Rencontres napolitaines et romaines avec les écrivains et romanciers arabes | babelmed
Rencontres napolitaines et romaines avec les écrivains et romanciers arabes Imprimer
babelmed   
  Rencontres napolitaines et romaines avec les écrivains et romanciers arabes | babelmed La 17ème édition de Galassia Gutenberg qui aura lieu du 1 au 4 avril à Naples sera dédiée cette année à la mémoire de Samir Kassir, journaliste et historien libanais. Invité d’honneur de l’édition précédente, il avait alors inauguré la manifestation en présidant à un colloque sur les rapports entre littérature et information dans les pays méditerranéens. Assassiné à Beyrouth en juin dernier, c’est donc en son honneur et en souvenir de son engagement pour la liberté de la presse que s'ouvre cette nouvelle édition. Un colloque international sur « Démocratie de l’information dans les pays arabes » ouvrira la manifestation samedi à 12h et sera animé par de nombreux journalistes de renom, dont Khaled Fouad Allam, Khalid Chaouki, Ziak Talhouk et Gisele Khoury.
Un café littéraire célèbrera le roman arabe, et donnera la parole aux écrivains Rashid Daif, Fu’ad Al Takarli, Alia Mamduh, qui débattront autour de deux grands thèmes «Amour et sexualité dans le roman arabe» et «Vivre et mourir à Baghdad».
Enfin, un espace d’exposition permettra à tous les éditeurs et maisons d’éditions, et en particulier à ceux qui se spécialisent sur la littérature arabe et de la Méditerranée, de présenter de nouveaux auteurs… ou ceux qui commencent tout juste à être traduits en Italie. Ainsi, les éditions Jouvence présenteront leurs auteurs récemment traduits et publiés en italien.

ROME
Lundi 3 avril à 17h30, l’AIWA onlus (Arab Italian Woman Associazione) invitera à son tour les trois auteurs arabes Fu’ad Al Takarli, Rashid Daif, et Aliya Mamduh, à la faculté d’Etudes Orientales de L’université “La Sapienza” de Rome, pour un colloque autour de «L’expérience autobiographique dans le roman arabe».

FU’AD AL-TAKARLI
Né en Iraq en 1927, il a exercé la profession de magistrat pendant 27 ans, avant de quitter son pays, comme beaucoup de ses connationaux. Il a vécu en France, en Tunisie, en Syrie puis en Jordanie où il réside aujourd’hui. Il est l’auteur de nombreux romans, pour lesquels il a été primé. Il a reçu à Dubai le prix Sultan ‘Aways. Ses romans sont traduits en plusieurs langues. En Italie, L’altro volto (al-Wagh al-Akhar)a été traduit par Sara Triulzi et publié par Jouvence en 2005. Son roman L’anello di sabbia est actuellement en cours de traduction pour les Edizioni Lavoro.

ALIYA MAMDUH
Aliya Mamduh est une des écrivaines les plus intéressantes du panorama littéraire iraquien et du monde arabe en général. Née en Iraq en 1944, elle vit depuis de nombreuses années à Paris. En 2003, elle reçoit au Caire le prix Nagib Mahfuz. En Italie, Jouvence a publié son roman autobiographique Naftalina (Habbat al-Naftalin),traduit en italien par Maria Avino, dans la collection Memorie del Mediterraneo. Aliya Mamduh écrit: “Je ne fais pas de distinction entre les femmes de chez moi et celles des autres pays, parce que pour moi elles appartiennent toutes à un seul et même pays.

RACHID DAIF
Né en 1945 au Liban septentrional, cet écrivain libanais est un des auteurs arabes les plus connus et les plus traduits en Europe. Enseignant à l’Université de Beyrouth, il a publié de nombreux romans et recueils de poésie pour lesquels il a été maintes fois primé. Il est particulièrement apprécié de la critique littéraire pour son humour et son style fluide et mordant. En Italie, Mio caro Kawabata a été traduit par Isabella Camera d’Afflitto et publié aux Edizioni Lavoro. L’ironie et l’audace se mêlent dans Chi se ne frega di Meryl Streep, roman publié par Jouvence dans lequel il affronte avec délicatesse le thème de la sexualité et de l’amour dans la société libanaise. Rédaction Babelmed
(31/03/2006)
mots-clés: