ce match "historique" selon le terme désormais accolé à cette rencontre. Certains n'hésitent pas à comparer le jour de la victoire, dont personne ne doute, au jour de l'indépendance du pays! L'ambiance y ressemble effectivement.

Match Algérie-Egypte: quand deux pays ne tournent plus rond | Ghania Khelifi
Hassan Shehata
A Alger les façades d'immeubles disparaissent sous les drapeaux ,les voitures sont recouvertes d'emblèmes et de posters des joueurs. Des gens se promènent enveloppés dans les couleurs vert, blanc ,rouge du drapeau algérien.Tee-shirts, couvre chefs de toutes formes, auto collants, affiches, tout chante la gloire de l'équipe nationale.Les discussions ne portent que sur les pronostics et la delectation de donner "une triha" (une raclée) aux Egyptiens.Le contentieux footballistique, si l'on peut dire, remonte à la surface et l'on se rémémore les "attaques contre nous au Caire" à d'autres occasions du même genre.

Cela fait plus de vingt ans que les Algériens attendent leur qualification au Mondial. La performance de la selection de 1982 "presque arrivée au quart de finale " et qui avait défié les Allemands s'est depuis usée à force de servir la fibre patriotique si malmenée durant les années 1990 par la guerre civile.

Le chômage, les enseignants en grève, la violence persistante, la corruption sont depuis quelques jours des sujets "indécents" à evoquer dans cette atmosphère de communion nationale qui confine pour certains supporters à l'extase. Des rumeurs parlent d'un journée nationale fériée, d'augmentation générale de salaires et bien d'autres gestes génereux. Même le gouvernement, si critiqué, trouve quelque grâce aux yeux de l'opinion persuadée que la division serait néfaste au moral des joueurs, joueurs qui évoluent ceci dit dans leur majorité dans des clubs français. Un fait que les supporters egyptiens ont evidemment épinglé

Les internautes des deux pays se livrent une guerre impitoyable à coups d'injures et de propos très loin de la fameuse fraternité entre les Arabes. Les Algériens sont traités de" français" parce qu'ils ne parlent pas l'arabe correctement et les Egyptiens de "sionistes" parce qu'ils ont "pactisé" avec Israel. Et ce n'est là qu'un échantillon allégé des échanges sur le Net. Les autres Maghébins participent aussi à cette bataille en prenant position pour l'un ou l'autre mais plus souvent, surtout les marocains, pour l'équipe algérienne. Réflexe de voisin sans doute.
Match Algérie-Egypte: quand deux pays ne tournent plus rond | Ghania Khelifi
La presse n'est pas en reste.Tout en s'accusant mutuellement de jeter de l'huile sur le feu, les médias des deux pays tirent à boulets rouges sur l'équipe adverse.Egyptiens et Algériens s'opposent-ils vraiment autour d'un ballon ? Ne serait-ce pas plutôt contre leurs propres démons qu'ils se déchaînent. Ce match ne serait-il pas en fin de compte que l'exutoire à leurs frustrations quotidiennes, à leurs privations et à l'étouffement de leurs libertés ?.

Ghania Khelifi
(13/11/2009)


mots-clés: