L’amour l’après-midi: balcon sur la Méditerranée | babelmed
L’amour l’après-midi: balcon sur la Méditerranée Imprimer
babelmed   
  L’amour l’après-midi: balcon sur la Méditerranée | babelmed Nedim Gürsel, l’un des rares écrivains turcs contemporains, vient de signer son dernier recueil de nouvelle: Öğleden Sonra Aşk (L’amour l’après-midi) après avoir déserté ce genre littéraire pendant onze ans. 13 nouvelles s'y déclinent en fonction de 13 villes de la Méditerranée… L'ouvrage paraîtra au mois d’avril en France sous le titre Balcon sur la Méditerranée.

Onze ans se sont passés entre les deux recueils de nouvelles de Nedim Gürsel: Le dernier tramway (1991) et L’amour l’après-midi (2002) qui paraîtra en français en avril 2003 sous un autre titre: Balcon sur la Méditerranée. Rencontre à Istanbul avec l’auteur qui partage son temps entre la ville de sa langue maternelle et Paris où il vit depuis plus de 25 ans. L’amour l’après-midi: balcon sur la Méditerranée | babelmed Nedim Gürsel est né en 1951 dans le sud-est de la Turquie. En France, il est chargé de recherches au CNRS, et enseignant à Paris-III depuis qu'il a soutenu une thèse de doctorat sur Aragon et Nazim Hikmet. Son premier récit Un long été à Istanbul a été traduit en plusieurs langues et a obtenu, en 1976, la plus haute distinction littéraire turque. En 1986, il a écrit un premier roman la Première Femme, et il obtient cette année-là le prix Ipekci pour sa contribution au rapprochement des peuples grec et turc. Nedim Gürsel a également obtenu le prix de la meilleure nouvelle décernée par Radio France internationale en 1990. Yachar Kemal a dit de lui qu'il était "l'un des rares écrivains turcs contemporains à avoir apporté du nouveau à la littérature turque".

Onze ans d’intervalle entre vos deux recueils de nouvelles? Pourquoi avoir quitté passagèrement mais si longtemps la nouvelle?

En effet, pendant onze ans je n’ai pas écrit de nouvelles, j’ai écrit deux romans qui m’ont pris beaucoup de temps, car tous les deux aussi bien Le roman du Conquérant que Les turbans de Venise demandaient de longues recherches. C'est donc pour moi un retour à mon premier amour car je suis entré en littérature en tant qu’auteur de nouvelle. C'est plutôt la France qui a fait de moi un romancier; puisque mon éditeur (Le Seuil) me sollicitait à chaque occasion pour écrire un roman… J'ai suivi ses conseils et j’y ai pris goût. Pourtant me voici revenu à mes anciennes amours : la nouvelle, avec toutefois dans ce nouveau recueil, un style et un discours que l’on peut qualifier de “mûrs”.

Dans ce recueil les nouvelles plus récentes sont inspirées de la lumière lointaine de l’enfance et de la fureur de l’adolescence à Istanbul? Pourtant il s'agit de nouvelles de l’âge adulte, que l’on peut également considérer comme des textes érotiques?

Il s’agit dans ce recueil de nouvelle de l’évocation des amours anciens. Mais ce sont des amours-passions qui peuvent se transformer facilement en violence. Car dans toute passion il y a une sorte de violence cachée. En effet, chaque nouvelle se situe dans un espace particulier de la géographie méditerranéenne. Par exemple la première nouvelle se passe à Athènes, dans la chaleur du mois de juillet. Une jeune femme grecque est en train de faire l’amour avec son amant turc, lorsque la radio annonce le débarquement de l’armée turque à Chypre. Ils continuent leur ébats amoureux, mais d’une manière encore plus forte. La deuxième nouvelle qui s’intitule Reviens à Sorrento se déroule d’abord à Naples, puis à Sorrento. Au-dessus des falaises, le narrateur se souvient par flash-back de la steppe anatolienne. Ainsi une autre géographie fait irruption dans le texte.

Les femmes de vos nouvelles sont passionnées et possessives, elles adorent de surcroît le narrateur.

Chaque fois qu'une passion est évoquée, c'est dans un contexte politique et en rapport avec une ville ; c’est ça le fil conducteur du livre. Par exemple à la dernière nouvelle, Balcon sur la Méditerranée est consacrée à la ville d’Antalya. Il y a aussi Berlin, un écrivain et un peintre turc veulent y franchir le mur dans le sens opposé, se réfugier à l’Est, ça finit mal. Autre contexte politique, dans la nouvelle Mahmurçiçeği où les questions de la répression sont soulevées: avant la déclaration de l’état de siège, une fille reconduit son amant chez lui. Ils sont en retard. Ils vont faire l’amour d'une drôle de manière, dans la voiture.

La version française du recueil s’appelle Balcon sur la Méditerranée, tandis que le livre en turc s'intitule L’amour l’après-midi

L’un et l’autre ne sont pas éloignés... L’après-midi est un mot qui convient à la Méditerranée; c’est un temps très singulier. En effet l’après-midi est un instant tout à fait significatif, car dans la géographie méditerranénne la sieste est importante; puis c’est aussi une manière d’évoquer la chaleur qui est étroitement liée, dans le récit, à la violence.

L’enfant du Dernier tramway était un personnage qui avait évolué vers le jeune homme révolutionnaire des recueils précédents. Dans le Balcon sur la Méditerranée, nous sommes face à un homme de cinquante ans qui se souvient du passé et de ses anciennes amours.

Dans le Dernier tramway, il y avait un enfant qui s’identifiait au narrateur, on le retrouve d'une certaine façon, onze ans plus tard, sous les traits d'un écrivain qui a atteint l’âge adulte. Je dirais pour finir que mon désir donne sur la mort comme une fenêtre sur la cour, ou pour en reprenant la formule de Georges Bataille: “Qui dit érotisme dit aussi la mort.” La mort est implicite dans ce recueil, j'irais jusqu'à dire que c’est le thème conducteur de tout le recueil, même s’il ne se dévoile pas d'emblée. Halil Gokhan
mots-clés: