Chère huile d’argan | Fadwa Miadi
Chère huile d’argan Imprimer
Fadwa Miadi   
  Chère huile d’argan | Fadwa Miadi L’hile d’argan est une denrée dont la renommée dépasse depuis quelques années les confins marocains. Si elle a d’abord attiré les fabricants de cosmétiques, l’huile d’argan, réputée « anti-rides », gagne de plus en plus du terrain dans les cuisines. Parmi les plus chères au monde (comptez en moyenne 150 euros le litre), elle a désormais toute sa place sur les tables les plus chic. Au dîner d’ouverture du dernier festival de Cannes, Christian Weller et Joël Manson, qui étaient aux fourneaux l’ont choisi pour relever les têtes d’asperges, morilles et chips de panisse servis en accompagnement du dos de loup de Méditerranée. Les têtes toquées aiment particulièrement mêler la saveur de cette huile couleur miel qui nous veut du bien (elle contient trois fois plus de vitamine E que l’huile d’olive) tout en régalant notre palais (son goût oscille entre la noisette et le sésame) aux tartares et autres carpaccios marins. Ainsi Alain Passard, chef d’orchestre du restaurant parisien l’Arpège, en relève son carpaccio de langoustines. Mais l’on peut tout aussi bien en mettre un filet sur une simple salade de mâche ou de roquette à condition d’oublier le vinaigre qui se marie passablement avec cette huile. On peut très bien en parfumer un tajine de poulet ou de lotte ou de tout autre aliment susceptible de faire bon ménage avec cette denrée hautement gastronomique. Chère huile d’argan | Fadwa Miadi Mais revenons à cet arbre millénaire qui ne pousse que dans la région d’Essaouira. Ceux qui ont voyagé dans le coin ont sans doute vu des chèvres juchées sur ses branches pour mieux dévorer ses feuilles argentées. Ce sont les fruits de cet arbre sauvage et épineux qui tombent entre juin et août qui après un long processus (séchage, enlèvement de la pulpe, extraction de l’amandon oléagineux, torréfaction, broyage et malaxage des amandons et enfin extraction de l’huile) permettent de fabriquer le précieux liquide. Il faut compter100 kilogrammes de fruits frais et 12 heures de travail pour obtenir un litre d’huile.
Soulignons donc que l’arganier joue en outre un rôle économique et social capital : il fait vivre près de 3 millions de personnes pour l’essentiel des femmes issues de régions rurales et permet donc de limiter l’exode vers les villes.
Son importance n’est pas moindre sur le plan écologique puisqu’il constitue le dernier rideau vert contre la désertification. Un seul bémol: on a assisté à une régression des superficies où pousse cet arbre parce que les habitants des régions arganières, parmi les plus pauvres du Maroc, préféraient cultiver des tomates ou de la banane qui s’avèrent plus rentables. Depuis le début du siècle dernier, la superficie des arganeraies est passée de 1 400 000 à 828 000 hectares. Les experts estiment que 600 hectares sont perdus chaque année. Une pléthore de coopératives d’huile d’argan ont vu le jour pour tenter de contrebalancer ce phénomène. Targanine, qui a reçu en 2001 le prix pour la Biodiversité décerné par le mouvement international Slow Food, est l’une des pionnières. Elle lutte pour une plus grande valorisation de l’huile d’argan et sa fondatrice, Zoubida Charrouf, professeure de chimie à la faculté de Rabat, parcourt la planète pour faire connaître cet arbre sauvage dans le monde entier et ne ménage pas ses efforts pour réorganiser la filière de manière à obtenir un label AOC (Appellation d’Origine Contrôlée). Consommez donc sans modération l’huile d’argan, vous ferez du bien à votre corps et à la planète...
________________________________________________________________ Chère huile d’argan | Fadwa Miadi Quelques recettes glanées sur le web gourmand.

- Un amuse-bouche sophistiqué: carpaccio de Saint-Jacques à l’huile d’argan et aux truffes dénichée chez http://senga50.canalblog.com/

- Une entrée toute simple: les poivrons à l’huile d’argan de Chez Réquia qui est accessoirement originaire de la même région que l’arganier http://requia.canalblog.com/

- Un pseudo taboulé: http://canalblog.com/legumes/ imaginé par une jeune blogueuse qui nous met bien « plus que l’eau à la bouche».

- Un plat: Carré de chevreuil juste rôti, salsifis glacés et huile d’argan, plat proposé par Patrick Pignol, chef dont le gibier est la chasse gardée, sur le site de cuisine TV. http://www.cuisine.tv

- Une douceur: le délicieux amlou, une pâte à tartiner à base miel, d’amandes et d’huile d’argan qui n’a rien à envier au Nutella.
http://www.marmiton.org/recettes/


Fadwa Miadi
(26/01/2007)
mots-clés: