Tayeb Arab, destin d’encre  | babelmed
Tayeb Arab, destin d’encre Imprimer
babelmed   
Tayeb Arab, destin d’encre  | babelmedCes caricatures qui ont«habité» la «République» d’Oran à la fin des années soixante et jusqu’au milieu des années 70 sont mémorables. Ces traits élégants, cruels, parfois tendres disaient l’indicible de l’horreur des guerres, l’insupportable légèreté des hommes politiques, l’injustice, et se moquaient avec tendresse et parfois colère, des travers des algériens. Ils accompagnaient aussi les grands chantiers de l’Algérie indépendante, Révolution Agraire, Industrielle et Culturelle.
Au milieu d’un discours officiel peu contesté, seule « La République » dirigée par Bachir Rezzoug osait s’attaquer à tous les problèmes et les dessins d’ ARAB faisaient passer avec humour des messages que tous pouvaient déchiffrer.

ARAB Tayeb est né le 14 avril 1947 à Oran en Algérie. Il passe son enfance à l’Es Senia.
Depuis l’enfance il dessinait mais rien dans son environnement social ou familial ne le prédisposait à faire une carrière d’artiste. Lorsqu’il quitte le collège avec un CAP d’électricien, il préfère travailler comme peintre en lettres pour la publicité murale. Mais il est si mal payé qu’il devient contrebandier, seule façon de sortir sa famille du besoin. Tayeb Arab, destin d’encre  | babelmed
En mars 1965 il envoie des dessins au journal francophone « La République » d’Oran, le plus grand tirage national de l’époque. Il est remarqué, ses dessins sont publiés et on lui propose un emploi de «telexman», il n’intègrera la rédaction qu’avec l’arrivée du nouveau directeur Bachir Rezzoug et publie en moins de 10 ans plus de 7000 dessins et caricatures.
L’arabisation au milieu des années 70 de « La République » qui devient El Djoumhouria entraîne le départ des journalistes francophones et ARAB ne tarde pas à en faire autant. Il s’installe à Boumerdes près d’Alger, collabore aux hebdomadaires « Révolution Africaine » et « Algérie Actualité » d’Octobre 1978 à Mai 1979.
Il quitte l’Algérie en juillet 1981 et s’installe à Paris où il collabore à « Afrique Asie ». Il reprend la peinture, et décide de s’installer en 1986 dans le sud de la France près de Montpellier pour se consacrer entièrement à la peinture au milieu des chênes verts et des oliviers.

Dans le cadre d’Alger Capitale de la Culture Arabe 2007, un hommage lui est rendu au travers d’une exposition qui permet de découvrir son oeuvre aussi bien de caricaturiste dessinateur de presse que de peintre. Des toiles, des oeuvres peintes sur papier, des affiches, des caricatures sont mis en espace grâce à la scénographie de Assia Ould Kablia. Au coeur de l’exposition les nouvelles technologies sont misent au service de la découverte d’un artiste qui vaut le détour, un film de 14 mn, une borne interactives sont là pour informer ainsi qu’un site Internet www.arab-tayeb.com .
Tayeb Arab, destin d’encre  | babelmed
Un CD multimédia sera offert aux visiteurs, il comprend l’essentiel des informations qui se trouvent sur le site Internet créé spécialement à cette occasion, ainsi que le film de 14mn et le catalogue de l’exposition au format PDF.

L’exposition aura lieu :
Musée Zabana Oran du 30 avril au 22 mai 2008. Contact : 041 40 62 76

Pour informations complémentaires :
www.culturedjazair2007.com
www.arab-tayeb.com
(09/05/2008)

mots-clés: