Bougonnement pontifical | Nathalie Galesne
Bougonnement pontifical Imprimer
Nathalie Galesne   
 
Bougonnement pontifical | Nathalie Galesne
Père Georg Genstein
Décidément satire et autorités religieuses ne font pas bon ménage. C’est à présent le Vatican qui condamne la parodie, à travers le quotidien L’Avvenire, dénonçant avec fermeté les imitations du pape.

Le secrétaire de Benoît XVI, don Georg Genstein, autre cible favorite des imitateurs, a confié au quotidien catholique: «Ces choses sont d'un niveau intellectuel nul et offensent les hommes d’église. Des émissions aussi peu constructives ne sont pas acceptables».

Ils sont essentiellement trois à se déchaîner, depuis plusieurs semaines, sur «sa sainteté» et son entourage et rien n’indique qu’ils aient l’intention de se calmer.

D’abord, il y a les bouffonneries bon enfant de Fiorello devenu, depuis ses débuts il y a une vingtaine d’années dans une émission de Karaoké de mediaset, un des show man les plus appréciés de la péninsule. Chansonnier, humoriste, cet imitateur hors paire de l’écrivain sicilien Andrea Camilleri anime depuis plusieurs mois une émission radiophonique très populaire «Viva RadioDue». Il y incarne avec beaucoup de brio, Georg Genstein, le bras droit du pape.
Bougonnement pontifical | Nathalie Galesne
Fiorello
Invité à l’université Catholique de Rome pour un séminaire, Fiorello a accumulé les jeux de mots célestes devant une assemblée d’étudiants hilares pour conclure: «Je ne crois pas que j’irai en enfer pour l’imitation du père Georg». Les applaudissements qui ont clôturé cet exercice de style n’ont fait que souligner le clivage qui existe entre les positions du Vatican et le mode de vie des catholiques italiens.

Sur la 7, une des rares chaînes télévisées privées à ne pas appartenir à Silvio Berlusconi, un autre comique, Crozza, enchaîne sketch sur sketch sur le pape dans l’émission satirique «Crozza Italia». Entouré de deux pretres groupies, Benoît XVI y entreprend quelques pas de danse ou fume encore, (comme un Turc), trois paquets de cigarettes coup sur coup en vue de sa prochaine visite en Turquie.
Bougonnement pontifical | Nathalie Galesne
Luciana Littizzetto
C’est enfin sur le cardinal Ruini, personnalité aussi brillante que conservatrice, que s’abattent les sarcasmes de Luciana Littizzetto, gracile quarantenaire à l’humour corrosif. Tous les samedis et dimanches soirs, cette espiègle bouffonne se contorsionne en fin d’émission sur sa chaise devant Fabio Fazio, le journaliste de «Che Tempo Fa», qui prend des pauses faussement outrées. C’est la sucrerie finale de ce programme culturel atypique. Un bonbon à l’arsenic pour les hommes politiques et les ecclésiastiques dont raffolent les téléspectateurs.

Dans ce climat anti-clérical, l’intervention de l’ex-président de la république italienne et ex-démocrate chrétien, Francesco Cossiga, qui a présenté une interpellation à Romano Prodi et au ministre des communications Paolo Gentiloni, semble tout aussi comique pour ne pas dire dérisoire, d’autant que, dans un mouvement contraire, ce dernier vient de lancer un appel pour faire passer une loi qui libéraliserait toutes les drogues.
Nathalie Galesne
(17/11/2006)
mots-clés: