Comment les Wahhabites ont transformé la Mecque en Disneyland   | Ebticar, la Mecque, Ziauddin Sardar, Wahhabites, Mouhammad Abd al-Wahhab, Abd al-Aziz ibn Saoud, Sikander Bégum, Abd Allah Nassif
Comment les Wahhabites ont transformé la Mecque en Disneyland Imprimer
Jamal Boushaba   

//16 Juillet 2015, au petit matin. Les tours Abraj al-Bait, (la Tour de l’Horloge et l’Hôtel Royal), écrasent de leur masse la mosquée de La Mecque qui peut désormais accueillir 1,85 millions de pèlerins. AFP16 Juillet 2015, au petit matin. Les tours Abraj al-Bait, (la Tour de l’Horloge et l’Hôtel Royal), écrasent de leur masse la mosquée de La Mecque qui peut désormais accueillir 1,85 millions de pèlerins. AFP

 

Mouhammad Abd al-Wahhab (1703-1791). Fils, d’une lignée d’érudits sédentaires du Najd, dans le nord-est de la Jazira. Avec ses trois épouses, il vit dans l’austérité, des fruits de son verger de dattiers et d’une vingtaine de vaches.

Il  étudie son fiq’h à Bassora puis à Médine. Il est fortement influencé par des foqaha d’obédience hanbaliste.  

À la Mecque, Mouhammad Abd al-Wahhab est effaré par ce qu’il voit. Non seulement les Mecquois sont de fervents adeptes du culte des saints, mais ils pratiquent la musique et la danse. Les femmes comme les hommes sont des fumeurs de chicha invétérés.  

L’homme se sent la vocation d’un réformateur. Il développe une doctrine simple, plus exactement simpliste.   

//Histoire de la Mecque, de la naissance d’Abraham au XIXe siècle. Ziauddin Sardar. 476 p.p. Éditions PayotHistoire de la Mecque, de la naissance d’Abraham au XIXe siècle. Ziauddin Sardar. 476 p.p. Éditions PayotLe retour au hadith  s’impose. Toutes les formes du soufisme sont des bidaâ qu’il s’agit d’éradiquer. Mieux : il n’y a d’autre mad’habque le sien. En s’éloignant de l’islam des temps premiers — qu’il résume aux faits et gestes du Prophète et à la lecture littérale du Coran, faisant fi de toute notion d’ijtihad et de toute contextualisation historique —, les musulmans se sont pervertis et ont dégénéré, au point de régresser à l’état de jahilia.

Un musulman authentique se doit de diriger ses actes d’adoration, sous toutes leurs formes, sans exception, vers le Dieu unique et seulement vers lui. Les autres, tous les autres, sont des déviants (dhallin ) qu’il faut ramener à la vraie foi. En cas de résistance, ils sont considérés comme des mouchrikoun (associationnistes), passibles de la peine de mort.

La doctrine, ultra radicale, énoncée par Mouhammad ibn Abd al-Wahhab a, évidemment, rencontré une violente opposition y compris au sein de sa propre famille. Il réussit, cependant à faire des habitants d’Unanya, un petit village du Najd, ses disciples — obtenant même d’y faire raser la tombe d’un compagnon du Prophète, principal sanctuaire du patelin —, avant d’en être chassé par les tribus locales. 

Le prédicateur trouve refuge dans un village voisin, Dariya — près de l’actuelle capitale wahhabite, Riyad —, accueilli par deux de ses jeunes disciples, fils du seigneur des lieux, un certain Mouhammad ibn Saoud.

//Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud (Ibn Saoud) fondera le royaume d’Arabie saoudite moderne en 1932 après 30 ans de guerres et d’alliances avec les autres tribus. Il est le père de tous les souverains saoudiens qui lui ont succédé jusqu’à aujourd’hui. Il eut 42 épouses qui lui donnèrent 53 fils et 36 filles. Pour Ibn Saoud il fallait sceller des alliances avec des tribus rivales, souvent après les avoir vaincues, en épousant de façon magnanime une fille du chef. Ces guerres d’unification firent tout de même environ 500 000 morts.Abdelaziz ben Abderrahmane Al Saoud (Ibn Saoud) fondera le royaume d’Arabie saoudite moderne en 1932 après 30 ans de guerres et d’alliances avec les autres tribus. Il est le père de tous les souverains saoudiens qui lui ont succédé jusqu’à aujourd’hui. Il eut 42 épouses qui lui donnèrent 53 fils et 36 filles. Pour Ibn Saoud il fallait sceller des alliances avec des tribus rivales, souvent après les avoir vaincues, en épousant de façon magnanime une fille du chef. Ces guerres d’unification firent tout de même environ 500 000 morts.

//Abd al-Aziz ibn Saoud. Août 1924. Après de très longues années de guerre avec ses rivaux de toute la péninsule arabique - de l'Irak au Yémen, du Hijaz au Koweït, le clan des Ibn Saoud s’empare de la Mecque.Abd al-Aziz ibn Saoud. Août 1924. Après de très longues années de guerre avec ses rivaux de toute la péninsule arabique - de l'Irak au Yémen, du Hijaz au Koweït, le clan des Ibn Saoud s’empare de la Mecque.Une alliance irrévocable sur la base d’une doctrine radicale

Entre l’homme de religion et le cheikh, « une alliance irrévocable  » est scellée. Une alliance qui ne va pas tarder à influer, radicalement, l’histoire de l’islam.

  

Le pacte est signé en 1747. Aujourd’hui, connus de tous, les termes en sont clairs. Ibn Saoud et son clan s’engagent à propager, par l’épée, la doctrine wahhabite, à charge pour le réformateur et ses disciples de consacrer la domination politique du cheikh et de ses descendants.

  

Dès 1790, débutent les hostilités entre le chérif de la Mecque et les Wahhabites. Ces derniers ont réussi à fédérer autour de leur bannière les tribus bédouines du Najd, promptes à prendre les armes contre ces Hijazis, les ayant, de tous temps, traités avec mépris. Plus tard, les Wahhabites s’adjoindront la redoutable tribu des Harb qui contrôlait un vaste territoire autour de Médine. Les Harb étaient connus pour leur habitude d’assaillir et de rançonner les caravanes de pèlerins. La ville du Prophète sera d’ailleurs la première « capitale » à tomber, après Jeddah entre les mains des Al Saoud. 

Les Mecquois —  chérifs, oulémas, notables et petit peuple compris —  ont tout de suite pris la mesure du danger que représentait ces Wahhabites qu’ils considéraient comme une secte de fanatiques. Au point de leur interdire, sous différents prétextes, le hajj. 

Las ! Les dissensions traditionnelles de la famille régnante, sa méfiance vis-à-vis de l’empire ottoman dont elle vivait mal la tutelle  la répugnance de ce dernier —  par ailleurs très affaibli —  à se mêler des affaires de ces bédouins auxquelles il n’entendait rien  ajoutés à la volonté déclarée du khédive d’Égypte, Mohammed Ali, d’annexer purement et simplement le Hijaz  tout cela fait que la bataille contre cette confédération d’hommes armés d’un courage à toute épreuve et de la foi inébranlable de détenir LA Vérité, était perdue d’avance. 

Août 1924. Plus de 130 ans de guerre plus tard, le roi Abd al-Aziz ibn Saoud s’empare de la Mecque.

//Des pèlerins à La Mecque en 1922. La prise de la Mecque par Abd al Aziz ben Abd al Rahman Al Saoud en 1924 inaugure une nouvelle ère. La ville sainte dut se mettre à l'heure de l'imam Abdelwahab, l'ardent théologien du 18ème siècle la tête pensante et légiférante de la dynastie Saoudite (monuments rasés, pratiques cultuelles païennes abolies, tabac et musique bannis…). Les ressortissants des diverses obédiences minoritaires islamiques : chiîtes, druzes, etc., sont tolérés dans le sens propre du terme. Ce sont des fautifs qu'on supporte. Le wahhabisme à partir de cette époque a gagné droit de cité à La Mecque.Des pèlerins à La Mecque en 1922. La prise de la Mecque par Abd al Aziz ben Abd al Rahman Al Saoud en 1924 inaugure une nouvelle ère. La ville sainte dut se mettre à l'heure de l'imam Abdelwahab, l'ardent théologien du 18ème siècle la tête pensante et légiférante de la dynastie Saoudite (monuments rasés, pratiques cultuelles païennes abolies, tabac et musique bannis…). Les ressortissants des diverses obédiences minoritaires islamiques : chiîtes, druzes, etc., sont tolérés dans le sens propre du terme. Ce sont des fautifs qu'on supporte. Le wahhabisme à partir de cette époque a gagné droit de cité à La Mecque.

 Comment les Wahhabites ont transformé la Mecque en Disneyland   | Ebticar, la Mecque, Ziauddin Sardar, Wahhabites, Mouhammad Abd al-Wahhab, Abd al-Aziz ibn Saoud, Sikander Bégum, Abd Allah NassifL’islam n’est pas interprétable, qber enbi est interdit

La première décision du premier souverain de la toute fraîche dynastie saoudite est d’imposer aux musulmans du monde entier de prier derrière un seul et même imam, au sein du haram achcharif. Car —  aussi étonnant que cela puisse paraître aujourd’hui —  il y avait auparavant des stations de prière correspondant aux cinq principales écoles : une pour les chaféites, une pour les malékites, une pour les hanbalites et une pour les hanafites. 

Il ne saurait y avoir de diversité d’interprétation de l’islam, d’après les Wahhabites. Les différences en matière de pratiques religieuses et de jurisprudence qui coexistaient depuis les premiers siècles de l’islam sont, du jour au lendemain, éradiquées. 

Le tabac est interdit, les cafés sont fermés et la mixité dans l’espace public prohibée. Les vieilles familles mecquoises se voient contraintes de fêter le mawlid ennabaoui en cachette.

À l’exception des mosquées, tous les sanctuaires à caractère religieux (tombeaux des sahaba et autres zaouiyat soufies) sont littéralement rasés par les Wahhabites. Entre Dieu et son adorateur, il ne saurait y avoir d’intercesseurs. Ils avaient fait de même à Médine, n’osant cependant raser la maison où vécût et est enterré le Prophète. Ils l’ont dépouillée tout de même de ses trésors —  offrandes des califes, sultans, princes et autres puissants– , accumulées au fil des siècles. La demeure est, aujourd’hui, entourée d’un grillage destiné à empêcher les pèlerins ne serait-ce que de s’approcher de qber enbi, comme disaient nos aïeux.

À l’école, seule la doctrine de Mouhammad ibn al-Wahhab est enseignée. La littérature et la poésie arabes classiques sont expurgées de toute licence.

//Un derrick crachant son pétrole en 1938, date de la découverte de l'extraordinaire manne de l'or noir qui allait transfigurer à jamais toute la péninsule arabique. Un derrick crachant son pétrole en 1938, date de la découverte de l'extraordinaire manne de l'or noir qui allait transfigurer à jamais toute la péninsule arabique.

 

 

La découverte en 1938 du pétrole, amorce cependant un vaste programme de développement structurel du nouveau royaume, autant au niveau des institutions que de l’infrastructure.

 

 

Des immigrés à la pelle, un profond racisme

La Mecque bénéficie, comme le reste du pays, d’une immense et subite manne. Les Mecquois ne pouvant ni ne voulant remplir les emplois que la nouvelle économie induit, il est fait appel à une immigration massive. Obligatoirement musulmans —  pour ce qui concerne la ville sainte  – ,  les nouveaux arrivants sont essentiellement Égyptiens, Yéménites, Malais et Indonésiens. 

Historiquement, les Mecquois ont toujours été profondément racistes. L’usage abusif qu’ils ont toujours pratiqué de l’esclavage a souvent été dénoncé dans les récits de voyage écrits par des musulmans éclairés, notamment les lettrés turcs  de la fin du XIXe siècle  et les Arabes de la période de la Nahda. L’arrivée au pouvoir des Wahhabites n’y a rien changé.

//Ziauddin Sardar. L’intellectuel britannique d’origine pakistanaise est l’auteur de Histoire de La Mecque : de la naissance d’Abraham au XXIe siècle (éditions Payot, septembre 2015). Pour lui, La Mecque a toujours été un enjeu pour tous les pouvoirs, tant politiques que religieux. Contrôler La Mecque, c’est contrôler le monde musulman. Voilà pourquoi les différents empires – omeyyade (611-750), abbasside (750-1258) et ottoman (1299-1923) – ont cherché à la dominer. Voilà pourquoi aussi les Saoudiens, gardiens de la ville sainte, ont pu avec succès faire la promotion de leur islam à l’échelle mondiale, a-t-il déclaré dans une interview au Monde.Ziauddin Sardar. L’intellectuel britannique d’origine pakistanaise est l’auteur de Histoire de La Mecque : de la naissance d’Abraham au XXIe siècle (éditions Payot, septembre 2015). Pour lui, La Mecque a toujours été un enjeu pour tous les pouvoirs, tant politiques que religieux. Contrôler La Mecque, c’est contrôler le monde musulman. Voilà pourquoi les différents empires – omeyyade (611-750), abbasside (750-1258) et ottoman (1299-1923) – ont cherché à la dominer. Voilà pourquoi aussi les Saoudiens, gardiens de la ville sainte, ont pu avec succès faire la promotion de leur islam à l’échelle mondiale, a-t-il déclaré dans une interview au Monde.

Officiellement aboli en 1962, l’esclavage reste en vigueur dans la société saoudienne contemporaine, sous une forme déguisée, de la même façon que survit, en Inde, le système des castes, nous dit Ziauddin Sardar. L’auteur anglo-pakistanais nous décrit, dans son récent et volumineux ouvrage, Histoire de la Mecque, de la naissance d’Abraham au XXIe siècle (éd. Payot), avec une précision chirurgicale, l’implacable hiérarchie ethnique qu’il a constatée durant ses cinq années passées sur place. 

//Les Harb étaient connus pour leur habitude d’assaillir et de rançonner les caravanes de pèlerins.Les Harb étaient connus pour leur habitude d’assaillir et de rançonner les caravanes de pèlerins.Au sommet, il y a les Najdis. Ces ex-bédouins qu’étaient les Saoud et leurs tribus alliées se sont faits un malin plaisir de déplacer, en seconde classe, les Hijazis, jadis si fiers de leur parenté —  plus ou moins lointaine, plus ou moins inventée —  avec le Prophète. En troisième place arrive le reste des habitants issus de la péninsule, essentiellement les Hadramis du Yémen. Puis les Arabes du Moyen-Orient. Suivent les musulmans « blancs » tels les Perses ou les Turcs. Les Indiens, les Malais et les Indonésiens sont à peine considérés comme des humains. Enfin, les Africains subsahariens sont au plus bas de l’échelle. 

Pour illustrer le mépris dans lequel les Mecquois ont toujours tenu les Indo-musulmans, Ziauddin Sardar nous rapporte les mésaventures vécues par Sikander Bégum, la richissime souveraine du Bhopal, deuxième plus grande principauté anglo-indienne, lors de son hajj, effectué en 1864.

À la tête d’une caravane de 80 chameaux chargés d’offrandes et accompagnée d’une impressionnante suite, la Bégum « fougueuse, indépendante et raffinée » est, pour commencer, scandaleusement rançonnée par les bédouins, lors de son trajet entre le port de Jeddah, où elle avait débarqué, et la Mecque.

  

Dès ses rituels du hajj effectués, elle se voit entourée d’esclaves du chérif Abd Allah qui la forcent, manu militari, à faire honneur au dîner que lui a réservé —  sans l’en avertir —  le prince de la cité. Après avoir goûté à « la cinquantaine de plats froids, salés et sucrés, au goût fade » , on lui signifie l’obligation de séjourner dans la demeure, trois jours pleins, comme l’exige le protocole local. Ceci, sans jamais avoir été reçue par le maître de céans, en personne.

 

Un centre interdisciplinaire pour penser le Vatican musulman

Habituée à l’extrême courtoisie britannique et tenant une correspondance régulière avec la reine Victoria, la Bégum est ulcérée. Elle fait en sorte que la relation de son voyage à la Mecque soit publiée en Angleterre.

C’est en 1975 que Ziauddin Sardar est appelé à rejoindre l’équipe interdisciplinaire du tout nouveau Centre de recherche sur le hajj.

Le centre est une idée de Sami Angawi, un architecte de souche hijazie, ayant effectué ses études en Grande-Bretagne. Angawi s’est allié, pour ce projet, à Abd Allah Nassif. Ce dernier est le petit-fils de Omar Nassif Effendi, jadis gouverneur de Jeddah, sous le règne du chérif Abd Allah ibn Awn.

  

Pour accueillir sa collection de 6 000 précieux manuscrits, Effendi avait construit, en 1881, dans la principale rue de Jeddah, un véritable palais de style ottoman. Le roi Abd al-Aziz y séjournera, lors de son premier passage à Jeddah.

 

//La Kaaba en 1887. De nombreux autres bétyles, parfois nommés également Kaaba, ont été adorés par les Arabes pré-islamiques. Ainsi, faisant allusion à la pierre noire de Dusares à Petra, Clément d'Alexandrie mentionnait vers 190 que les Arabes adorent des pierres.La Kaaba en 1887. De nombreux autres bétyles, parfois nommés également Kaaba, ont été adorés par les Arabes pré-islamiques. Ainsi, faisant allusion à la pierre noire de Dusares à Petra, Clément d'Alexandrie mentionnait vers 190 que les Arabes adorent des pierres.Menacée de destruction — comme tout bâtiment un tant soit peu ancien du royaume wahhabite  —, la maison est sauvée, in extremis , grâce à l’entregent de Nassif, qui a l’idée de la transformer en bibliothèque publique, sauvant, par la même occasion, l’unique arbre plus que centenaire de la ville, niché en son patio. Abd Allah Nassif a également été formé en Grande-Bretagne. 

 

Dépendant de l’Université de Jeddah, le centre jouit d’une rare autonomie, par contraste avec l’Université de la Mecque, aux mains de théologiens wahhabites najdis, qui voient en ces deux rejetons de la vieille aristocratie hijazie des suppôts de l’Occident. 

 

L’équipe du centre s’attelle à réunir les données sur l’histoire et les sites culturels de la Mecque, ses quartiers traditionnels, ses structures sociales, sa géographie et sa géologie. Le but ? Proposer un plan de développement urbain « raisonné » de la cité et — ô blasphème ! — respectueux de son passé.

 

//Arrivée de pèlerins au Hajj par avion en 1953. La croissance de la fréquentation est très forte, ce qui est lié à des raisons complexes dépendant de la notoriété croissante du site mais aussi à l'évolution des mobilités et à la démocratisation du transport aérien. De 50 000 pèlerins en 1935, on en dénombre près de 4 millions par an de nos jours. ILMFEEDArrivée de pèlerins au Hajj par avion en 1953. La croissance de la fréquentation est très forte, ce qui est lié à des raisons complexes dépendant de la notoriété croissante du site mais aussi à l'évolution des mobilités et à la démocratisation du transport aérien. De 50 000 pèlerins en 1935, on en dénombre près de 4 millions par an de nos jours. ILMFEED

 

//Une rue animée à La Mecque au début du XXème siècle. L'architecture dominante, comme celle du minaret sur cette photographie, était de style ottoman.Une rue animée à La Mecque au début du XXème siècle. L'architecture dominante, comme celle du minaret sur cette photographie, était de style ottoman.Entre les années cinquante et soixante-dix, la Mecque a connu un bouleversement démographique exceptionnel. Que ce soit en nombre de résidents, ayant quadruplé, ou en nombre de pèlerins, passant de quelque 200 000 croyants à un million, grâce, évidemment, au développement extraordinaire des moyens de transports maritime et aérien. Le résultat d’un tel bouleversement est une extension immobilière des plus anarchiques.

  

Au Centre de recherche sur le hajj, on ne lésine pas sur les moyens : études de terrain, prises de vues aériennes, modélisation informatique.

  

Dans la copie rendue, les auteurs insistent sur le fait que, « derrière sa façade de métropole, la Mecque fonctionne comme un conglomérat ou un réseau de villages nichés dans les petites vallées ou perchés au sommet des montagnes. Elle offre les opportunités d’une grande ville et la sécurité sociale d’un village. »  

Ils préconisent la préservation de ce qui reste des vieux quartiers mecquois de style ottoman : maisons à un ou deux étages, cubiques, aux murs passés à la chaux et aux larges fenêtres en porte-à-faux, en moucharabieh en bois de teck provenant des îles océaniennes. Ils conseillent d’interdire la circulation automobile sur un large périmètre autour du Haram et de veiller à l’installation de passages piétons couverts, suivant le cheminement prescrit aux fidèles par le rituel du hajj. 

L’idée motrice de Ziauddin Sardar et de ses collègues est  de sauvegarder, autour de la Kaâba — cette « maison de Dieu » , dont la simplicité exprime la grandeur du Seigneur —, une cité à taille humaine, à même d’accueillir les futurs millions de fidèles prévus, dans la quiétude, la sérénité, l’humilité, bref, la spiritualité que représente ce qotb absolu, pour plus d’un milliard de croyants. Une sorte de Vatican, en somme.

 

//Un des projets d'agrandissement de la Kaaba et de ses alentours.Afin d’étendre la superficie de la mosquée, les entrepreneurs du groupe de construction Ben Laden avaient prévu dès 2011 de détruire les galeries dites ottomanes pour les reconstruire plus loin. Ces galeries, construites au XVIème siècle, sont composées de colonnes qui datent pour certaines du VIIIème siècle.Un des projets d'agrandissement de la Kaaba et de ses alentours.Afin d’étendre la superficie de la mosquée, les entrepreneurs du groupe de construction Ben Laden avaient prévu dès 2011 de détruire les galeries dites ottomanes pour les reconstruire plus loin. Ces galeries, construites au XVIème siècle, sont composées de colonnes qui datent pour certaines du VIIIème siècle.

 

//Vue plongeante de la Kaaba de nuit, entourée de buildings à l'américaine évoquant plus un Las Vegas du désert, qu'un lieu de culte.En 2010 déjà, des mosquées datant du temps du Prophète ont été détruites pour permettre la construction de la Tour de l'Horloge (Clock Tower). Une des plus hautes tour du monde, elle se trouve au milieu d’un complexe hôtelier dont les bâtiments comptent entre 42 et 48 étages.Vue plongeante de la Kaaba de nuit, entourée de buildings à l'américaine évoquant plus un Las Vegas du désert, qu'un lieu de culte.En 2010 déjà, des mosquées datant du temps du Prophète ont été détruites pour permettre la construction de la Tour de l'Horloge (Clock Tower). Une des plus hautes tour du monde, elle se trouve au milieu d’un complexe hôtelier dont les bâtiments comptent entre 42 et 48 étages.

 

Une esthétique texane, la haine du passé

Les autorités wahhabites balayent, d’un revers de main, les considérations de ces hurluberlus. Un « Master plan » de développement est commandé à des étrangers ne pouvant mettre un pied dans la Mecque. Les collines sont rasées, d’ignobles tours en verre et béton poussent partout, reliées par des échangeurs sillonnant l’ancienne antique cité. Au lieu et place des passages piétons couverts proposés par l’équipe, d’immenses tunnels climatisés et dotés d’escalators sont construits. Ziauddin Sardar affirme que les accidents à répétition, provocant, régulièrement, des centaines de morts, à chaque grand pèlerinage, étaient aisément prévisibles.

//Flux des pèlerins vers la Kaaba. Riyadh a beau s’abriter derrière les investissements colossaux engagés pour assurer la sécurité du pèlerinage en matière d’infrastructures, sa volonté de porter la capacité de la Kaaba à 2,2 millions de personnes dans les prochaines années, contre 1,5 million aujourd’hui, inquiète: Quand le site atteint le niveau maximal d’affluence, la foule se masse, l’atmosphère devient claustrophobique et les gens paniquent. AFPFlux des pèlerins vers la Kaaba. Riyadh a beau s’abriter derrière les investissements colossaux engagés pour assurer la sécurité du pèlerinage en matière d’infrastructures, sa volonté de porter la capacité de la Kaaba à 2,2 millions de personnes dans les prochaines années, contre 1,5 million aujourd’hui, inquiète: Quand le site atteint le niveau maximal d’affluence, la foule se masse, l’atmosphère devient claustrophobique et les gens paniquent. AFP

 

//Lors de la bousculade en 2006, qui a tué 364 pèlerins, la densité de la foule avait été évaluée à 10 personnes par mètre carré. Le site Crowd Safety and Risk Analysis, qui a modélisé des hypothèses de foule statique ou en mouvement, situe autour de 5 personnes par mètre carré, environ, le début de la zone à risque. AFPLors de la bousculade en 2006, qui a tué 364 pèlerins, la densité de la foule avait été évaluée à 10 personnes par mètre carré. Le site Crowd Safety and Risk Analysis, qui a modélisé des hypothèses de foule statique ou en mouvement, situe autour de 5 personnes par mètre carré, environ, le début de la zone à risque. AFP

 

//La tragédie la plus meurtrière depuis vingt-cinq ans a endeuillé le grand pèlerinage dans le premier lieu saint de l’islam, jeudi 24 septembre 2015, jour de la fête de l’Aïd. Comme à six reprises depuis 1990, c’est la vallée de Mina, où a lieu le rituel de la lapidation – les fidèles doivent jeter des pierres sur des stèles symbolisant Satan – qui a été touchée. APLa tragédie la plus meurtrière depuis vingt-cinq ans a endeuillé le grand pèlerinage dans le premier lieu saint de l’islam, jeudi 24 septembre 2015, jour de la fête de l’Aïd. Comme à six reprises depuis 1990, c’est la vallée de Mina, où a lieu le rituel de la lapidation – les fidèles doivent jeter des pierres sur des stèles symbolisant Satan – qui a été touchée. AP

 

Pour Ziauddin Sardar, au-delà du mauvais goût de toute une génération de responsables ayant comme unique horizon esthétique la ville de Houston —  où ils sont nombreux à avoir étudié —  c’est la « haine du passé, de tout principe culturel ou historique » qui animent les Wahhabites. 

Pour cet Anglo-Pakistanais, aujourd’hui directeur du Centre politique et de prospective de l’Université de Chicago et président de l’Institut musulman de Londres, se définissant comme un « musulman libéral », les Wahhabites ont définitivement défiguré un des sites les plus sacrés de la planète. L’érection du Clock Tower et de ses galeries marchandes, ainsi que du palais royal dont il est flanqué, écrasant de leur masse et de leur ombre la Kaaba, reste un geste, selon lui, impardonnable.

 

Contenu publié dans le Desk et repris par babelmed dans le cadre du programme Ebticar.

 

Jamal Boushaba

Mohamed Drissi K. (Direction artistique)

07/03/2016