Salima Abdel-Wahab styliste marocaine hors normes | Rim Mathlouti
Salima Abdel-Wahab styliste marocaine hors normes Imprimer
Rim Mathlouti   
Salima Abdel-Wahab styliste marocaine hors normes | Rim Mathlouti
Salima

L’universalité et la générosité sont les mots qui qualifient le mieux ce personnage. Car la styliste Salima Abdel-wahab est un personnage créatif. Un personnage sorti d’un livre de conte de fée ou elle serait cette fée aux origines indéfinissables, à la crinière sauvage et aux mille bracelets scintillants. Son accent espagnol, son français imagé et l’arabe qu’elle ne parle qu’à l’atelier lui donnent cette internationalité qu’elle revendique à tout instant. Salima Abdel-wahab crée, elle invente des mots et des vêtements, des musiques, des danses, des chants du monde.

Styliste marocaine à part entière, elle ne sait pas «travailler le caftan, vêtement traditionnel marocain» comme elle dit. «si j’essaie, ca ne ressemble plus du tout à un caftan». Son style, c’est d’imaginer des vêtements actuels. «Je suis la marocaine d’aujourd’hui» dit-elle, «la marocaine s’est métropolisée. Essayez de prendre le métro avec un caftan. Je me nourris de la tradition marocaine, du passé que je regarde avec nostalgie et respect mais j’ai besoin de vivre dans le présent. J’aime les vêtements pratiques et qui racontent une histoire».
Sa formation en danse classique l’influence dans son choix des matières. «Pour la danse, je portais des vêtements extensibles, confortables, des vêtements qui me laissaient libre de mes mouvements. C’est cet esprit que je recherche dans mes créations. J’aime que les gens se sentent à l’aise. On ne doit pas être prisonniers de nos vêtements. L‘idéal serait de vivre nu, comme cela n‘est pas possible, je fais en sorte que mes créations soient portées comme une seconde peau».
La styliste a quitté Tanger sa ville natale et sa source d’inspiration, pour suivre ses études à la Haute école de dessin et de mode à Malaga en Espagne. C’est là, que les directeurs de l’école lui conseillent de parcourir sa route seule. Son style sortait déjà de l’ordinaire, très vite elle crée ses propres collections.

Salima Abdel-Wahab styliste marocaine hors normes | Rim Mathlouti«Aujourd’hui j’ai installé mon atelier dans la campagne de Tanger. Ca lui donne un coté naturel rassurant. L’atelier, c’est le monde des possibles, les petites collections s’enchainent, les idées se matérialisent. Il y règne une ambiance à la fois douce et bouillonnante» Dans sa logique des matières, elle cherche essentiellement les tissus qu’elle dit «noble». «le bambou, la soie, la laine vierge, ces matières qui ont une vie, m’intéressent. Chacun d’entre eux me donne des envies. Parfois j’imagine que je n’ai plus assez de matière et que je suis obligé d’en imaginer, de travailler avec des morceaux. Ca donne des créations nouées, tressées, complètements folles mais toujours confortables et portables».

Quand on découvre un vêtement on est toujours interloqué par les détails. Des perles, des coquillages, des broderies finissent des pièces à la fois simples et sophistiquées qui tintent sous les mouvements. «j’aime donner du son, de la musique aux vêtements, c’est comme une note, un ton que j’ajoute discrètement». Une fantaisie qui lui vient sans aucun doute de ses dons pour le chant et la musique. La styliste polyvalente chante aussi quand elle peut. Elle a participé entre autre à un album du musicien et compositeur Steve Shehan. Les présentations de ses collections son toujours des shows ou elle se met en scène. Timide et discrète, elle a néanmoins trouvé la parade pour ses exhibitions. Elle danse mais se cache le visage et le corps derrière des draps qui finissent par se métamorphoser en vêtement sous ses gestes.
Elle cultive la diversité dans ses collections. «Mes vêtements sont pour toutes les femmes et tous les temps, j’aime qu’on puisse porter une cape et la transformer en jupe le soir. Il faut pouvoir avoir plusieurs envies pour un seul vêtement selon son humeur». Les personnes qui découvrent un cache cœur que l’on peut porter aussi en pantalon trouvent du génie à la styliste. Une fidèle cliente, apprécie que son mari porte le même pantalon qu’elle, ou la même veste réversible. Elle ajoute qu‘«il est rare de trouver des vêtements unisexes qui mettent en valeur à la fois l’homme et la femme». En 2006, elle participe à une exposition internationale «hombresenfalda» (hommes en jupe) à Madrid. «J’ai été très flattée de présenter ma jupe pour homme aux cotés de Kenzo, Jean Paul Gaultier et les plus grands de la mode internationale. J’ai pu proposer quelque chose qui n’avait rien à voir avec la tradition Marocaine, mais qui gardait une touche orientaliste».

Salima Abdel-Wahab styliste marocaine hors normes | Rim MathloutiSalima Abdel-wahab se «plaint de la mode. On tourne en rond, on ressort des classiques des années 50 et 70 et tout le monde trouve ça normal. Qu’est-ce qui nous arrive? Il n’y a donc rien qui corresponde à notre temps?» demande t-elle. «on continue à porter le Jeans, alors qu’il y a des vêtements qui peuvent être perçus comme futuristes mais qui sont actuels. On ne réussit pas à s’affranchir du passé. Les nouvelles formes que je crée sont contemporaines mais parfois les gens me disent qu’ils ne vont pas oser les porter. J’admire les artistes qui ouvrent un chemin, les précurseurs sont mes mentors. J’ai crée trois gammes pour que tout le monde s’y retrouve, sportwear ou chic, tout est unique, superposable». Riche de deux boutiques à Tanger et Assilah, un show room à Marrakech. Elle a aussi des projets en Europe, toujours originaux. A Bâle en Suisse, elle avait présenté une collection dans une Cathédrale. Son coté Rock ethnique plait, étonne, et elle se surprend à élargir sa gamme aux vêtements pour enfants et au linge de maison.
A travers ses collections on découvre l’imaginaire d’une styliste aboutie, en harmonie avec son temps.


Rim Mathlouti
(07/04/2010)




mots-clés: