Violences inouïes contre les journalistes: Reporters sans frontières manifeste devant l’ambassade d’Egypte à Paris | babelmed
Violences inouïes contre les journalistes: Reporters sans frontières manifeste devant l’ambassade d’Egypte à Paris Imprimer
babelmed   
Violences inouïes contre les journalistes: Reporters sans frontières manifeste devant l’ambassade d’Egypte à Paris
Vendredi 4 février 2011, à 12 heures, des militants de Reporters sans frontières, organisation internationale de défense de la liberté de la presse, ont manifesté leur colère devant l’ambassade d’Egypte en France. Ils sont venus clamer leur indignation face aux violences systématiques qu’ont subies les journalistes depuis le 2 février.
Aux cris de "Ici on tue l’info" et de "Egypte, stop aux violences contre les journalistes", les militants de Reporters sans frontières ont déployé des affiches à l’effigie de journalistes victimes d’agressions.
Violences inouïes contre les journalistes: Reporters sans frontières manifeste devant l’ambassade d’Egypte à Paris | babelmed
«Nous sommes venus devant l’ambassade d’Egypte pour dénoncer la campagne de haine et de violence à l’œuvre contre la presse internationale en Egypte. Les photos des journalistes blessés, battus, molestés, arrêtés, témoignent d’une situation effarante de harcèlement continu destiné à étouffer l’information et à vider le Caire des journalistes, a déclaré Jean-François Julliard, secrétaire général de l’organisation.
Après avoir censuré le Net pendant plusieurs jours, le pouvoir s’en prend désormais physiquement aux journalistes. C’est inacceptable et cette situation doit cesser immédiatement.»
Depuis le mercredi 2 février, les journalistes ont fait l’objet d’une véritable chasse aux sorcières et ont dû faire face à des violences répétées à leur encontre par les partisans du régime de Hosni Moubarak. La liste des journalistes agressés, arrêtés, lynchés, passés à tabac ne cesse de s’allonger. L’organisation avait déjà exprimé son inquiétude face à ce climat délétère ( Lire le communiqué ).

Bilan des violences
Reporters sans frontières publie un décompte des exactions contre les journalistes et la presse depuis le début des violences principalement place Tahrir, au Caire, le mercredi 2 février 2011. Ce premier bilan, loin d’être définitif tant la liste des incidents s’allonge et tant il est difficile d’avoir un état des lieux cohérent de la situation, rend déjà compte de l’incroyable envergure de la campagne de haine lancée contre la presse internationale.
Peu de rédactions ont été épargnées. Chaque journaliste sur place semble avoir été victime d’un incident. Certains ont tenu à garder à l’anonymat par peur des représailles.

1 journaliste mort: Ahmed Mohammed Mahmoud d’ Al-Ahram

Journalistes attaqués mais pas détenus : 75
Journalistes détenus pendant au moins deux heures : 72
Journalistes dont nous restons sans nouvelles : 7
Cas d’équipements détruits ou de bureaux attaqués : 25
Les médias les plus ciblés: Al-Jazeera avec 3 reporters attaqués and 4 détenus (libérés) + bureaux détruits.
Nationalités les plus visées: US (29 dont une équipe de Voice of America ), France (18), Pologne (9), Quatar (7 - tous d’ Al-Jazeera ).


http://fr.rsf.org/

mots-clés: