Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse | babelmed
Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse Imprimer
babelmed   
  Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse | babelmed


Le 2 juin 2005, Samir Kassir, figure emblématique du «Printemps de Beyrouth», journaliste, écrivain et enseignant en sciences politiques, était assassiné devant son domicile. Son meurtre s’inscrit dans une volonté affichée d’assassiner la liberté de pensée et de faire taire toute une génération d’intellectuels arabes pour lesquels l’Etat de droit représente un moyen de démocratisation et de cohésion sociale, et un rempart contre les diverses formes d’hégémonie et d’occupation.
Le prix Samir Kassir pour la liberté de la presse, créé par la Délégation de la Commission Européenne au Liban, entend pérenniser la mémoire du journaliste ainsi que son action de résistance : La résistance des mots contre les armes. La résistance des mots contre l’obscurantisme. la résistance des mots contre la barbarie. Il sera décerné chaque année le 2 juin à Beyrouth, pour que chaque anniversaire de la disparition de Samir Kassir soit aussi la naissance d’un talent, d’une femme ou d’un homme, qui aura porté une pierre à l’édifice de l’Etat de droit.
L’objectif de ce prix est donc de perpétuer l’engagement de Samir Kassir en faveur de l’Etat de droit en tant que journaliste mais aussi en tant qu’enseignant en sciences politiques, en récompensant un reportage ou une série de reportages relatifs à l’Etat de droit en pays MEDA ainsi que des recherches sur l’Etat de droit ou la liberté de la presse dans les pays MEDA.
Les deux sections du prix récompenseront un journaliste et un jeune chercheur qui ont contribué, par leur travail, à soutenir l’Etat de droit et la liberté de la presse.
Deux prix dotés l’un de 15.000 € et l’autre de € 10.000 seront décernés, le premier à un journaliste professionnel de la presse écrite, de la radio ou de la télévision, ressortissant d’un pays MEDA, et le deuxième à un jeune chercheur, étudiant de moins de 26 ans, ressortissant d’un pays MEDA.
Le jury sera choisi conjointement par la Commission européenne et la Fondation Samir Kassir, et le prix sera décerné à Beyrouth tous les ans le 2 juin, par la Commission en partenariat avec la Fondation Samir Kassir.
Le concours est ouvert à tous les journalistes (télévision, radio, presse écrite et/ou en ligne) sans limite d'âge, ressortissants d'un pays MEDA(1). Les candidats doivent soumettre un reportage relatif à l'Etat de droit, publié ou diffusé dans un organe de presse d'un pays MEDA ou d'un pays membre de l'Union européenne(2) entre le 1er janvier 2005 et le 15 avril 2006. Rédaction Babelmed
(28/03/2006)
mots-clés: