Un aspiro-narguilé résistant | Ebticar, Maan Alhasbane, régime syrien, Bachar Al-Assad, SyriaUntold
Un aspiro-narguilé résistant Imprimer
Syria Untold / Ebticar   

Un aspiro-narguilé résistant | Ebticar, Maan Alhasbane, régime syrien, Bachar Al-Assad, SyriaUntold

Maan Alhasbane était assis avec un de ses amis improvisant des histoires humoristiques pleines de cynisme sur la politique du régime syrien, quand celui-ci lui suggéra de les enregistrer et de les publier sur les réseaux sociaux. Après plusieurs essais réalisés avec la caméra de son portable, et grâce aux compétences de régie, mise en scène et montage auxquelles il avait été formé, il n’eut aucune difficulté à transformer ses blagues sarcastiques en sketches digitaux.

Un aspiro-narguilé résistant | Ebticar, Maan Alhasbane, régime syrien, Bachar Al-Assad, SyriaUntold

Enveloppé d’un foulard, il prit le narguilé dont il est un fumeur assidu et commença à improviser plusieurs monologues qu’il publia ensuite sur sa page facebook sous le titre "Dr. Bashar al-Asad". Le résultat fut pour le moins surprenant : en deux jours il obtint vingt mille visites et de très nombreux partages.

Puis ces sketches sont devenus un programme intitulé “Un aspiro-narguilé résistant”. En empruntant aux différents dialectes syriens, Maan joue le rôle d’un homme qui s’obstine à défendre le régime, un exercice qui permet de mettre en évidence l’obtusité des partisans de Bachar Al-Assad.

Un aspiro-narguilé résistant | Ebticar, Maan Alhasbane, régime syrien, Bachar Al-Assad, SyriaUntold

L’expérience personnelle de Maan se situe exactement aux antipodes du « Maan comique » de la série. A la fin des années quatre-vingt, à cause de ses positions gauchistes et de son refus de faire son service militaire, il est arrêté et interné dans une maison de correction disciplinaire, où les forces de sécurité lui infligent différents types de torture, jusqu’à lui provoquer une fracture de la colonne vertébrale qui l’empêchera de marcher. En 1989, grâce à ses amis, il réussit à s’enfuir en Europe où il entreprend pendant deux ans un parcours de réhabilitation qui lui permet de retrouver l’usage de ses jambes, malgré les douleurs dont il souffre désormais de manière récurrente.

Un aspiro-narguilé résistant | Ebticar, Maan Alhasbane, régime syrien, Bachar Al-Assad, SyriaUntold

Maan Alhasbane, originaire de Sweida, naît à Damas en 1971. Dès l’enfance il montre une véritable disposition pour les différentes expressions artistiques. Il s’intéresse au chant, à la peinture, à la calligraphie, à la sculpture ainsi qu’à la musique et à la photographie. Ces différentes passions le poussent à poursuivre une formation professionnelle dédiée entièrement à l'art. Ce sont probablement les incessants déplacements de sa famille entre la Syrie et le Liban, durant son enfance, qui lui permettent d’acquérir un immense bagage culturel auquel s’ajoutent une mémoire prodigieuse et une vivacité d’esprit que l’on peut facilement retrouver dans sa satire.

Les sketches de «Un aspiro-narguilé résistant» passent généralement en revue une info de dernière minute qui ridiculise le régime. Parfois, c’est au groupe de l’opposition que l'humoriste s’en prend en rassemblant une mosaïque de points de vue. Une manière d'exprimer son indignation  «pour certains comportements négatifs que la révolution a induits et pour son évidente incapacité à remplir le rôle qu’elle s’est assigné», raconte Maan Alhasne à SyriaUntold.

Le plaisir de travailler avec la photographie, la régie et le montage est ce qui a poussé Maan à divulguer ses sketches, allant jusqu’à en produire neuf en un mois (janvier 2016) parmi lesquels celui sur le siège de la ville de Madava et sur ses enfants affamés. C’est précisément sur la rapidité et la simplicité de réalisation de ses vidéos que Alhasbane base son travail. Sans avoir recours aux effets spéciaux ou autres trucs audiovisuels, il se limite à narrer et faire jouer son personnage. Après le succès qu’il a enregistré, Maan espère attirer l’attention des chaînes de télé généralistes pour augmenter son audience. En attendant, il a déjà acquis en très peu de temps une vaste popularité en passant uniquement par les réseaux sociaux.

Aujourd’hui Maan Alhasbane vit en Belgique, pays dont il a obtenu la nationalité. Juste après sa longue convalescence, il a commencé à militer activement pour la défense des droits de l’Homme, dénonçant les abus du régime syrien. Il a aussi étudié la psychologie et s’est formé dans l’assistance des personnes handicapées. Pendant dix ans, il a travaillé en utilisant l’art pour soigner les enfants porteurs de handicap. Il a participé comme bénévole aux initiatives «Action for hope» et « Caravane pour le soutien de la culture », qui ont eut lieu dans plusieurs zones dévastées de la Syrie et dans les camps de réfugiés. Au cours de ces dernières années, il a complété ses études de régie et de scénographie afin de développer son talent et le mettre au service de la révolution syrienne. Cela fait vingt-cinq ans qu’il n’est pas retourné en Syrie. Cependant, comme il conclut lui-même dans l’interview relâchée à SyriaUntold, c’est un rêve qui ne l’a jamais abandonné et qui ne l’abandonnera jamais. 

Un aspiro-narguilé résistant | Ebticar, Maan Alhasbane, régime syrien, Bachar Al-Assad, SyriaUntold

 


 

(Article de SyriaUntold repris dans le cadre du programme Ebticar)

Retrouver l’article original :

http://www.syriauntold.com/ar/2016/01/%D9%86%D9%81%D9%8E%D8%B3-%D8%A3%D8%B1%D8%AC%D9%8A%D9%84%D8%A9-%D9%85%D9%8F%D9%85%D8%A7%D9%86%D8%B9/

*Traduction de l’arabe vers l’italien Lea Martinoli, de l’italien vers le français Nathalie Galesne