Le journaliste et parlementaire Jebrane Tueini assassiné à Beyrouth | babelmed
Le journaliste et parlementaire Jebrane Tueini assassiné à Beyrouth Imprimer
babelmed   
 
Le journaliste et parlementaire Jebrane Tueini assassiné à Beyrouth | babelmed
Jebrane Tueini
Après l'intellectuel Samir Kassir, le secrétaire général du parti communiste libanais, Georges Hawi, la journaliste de la chaine télévisée LBC May Chidiac, un attentat a, de nouveau, visé la liberté de la presse et les commentateurs antisyriens à Beyrouth. Depuis la mort du premier ministre Rafik Al Hariri, il s’agit du 13ème attentat à la bombe au Liban.

Jebrane Tueini, fils d’un des plus célèbres journalistes libanais, Ghassan Tueini et neveu du Ministre Marouane Hamadé -lui même pris comme cible à l’automne 2004- était tout juste rentré de Paris. Pour des raisons de sécurité, il passait, depuis plusieurs mois, une grande partie de son temps dans la capitale française. Tueini avait déclaré, en août dernier, qu’il savait que son nom figurait sur une liste noire d’exécutions programmées.

Né en 1957, Tueini était directeur général du quotidien indépendant An-Nahar depuis 1993. Il était très connu pour sa plume d’éditorialiste audacieux et son engagement en faveur de l'indépendance et de la souveraineté du Liban. Inscrit sur la liste de Saad Hariri «Courant du futur», il avait été élu en mai dernier au parlement libanais.

L’attentat a été perpétré à quelques kilomètres du siège de la commission internationale d'enquête des Nations Unies chargée de faire la lumière sur l’assassinat de Rafik Hariri. A l’issue de plusieurs mois d’investigation, cette dernière s’apprête en effet à remettre un premier bilan mettant clairement en cause la responsabilité de la Syrie dans ce meurtre. Rédaction Babelmed
(12/12/2005)
mots-clés: