Assoud, le Bugs Bunny du Hamas, veut dévorer les juifs et les Danois | Marie Medina
Assoud, le Bugs Bunny du Hamas, veut dévorer les juifs et les Danois Imprimer
Marie Medina   
Assoud, le Bugs Bunny du Hamas, veut dévorer les juifs et les Danois | Marie MedinaUn lapin carnivore vient de faire son apparition dans le paysage audiovisuel de la Bande de Gaza: Assoud, le nouveau héros de l'émission pour enfants Les Pionniers de demain , a promis de dévorer les juifs parce qu'ils occupent la Palestine et les Danois parce qu'ils caricaturent Mahomet. Il perpétue ainsi la lignée des mascottes d'Al-Aqsa TV, la chaîne du Hamas, qui ont toutes connu une carrière éphémère depuis le lancement de l'émission, il y a un an.

Les deux prédécesseurs d'Assoud ont en effet rendu l'âme en "martyrs" à l'antenne. Son cousin Farfour, un sosie de Mickey, a été battu à mort pour avoir refusé de vendre ses terres aux Israéliens, tandis que son frère Nahoul, une abeille mâle géante, est décédé parce que le siège israélien de la Bande de Gaza l'empêchait de gagner un hôpital égyptien.

Palestinian Media Watch, une organisation israélienne qui surveille les médias en langue arabe, s'inquiète du message macabre envoyé par Les Pionniers de demain . Selon son directeur, Itamar Marcus, c'est une émission qui "honore la mort" et ses jeunes spectateurs subissent "un lavage de cerveau où les héros sont ceux qui meurent". "Cela aura des conséquences graves à long terme sur les enfants", a-t-il prédit à Babelmed , en accusant le Hamas de "les endoctriner pour qu'ils aiment la violence, la mort, le conflit".

A plusieurs reprises, Hazem Al-Sharawi, le directeur adjoint d'Al-Aqsa TV, a défendu le programme diffusé chaque vendredi après-midi. D'après lui, il s'agit avant tout d'une émission où les petits Palestiniens "expriment leurs émotions sur ce dont ils sont témoins".

Le format est, certes, interactif: les jeunes spectateurs téléphonent pour réciter des versets du Coran ou entonner des chants de résistance. Leurs interventions sont toutefois très encadrées par les animateurs.

Un après-midi, la souris Farfour a ainsi interrompu Esraa, 12 ans, qui venait de prononcer le mot "reddition". La jeune présentatrice Saraa Barhoum, une fille d'environ le même âge coiffée d'un djihab, a alors fait la leçon à la téléspectatrice. "Nous voulons résister contre l'ennemi", a-t-elle expliqué dans une élocution soignée, avec un sourire angélique.

A l'inverse, lorsque les paroles des chansons étaient conformes à la ligne éditoriale, Farfour encourageait les interprètes en dansant. C'est en se trémoussant un jour sur l'un de ces chants guerriers que le rongeur à taille humaine a fait mine d'utiliser une Kalachnikov.

Dans un autre épisode, lorsqu'il a été surpris en train de copier sur son voisin de classe, il a expliqué à l'instituteur qu'il n'avait pas pu réviser car il ne retrouvait plus ses cahiers : "les juifs" avaient détruit sa maison.

Assoud, le Bugs Bunny du Hamas, veut dévorer les juifs et les Danois | Marie MedinaPréoccupée par ces incitations à la haine et à la violence, Palestinian Media Watch a traduit des extraits de l'émission en anglais et les a largement diffusés sur internet. La fille de Walt Disney s'est inquiétée de l'endoctrinement des enfants. "Nous sommes ici confrontés au mal à l'état pur", a réagi Diane Disney Miller dans un entretien au New York Daily News . La Ligue Anti-Diffamation a de son côté reproché aux Pionniers de demain de promouvoir un "islam radical, l'antisémitisme et la haine de l'Occident".

Devant l'émotion suscitée partout dans le monde, l'exécutif palestinien est sorti de son silence. A l'époque, il s'agit d'un gouvernement d'union nationale où Hamas et Fatah se partagent le pouvoir (mars - juin 2007). A la mi-mai 2007 donc, le ministre de l'Information Mustafa Barghouti, l'un des membres indépendants du gouvernement, annonce que l'émission est retirée de l'antenne pour examen. "C'était mal d'utiliser un programme destiné aux enfants pour transmettre des messages politiques", estime-t-il alors.

Cependant, deux jours plus tard, Al-Aqsa TV diffuse son émission comme d'habitude. Fathi Hamad, le directeur du conseil d'administration, accuse les "ennemis sionistes" et "l'impérialisme américain" de tenter d'"empêcher l'éducation des enfants palestiniens". "Cette génération a besoin de quelqu'un qui la guide", plaide aussi Hazem Al-Sharawi, le directeur adjoint de la chaîne.

L'Autorité palestinienne est donc intervenue en vain. Et une fois que le Hamas a pris le contrôle de la Bande de Gaza à la mi-juin 2007, elle n'a plus eu la moindre possibilité de suspendre ou de faire modifier l'émission.

Ainsi Farfour a continué à couiner ses appels au djihad: "Nous vaincrons Bush ! Nous vaincrons Sharon! Ah, Sharon est mort (NDLR: l'ancien Premier ministre israélien est en fait dans le coma). Nous vaincrons Olmert!"

Son prêche n'a cessé qu'avec sa fin prématurée. Le 29 juin 2007, la souris du Hamas a été battue à mort par un interrogateur israélien à qui elle refusait de vendre ses terres. Les derniers coups ont été assénés hors-champ mais les enfants pouvaient tout de même entendre le bruit des impacts et les cris de leur mascotte "martyrisée".

Deux semaines plus tard, une énorme abeille s'est posée sur le plateau (les câbles qui la retenaient au plafond étaient nettement visibles). Elle s'est présentée comme étant Nahoul, le cousin de Farfour. Puis elle a appelé à la "vengeance contre les juifs criminels, les occupants sionistes". Comment? Avec "des prières matinales, du sang, du sacrifice et de la souffrance, des martyrs et de l'endurance".

L'abeille est tombée malade après quelques mois. Ses parents, un couple d'humains, ont tenté de franchir avec elle la frontière pour qu'elle puisse subir une opération en Egypte. En vain. Le point de passage de Rafah est fermé depuis juin dernier. "Tous les enfants de Palestine meurent, faute de soins", s'est lamenté son père, tandis que Nahoul rendait son dernier souffle.

C'est alors qu'est arrivé Assoud, son frère, un Bugs Bunny rose en culotte courte et bretelles.

Lors de sa première apparition, début février, une jeune téléspectatrice étonnée a demandé à Assoud pourquoi il porte un nom qui signifie "lion" en arabe, alors qu'il ressemble vraiment beaucoup à un lapin. Les lapins sont lâches, a répondu la nouvelle mascotte. "Mais moi, Assoud, je chasserai les juifs, si Dieu le veut, et je les dévorerai, si Dieu le veut".

Assoud a ajouté les Danois à son menu après la réédition d'une caricature de Mahomet. Au Danemark, 17 journaux et magazines ont republié en février une image du prophète portant un turban en forme de bombe, l'une des caricatures qui avaient provoqué la colère des musulmans en 2005. Les media danois l'ont reproduite le mois dernier en guise de soutien au dessinateur menacé de mort, mais aussi pour signifier leur refus de l'autocensure.

Le vendredi suivant cette réédition, Saraa Barhoum a fustigé "l'attaque de l'Occident contre le Prophète". Assoud a exhorté les téléspectateurs à boycotter les produits danois. Puis, se frappant la poitrine tel un gorille, il a mis en garde les infidèles contre tout nouveau blasphème. "Nous les tuerons", a glapi le vilain lapin. "Je les croquerai et je les mangerai !"

A moins qu'il ne passe le premier à la casserole. Les producteurs des Pionniers de demain semblent en effet prendre un malin plaisir à faire périr les mascottes au sommet de leur gloire. Peut-on rêver plus efficace, pour marquer les jeunes téléspectateurs, que la mort à l'antenne de leurs gros amis en peluche? Itamar Marcus rapporte que des enfants ont appelé le plateau pour confier qu'ils détestaient les juifs parce qu'ils avaient tué Farfour.

Marie Medina
(20/03/2008)

mots-clés: