75% Familles Nombreuses, de Ali Djilali | babelmed
75% Familles Nombreuses, de Ali Djilali Imprimer
babelmed   
  75% Familles Nombreuses, de Ali Djilali | babelmed L’histoire
C’est l’histoire d’une famille immigrée qui, dans les années 60 s’installe dans le sud de la France pour ensuite immigrer dans un petit village au fin fond de l’Alsace et ainsi devenir la première famille «alsaço-maghrébine».
«75% Familles Nombreuses» retrace cette saga familiale, depuis les années 60 jusqu’à nos jours, avec la mère comme élément central de la famille. Elle met au monde dix enfants, s’occupe de leurs besoins quotidiens, de leur éducation, tout en se confontant à la société d’accueil.
Cette famille logée dans un quartier populaire, va vivre dans la joie et la douleur son adaptation à ce nouveau pays. L’action se déroule en Alsace, lieu symbole, car l’Alsace a changé à plusieurs reprises d’identité suivant le cours de l’histoire, puisqu’elle est devenue française, allemande, puis allemande française et inversement. Cette famille ressemble dans son parcours à l’Alsace et doit s’adapter aux différentes cultures, langues, lieux, qui accentuent la difficulté de ces parents qui ne maîtrisent ni le français, ni l’alsacien.
Les enfants, quant à eux doivent faire face à cette triple culture Arabo-franco-alsacien. Le spectacle a pour cadre un quartier populaire, une cité HLM où vivent une famille maghrébine, des gitans sédentarisés et plusieurs familles alsaciennes. Tous les personnages sont inspirés de la réalité. Ce spectacle est vu à travers les yeux d’un enfant, qui tout en grandissant pose un regard étonné sur le monde qui l’entoure.

Ce que l’auteur de la pièce en dit:
«Décrire l’intimité d’une famille maghrébine me paraît d’une urgente nécessité, au moment où de multiples cultures se fréquentent, cohabitent et s’interfèrent. Chacun doit conjuguer avec les autres pour trouver son équilibre, sa place, alors que la menace d’un repli identitaire est permanente. Les jeunes de la seconde génération quelles que soient leurs origines doivent entendre des paroles pour ne plus avoir peur de se situer, pour ne plus se sentir déchirés dans leur identité, mais bien au contraire, faire sien ce mélange de culture pour se construire. Il me semble important de décrire ce qui se passe à l’intérieur de la famille, son rapport à la société et la confrontation entre plusieurs modes d’éducation où l’enfant doit trouver sa voie. Les familles d’origine étrangère sont écartelées entre culture d’origine et culture d’accueil. Les parents sont restés dans la culture d’origine avec leurs valeurs et doivent s’adapter. Les enfants, eux, naissent et grandissent dans une culture différente et se construisent une nouvelle identité au contact des autres. Déchirés entre la culture des parents et la culture de la société dans laquelle il évoluent, les jeunes sont troublés face à une identité à trouver. Ils ne savent plus à quel «sein» se vouer. C’est à eux de trouver le chemin qui mène à cette nouvelle identité. Ils ont à puiser dans les différentes cultures, celle de leur origine et celle de la société dans laquelle ils vivent.» Rédaction Babelmed
(24/01/2006)
mots-clés: