Appel de l’association Coup de Soleil pour les Palestiniens de Gaza | Georges Morin, Gaza, amilles de Gaza, Yitzhak Rabin, Yasser Arafat, Coup de soleil
Appel de l’association Coup de Soleil pour les Palestiniens de Gaza Imprimer
Georges Morin   

Ce matin, j’entendais sur les ondes les témoignages poignants de familles de Gaza, des chrétiens et des musulmans, réfugiés dans la plus grande église de la ville et qui tentaient ensemble, à l’occasion de la fête de l’Aïd, d’oublier quelques instants le véritable enfer que vit, depuis 3 semaines maintenant, la population de l’enclave palestinienne. Le bilan est lourd et terriblement disproportionné : près de 1100 morts à la date du 28 juillet (une énorme majorité de civils, femmes et enfants) côté palestinien et une cinquantaine de morts (essentiellement des soldats) côté israélien.

En 1993 pourtant Yitzhak Rabin et Yasser Arafat signaient les accords d’Oslo sur la base des résolutions des Nations-Unies : deux Etats souverains se partageraient la Palestine « historique » dans les frontières de 1967, avec Jérusalem pour capitale des deux Etats. Les deux adversaires se donnaient cinq ans pour parvenir, à l’horizon de 1999, à la paix et à la sécurité pour les deux peuples, mettant ainsi fin à un terrible conflit d’un demi siècle ! Les deux leaders ont disparu, le premier assassiné en 1995, le second en 2004. Dès l’an 2000, après la provocation d’Ariel Sharon sur l’esplanade des Mosquées et la seconde Intifada et plus encore après les attentats du 11 septembre 2001, le processus de paix a été peu à peu vidé de sa substance : humiliations quotidiennes envers les Palestiniens enfermés dans leurs villes par les barbelés, les check-points et le Mur, arrestations arbitraires, emprisonnements sans jugement, poursuite inexorable de la colonisation, éclatement du territoire palestinien fracturé par les colonies, les terrains militaires, les « réserves naturelles », les routes réservées aux colons, etc. L’incompréhension, la peur, la colère et la haine ont ainsi rongé les cœurs, de part et d’autre, entraînant les deux peuples vers le gouffre.

Cette tragédie du Proche-Orient, dans sa gravité accrue, commence aussi à fracturer la société française, au grand bonheur des judéophobes, arabophobes et racistes de tout poil. Bref, chez nous, comme en Israël et en Palestine, ce sont les extrémistes qui se frottent les mains.

Avec retard et sans hélas beaucoup de succès pour l’instant, la diplomatie internationale a commencé à s’activer pour obtenir un cessez le feu. Cessez le feu qui n’aura de chance de déboucher sur la paix que si les problèmes de fond sont vite remis sur la table des négociations. Car la paix, tant attendue par ces deux peuples, ne peut reposer que sur la justice, dans le respect des droits humains et du droit international ! Mais imposer cela ne relève pas, bien sûr, des modestes moyens d’une association comme la nôtre (1).

Pour autant, là où IL Y A URGENCE et là où NOUS POUVONS AGIR, c’est en matière de solidarité concrète envers les populations de Gaza. 170.000 familles déplacées (leur maison détruite), plus de 6.000 blessés ont besoin de pouvoir manger, boire, se vêtir, se soigner...

Le ministère français des affaires étrangères vient d’ouvrir un compte spécial, alimenté par l’Etat français à hauteur de 3 millions d’euros (+8 millions d’euros directement versés à l’Autorité nationale palestinienne) et qui est désormais ouvert aux versements des collectivités territoriales (villes, métropoles, départements et régions) et des associations. Ce compte fonctionne déjà et a permis au Consulat général de France à Jérusalem de faire parvenir aux ONG présentes sur place de quoi faire face aux premières urgences : nourriture, vêtements, médicaments, réfection minimale des dispensaires et des hôpitaux, soutien psychologique aux personnels locaux de santé, etc.

Nous vous invitons donc instamment à adresser TRES VITE à Coup de soleil un don financier qui permette d’alimenter ce fonds d’aide d’urgence aux Palestiniens de Gaza. Rédigez-votre chèque à l’ordre de « Coup de soleil / Solidarité » et mettez le sous enveloppe à notre adresse « Coup de soleil / Solidarité, BP 2433, 75024 Paris CEDEX 01 ». L’association versera tous les dix jours sur le compte national ouvert au ministère, les sommes qu’elle aura recueillies. Les donateurs seront naturellement informés régulièrement des résultats de cette opération.

 


 

Georges Morin

Président de Coup de soleil