Rencontres du cinéma méditerranéen à Tétouan | babelmed
Rencontres du cinéma méditerranéen à Tétouan Imprimer
babelmed   
 
Rencontres du cinéma méditerranéen à Tétouan | babelmed
Dédié aux productions méditerranéennes, le Festival International de Tétouan fête cette année son 12ème anniversaire et se déroule du 25 mars au 1er avril prochains.
Fondé en 1986 par des cinéphiles groupés autour des animateurs du ciné-club de Tétouan et du club de l’Ecran, le festival programme pour cette édition 50 longs métrages et 25 courts métrages sélectionnés dans la production cinématographique méditerranéenne, des séances spéciales, des rétrospectives, des colloques et des débats sur le cinéma, des hommages aux cinéastes Théo Angelopoulos, Mohamed Khan, Abdelkader Lagtaâ et Robert Guédiguian.
Un hommage particulier sera rendu au producteur français Humbert Balsan, récemment disparu, avec la projection de quatre parmi les nombreux films dits du Sud qu’il avait courageusement produit: La porte de soleil, de Yousri Nessrallah (Egypte-France, 2004), Alexandre… New York, de Youssef Chahine (Egypte-France, 2004), Le grand voyage, d’Ismail Farroukhi (Maroc-France, 2004), Intervention divine, d’Elia Souleiman (Egypte-France ,2001). Parmi les films en compétition pour le Grand Prix de la Ville de Tétouan du court et du long métrage, des œuvres en provenance de Palestine, d'Egypte, du Liban, de Tunisie, de Grèce, d'Italie, de Croatie, d'Espagne, de France et évidemment du Maroc. Ce dernier présente en effet deux films: Tarfaya de Daoud Aoulad Sayad et Mémoire en Détention de Jilali Ferhati (qui sortira dans les salles marocaines le 23 mars).
Un autre film marocain/belge ouvre le festival: L’enfant endormi, de Yasmine Kassari, documentariste déjà remarquée pour son premier film, Quand les hommes pleurent, où la cinéaste plongeait dans la vie des émigrés marocains.
Pour ce qui est des séances spéciales, 21 films hors compétition sont au programme du festival. Parmi eux deux productions marocaines très remarquées, Mille Mois de Faouzi Bensaïdi et A Casablanca les anges ne volent pas de Mohamed Asli, Etat d'amour de Saïd Hindaoui, Comme une image d'Agnès Jaoui et les courts métrages Casting de Farès Naana, Organik de David Morlet, La sirène de Nawfal Berraoui et Accord parental de Mohamed Miftah.
Quant aux tables rondes les thèmes sont divers: Le cinéma colonial, Le Cinéma Andalou, Cinéma et pédagogie, Eloge à la résistance, La femme au regard du cinéma, Le Cinéma documentaire. Compétition longs métrages:
Tarfaya, de Daoud Aouladsayad, Maroc France ,2004
Mémoire en détention, de Jilali Ferhati, Maroc, 2004
Ici, de Zrinko Ogresta, Craoitie 2003
Caterina va en ville, de Paolo Virzi, Italie.2004
Astronautas, de Santi amédeo Andalousie, Espagne, 2004
Le prince, de Mohamed Zran, Tunisie, 2004
Dans les champs de bataille, de Danielle Arbid, France-Belgique-Liban, 2004
J’aime le cinéma, de Oussama Faouzi, Egypte, 2003
Brodeuses, de Eléonore Faucher, France, 2003
Nuit sans lune, de Artan Minarolli, Albanie – France 2004 Antonia Naim
________________________________________________________________
mots-clés: