Petit poème satirique du grand poète syrien Nizar Qabbani Imprimer
Nizar Qabbani   
Petit poème satirique du grand poète syrien Nizar Qabbani | Nizar Qabbani, poésie syrie, révolution syrie, printemps arabe, Rania Samara, poète syrienCogitations du … leader , par Nizar Qabbani
Chaque fois que j’envisage de quitter le pouvoir
Ma conscience me l’interdit …
Qui, après moi, gouvernera ces braves gens ?
Qui, après moi, guérira le boiteux ?
Le lépreux ?
L’aveugle ?
Qui ressuscitera les morts ?
Qui tirera les rayons de lune de sa manche ?
Qui enverra aux gens la pluie ?
Qui les châtiera de quatre-vingt-dix coups de fouet ?
Qui les crucifiera sur les arbres ?
Qui leur imposera, sinon, de vivre comme les vaches ?
De mourir comme les vaches ?
Chaque fois que j’envisage de les quitter
Mes larmes se déploient comme un nuage !
Je m’en remets alors à Dieu…
Et je décide d’enfourcher le peuple
Jusqu’au jour du Jugement dernier !

Traduction de l'arabe par Rania Samara