Déclaration du Président de la Fondation Anna Lindh sur la situation à Gaza | André Azoulay
Déclaration du Président de la Fondation Anna Lindh sur la situation à Gaza Imprimer
André Azoulay   
Déclaration du Président de la Fondation Anna Lindh sur la situation à Gaza | André AzoulayLa Fondation Anna Lindh compte en son sein des institutions palestiniennes et israéliennes qui ont adhéré à son réseau précisément pour que sécurité, dignité, justice et liberté puissent un jour se conjuguer et s’exprimer de la même façon dans les rues de Ramallah, Gaza, Tel-Aviv ou Sdérot.

Aujourd’hui ce sont les fondements de cet engagement et plus largement la crédibilité du grand dessein de l’Euro-Méditerranée qui sont mis en équation par la logique de la force qu’Israël a décidé de privilégier. Une logique régressive qui apporte la plus mauvaise des réponses aux attentes des Israéliens s’agissant de leur sécurité et qui risque de faire exploser les maigres acquis durement accumulés ces dernières années, pour que survive l’espoir de la paix.

Les mots sont certes dérisoires quand seules les armes dictent leur loi. Mais la Fondation Anna Lindh qui est au cœur de la construction humaine du partenariat euro-méditerranéen récuse cette fatalité de la haine et en appelle à la mobilisation urgente et extraordinaire des 43 pays fondateurs de l’Union pour la Méditerranée, pour que s’impose un cessez-le-feu immédiat et sans préalable.

C’est à l’aune de cette responsabilité pleinement assumée que l’Union pour la Méditerranée trouvera sens et légitimité au sein de nos sociétés civiles. Des sociétés civiles en plein désarroi et qui laissées pour compte, peuvent succomber aux vertiges de tous les extrémismes ou aux faux prophètes de lendemains incertains écrits sur les seuls champs de la confrontation et de la rupture.

Déterminée à ne pas laisser vacant cet espace euro-méditerranéen de l’engagement responsable et de la lucidité, la Fondation Anna Lindh a mobilisé son réseau fort de plus de 2000 organisations de la société civile déployées des deux côtés de la Méditerranée. Elle a également pris l’initiative de contacter de nombreuses institutions internationales parmi lesquelles l’Alliance des Civilisations mise en place par les Nations Unies, pour rappeler à la Communauté mondiale les obligations qui s’imposent à elle, face à la crise humanitaire totale à laquelle sont confrontés les centaines de milliers de Palestiniens reclus à Gaza.


André Azoulay
(04-01-2009)



mots-clés: