Etait-ce vraiment nécessaire d’interviewer Bachar Al Assad? | babelmed,arts et spectacles méditerranée,
culture et société méditerranée,
culture méditerranéenne,
différence culture méditerranée,
dossier femmes méditerranée,
dossier jeunes méditerranée,
dossier monde arabe méditerranée,
dossier reportage méditerranée,
langue différence méditerranée,livres,voyage,syrie
Etait-ce vraiment nécessaire d’interviewer Bachar Al Assad? Imprimer
Collectif Urgence Solidarité Syrie   

//EntretienEntretien

Nous avons pu noter que ces deux qualifications, crimes de guerre et crimes contre l’Humanité ainsi que la référence au rapport Caesar identifiant plus de 11000 syriens morts sous la torture dans les prisons du régime n’ont pas été évoquées au cours de l’interview.

On peut se poser la question de l’intérêt d’un tel exercice journalistique dans lequel l’interviewé est dans le déni systématique tout au long de l’interview. Pour quelles raisons France 2 n’a t elle pas diffusé à l’antenne certaines parties de l'entretien dans lesquelles on peut mesurer la très grande violence à l'égard des autorités françaises ainsi que des menaces voilées qui révèlent la vraie personnalité d'Assad ?

Retenons quand même l’information de la rencontre entre les services secrets français et syriens, cela exige une clarification de notre gouvernement. Notons que les offres récurrentes de Bachar Al Assad de mise à disposition de ses services grands pourvoyeurs d’informations sur Daech ne font que confirmer la proximité, si ce n’est la complicité, existant entre ces deux hydres maléfiques.

Après plus de 44 années de dictature de père en fils, s’ils visionnent cette interview, les Syriens, qui subissent quotidiennement les bombardements aux barils de poudre, éprouveront une colère légitime à l’encontre de notre chaîne de service public.

Pour éviter une totale décrédibilisation de France 2, nous demandons qu’un droit de réponse soit donné à l’opposition syrienne et au gouvernement français.

 


 

Contact presse: urgencesyrie@gmail.com

 

 

 

 

 

mots-clés: