Cinéma, festivals, films documentaires, tv avec Méditerranée audiovisuelle | babelmed
Cinéma, festivals, films documentaires, tv avec Méditerranée audiovisuelle Imprimer
babelmed   
  Cinéma, festivals, films documentaires, tv avec Méditerranée audiovisuelle | babelmed Il y a mille initiatives en Méditerranée mais elles nous échappent souvent par manque de visibilité. Méditerranée Audiovisuelle, la lettre d’information proposée chaque mois par le CMCA est un outil précieux, voire indispensable, pour avoir un meilleur accès à l’espace audiovisuel euro-méditerranéen. Cinéma, co-production, festivals, colloques, documentaires, nouveaux programmes tv font l’objet de la vingtaine de pages proposées en français et traduites en arabe. Un simple clic suffit pour s’abonner, à partir du site du CMCA.

Films documentaires
A retenir dans la livraison du mois de mars un choix d’infos particulièrement intéressant. Tout d’abord plusieurs documentaires, achevés ou en cours de réalisation. On y apprend que la réalisatrice libanaise Dima al-Joundi vient de finir son documentaire « Bonne à vendre ». Le film traite de la situation tragique de quelques 150.000 Sri Lankaises, employées comme domestiques dans la capitale libanaise. En effet pour fuir la misère de leur pays d’origine, ces femmes ont décidé d’immigrer au Liban. Mal leur en a pris, puisqu’elles sont réduite en semi-esclavage dans ce petit pays qui compte sur quatre millions d’habitants 800.000 travailleurs immigrés sans aucun droit ou presque. Ce film a été soutenu par la région PACA, l’agence de la Francophonie et Medea. Il est produit par «Les films du soleil» et co-produit par Crystal Films au Liban, Panache Productions et Fugitive en Belgique. Il sera bientot diffusé sur France 3 Corse, la RTBF, KTO et YLE et projeté en première mondiale au Festival des Droits de la Personne de Montréal (24 au 36 mars).

Autre documentaire produit par Les films du soleil , «La vie à contre-temps» de Bruno Ulmer sur Alger vue de Marseille, un beau projet sur la mémoire qui circulent ou non, d’une rive à l’autre de la Méditerranée, entre les deux villes. Le film part aussi d’une une envie très pragmatique d’aller voir, au-delà des spéculations comment on vit, aujourd’hui, à Alger. Car comme pour Marseille, Alger apparaît comme une ville prisonnière d’images fausses. «En dehors des modes et des apparences, explique Patricia Hubinet (des Films du soleil), Bruno Ulmer va aller chercher dans ces existences construites entre Alger et Marseille une mémoire vraie et équitable. Je sais qu’il va fouiller du côté de cet imaginaire tellement actuel et si profondément humain».

Travail sur les mémoires, encore, avec ce film qu’on aimerait tant voir rediffusé : « La torture en Algérie...Ils ont dit non ! ». Plus de quarante ans après la signature des Accords d’Evian, il est temps de déchirer l’opacité et le silence qui recouvrent aujourd’hui encore la triste réalité de ces événements. Pourtant, des voix commencent à s’élever côté français. Ces voix n’appartiennent pas à des militants mais à des soldats, et officiers de l’armée française qui ont dit non à la torture. Les entendre aurait été reconnaître les crimes et les exactions commises par l’armée française en Algérie, tortures que l’on commence à évoquer seulement maintenant, quelques cinquante ans plus tard. Cinéma, festivals, films documentaires, tv avec Méditerranée audiovisuelle | babelmed Festivals
De nouvelles rencontres cinématographiques auront lieu dans les prochaines semaines à Tunis et à Chypre. Doc à Tunis, qui se tiendra du 5 au 9 avril, est la première édition des rencontres internationales du films documentaires. L’objectif de la manifestation, animée par Frédéric Miterrand, est de donner aux films documentaires tunisiens une plus grande visibilité, de créer un lieu de rencontres et d’échanges pour entamer une réflexion approfondie sur ce type de production en Tunisie. L’idée vise également à monter ce qui se fait de mieux dans ce genre autour de la Méditerranée. Nouveauté aussi dans l’Ile de Chypre qui inaugure la première édition de son festival du cinéma, du 24 au 27 mars. 130 films en provenance de 40 pays y seront projetés. Le film primé recevra une Aphrodite d’or et 20.000 dollars. A quelques brassées de Chypre, Athènes ouvre la 7ème édition du film francophone, du 30 mars au 8 avril. En partenariat avec le festival de Thessalonique (6-13 avril), le festival proposera une sélection de films francophones, avec entre autres au programme, «Palais Royal» de Valérie Lemercier, «La ravisseuse» de Antoine Santana. «Les amants irréguliers» de Philippe Garel, «A ce soir» de Laure Duthilleul et un hommage au metteur en scène grec Michalis Kakoyannis. A signaler en Bref
Le prix Reba Stewart and Geneviève mc Millan (Université Harvard) remis le 27 février au cinéaste algérien Merzak Allouache, pour l’ensemble de son oeuvre. Le réalisateur de «Bab el oueb», «Salut cousin!», «Alger-Beyrouth pour mémoire» se voit ainsi primé par une des plus prestigieuses universités américaines. Havard gère une impressionnante cinémathèque et une bibliothèque réservées aux écrits, films, courts métrages et documentaires du monde entier.

Enfin la chaîne satellitaire arabe Al Jazira (Qatar) lance pour fêter son dixième anniversaire Al Jazira International. Il s’agit de la première chaîne d’information continue, en langue anglaise, basée au Proche-Orient. Les programmes seront diffusés depuis Doha, Washington, Londres et Kuala Lumpur. On ne peut que se réjouir de ce renversement salutaire. Il est normalement d’usage de voir s’implanter les initiatives culturelles et médiatiques occidentales dans les pays arabes, pas le contraire. Le lancement est prévu pour mai prochain. Rédaction Babelmed
(22/03/2006)
mots-clés: