Voyage à travers la blogosphère maghrébine | Fadwa Miadi
Voyage à travers la blogosphère maghrébine Imprimer
Fadwa Miadi   

 

Voyage à travers la blogosphère maghrébine | Fadwa Miadi

Né outre-Atlantique en 1999, le phénomène blog n’épargne aucun coin de la planète. On estime à douze millions d’accros qui «voient leur vie en posts» et ne peuvent s’empêcher d’informer le (cyber-) monde entier de leurs colères, leurs frustrations, leurs bobos, leurs espoirs, leurs angoisses, leurs rêves fous et autres secrets intimes qui n’en sont plus.

Si au Maghreb, l’on blogue également en arabe (), en amazigh et en anglais (http://subzeroblue.com/), nous nous contenterons d’une ballade à travers la blogosphère francophone pour écouter de quoi l’on cause dans ces néo-parloirs. Car détrompez-vous, sur les blogs on n’écrit pas, on parle et on libère les paroles prisonnières des conventions, du sur-moi et autres autorités.

Avec l’avènement des blogs, ces voix jusqu’alors condamnées au silence retentissent d’un bout à l’autre de la cyber-planète. Certaines gémissent, hurlent et poussent de longues plaintes déchirantes qui parfois se cachent pudiquement «sous la morsure cinglante» d’un «humour ravageur». Lequel humour produit un rire qui se teinte de jaune lorsqu’on tombe sur http://moujira.blogspot.com/. En Tunisie, tout va bien sauf le Tunisien. Tel est le titre du blog de Moujira, un habitant de Tunis, qui commente d’un ton acerbe les faits et gestes d’un clown nommé Zaba dont toute ressemblance avec toute personnalité politique ne saurait être fortuite. Extrait d’un discours de Zaba: «I have a dream que un jour les boat people en partance de Tunis ne couleront plus au large de la Sicile. I have a dream que les méchants deviendrons gentils (merde, elle fait vraiment badtripper, la coke du beau-frère). Bref, I have a dream d'un miracle sur notre terre tunisienne, et pour vous le faire partager, je vous invite à venir vous prosterner devant chacun de mes portraits, ainsi qu'à me verser la modique somme de 50 dinars».

Voyage à travers la blogosphère maghrébine | Fadwa Miadi

Même tonalité critique, le côté guignol de l’info en moins, vis-à-vis de l’ancien homme fort de Nouakchott du temps où il était encore au pouvoir. Ici le bloggeur, le président du parti mauritanien pour la défense de l’environnement, ne s’est même pas embarrassé d’un pseudo avant de se fendre d’une lettre ouverte adressé à l’ex-président Ould Taya: «Si vous étiez aussi patriote que vous le prétendez, vous aurez eu largement le temps, durant ces derniers 21 ans pendant lesquels vous avez régné sans partage avec votre groupe de mafieux sur la Mauritanie de vous rendre compte des souffrances qu'a endurées notre peuple pendant tout ce temps», écrit-il sur http://pmde.hautetfort.com/. Sur ce même site, on apprend que début juin la police mauritanienne a piétiné à mort une femme enceinte.
Putain de bled! conclut Lady M (http://www.chezrasade.org), une jeune marocaine en sortant d’un commissariat où elle venait de déposer une plainte pour vol de portable. C'est fini. J'ai décidé de ne plus rien écrire de négatif sur mon pays. A partir d'aujourd’hui je suis le plus patriote de nos compatriotes promet un jeune Casablancais. Si les jugements vis-à-vis des autorités et autres emblèmes sont souvent abordés sans équivoque, les sujets de société tels que les mariages mixtes ou l’homosexualité font également couler beaucoup de cyber encre noire voire haineuse si l’on s’en tient au propos d’Abdessamad (abdessamad007.blogspot.com) casablancais de 24 ans, pour qui l’attirance pour une personne du même sexe est «un phénomène majeur dans notre pays qui ne cesse de se développer à cause d’une immense assistance des ennemis de notre religion!!!! Mais le pire c’est que cette politique rencontre une solidarité particulière de la part de la jeunesse marocaine!!!! Sincèrement, j’étais très déçu d’avoir entendu que l’attirance du même sexe doit être tolérer et que ça peut être du à un comportement inné, une maladie à analyser etc.
75% de ceux qui laissaient leurs commentaires étaient (Tolérant, Solidaire, Partenaire…. Au moins neutre) envers ces ANIMAUX (Homo)! Oui faut bien noter ça. "Animaux" et même celui qui accepte leurs principes est pareil!» Voilà l’avis pour le moins homophobe que l’on peut lire sur
Et puis il y a les blogs dont les auteurs évoquent tout simplement un quotidien qui en dit long. «Je compte les mendiants amateurs et professionnels sur mon parcours quotidien, en ruminant mes pensées... Il y en a 163», témoigne un journaliste algérois sur http://alger-intime.over-blog.com. Et ceux dont les auteurs évoquent tout simplement leur «vie normale». Sur http://nonymos.blogspot.com, Etta relate comment après avoir vécu six ans seule à Montréal, elle est retournée, à l’issue de ses études, chez ses parents dans une ville où une fille qui achète des cigarettes relève du scoop !

A défaut de raconter la vie intime, on est bien prude quand on a été élevé au Maghreb, on dévoile sa vie intestinale. D’aucuns trouvent normal d’informer la planète entière de l’état de leurs selles et de l’inconvénient d’utiliser du papier hygiénique plutôt que l’eau… Tout cela est un brin scato ! A l’inverse de leurs homologues nés sous d’autres latitude, les blogueurs du Maghreb ne s’épanchent pas trop sur leur curriculum vitae amoureux. Inutile donc de chercher sur la blogosphère nord-africaine un Lewis Wingrove, qui a relaté un an de cyber-rencontres sulfureuses faites grâce au net, ou une Mu Zimei, jeune chinoise qui s’est rendue mondialement célèbre en racontant ses ébats sur son blog. Décidemment, pas même l’anonymat qu’offre Internet ne parvient à lever certains tabous.


Fadwa Miadi
(18/10/2005)


mots-clés: