Les Soudanais du Caire | babelmed
Les Soudanais du Caire Imprimer
babelmed   
Les Soudanais du Caire | babelmed
Les Soudanais du Caire

Personne ne se soucie des réfugiés soudanais. Et pourtant ils sont des milliers à avoir quitté leur pays. Beaucoup d’entre eux se sont réfugiés en Egypte où ils vivent dans des conditions désolantes. Babelmed ouvre ce dossier que nous avons choisi d’illustrer par des œuvres de jeunes peintres réfugiés Adam Dafalla et Nizar Moussa Noreen: à la laideur du réel, nous opposons la beauté de leurs œuvres.
Les Soudanais du Caire | babelmed Portrait de jeunes peintres soudanais
Nezar Musa Noreen et Adam Dafalla exposent régulièrement au Caire. Hautement qualifiés, ces jeunes ont été formés au Soudan pour les chemins de l’errance. Pour eux, chaque coup de pinceau est le cahier d’un retour au pays natal. A découvrir.
Les Soudanais du Caire | babelmed Le Caire des livres
«Un jour viendra où je m’enfuirai vers l’Orient.» Jabran Khalil Jabran. Lettre à May Ziyadé, 1925.
Pendant des générations, le Caire nous a nourri de livres. Nous avons tous bu aux eaux du Nil, surtout à l’époque de Nasser. Et je vois couler le fleuve; il charrie des pyramides de rêves et une myriade d’étoiles comme dans la chanson de Mohamed Abdelwaheb.


Les Soudanais du Caire | babelmed

Le rôle des femmes en politique: un élément d’évaluation des réformes démocratiques en Egypte?
Erika Conti est une jeune doctorante italienne installée au Caire où elle travaille sur le statut de la femme. Elle relate ici son expérience égyptienne et livre à Babelmed la primeur de son travail. Pourquoi les Egyptiennes sont-elles exclues de la vie politique? Quelles perspectives-ont elles dans le contexte actuel? s’interroge-t-elle.
Les Soudanais du Caire | babelmed


Plumes contre biceps
«Alors que je couvrais les dernières nouvelles des élections à Choubra et après avoir fait une tournée dans d’autres circonscriptions des alentours où j’ai pris des photos sur les fraudes électorales, quatre hommes sont venus m’arrêter», rapporte Asmaa Hériz, 24 ans, journaliste à l’hebdomadaire Al-Karama (la dignité). Ce jour restera gravé à jamais dans sa mémoire

mots-clés: