Don Quichotte et les invincibles | babelmed
Don Quichotte et les invincibles Imprimer
babelmed   
  Don Quichotte et les invincibles | babelmed «La poésie est le format de combat de la littérature», cette phrase de Erri De Luca rend à elle seule l’esprit du spectacle présenté au théâtre communal Alfredo Testoni di Casalecchio di Reno ce 1 et 2 décembre.

Dans ce spectacle, les vers de quelques grands poètes tels que Hikmet, Sarajlic, Brecht ou De Luca sont chantés comme pour restituer à la poésie son caractère populaire, cet esprit militant et incisif que nous avons au fil du temps oublié. Ainsi armés du verbe et de la musique, un écrivain (Erri De Luca), un auteur compositeur (Gianmaria Testa) et un clarinettiste (Gabriele Mirabassi) partent à la recherche de Don Quichotte de La Manche, tout au long d’un spectacle se déclinant en trois tableaux : l’amour, la guerre, la captivité.

Héroïque chevalier errant, Don Quichotte de La Manche est l’emblème de ceux qui ne se rendent jamais, qui ne regardent pas, impassibles, défiler les événements mais qui y prennent part. «Notre Quichotte -affirment les trois protagonistes- est une sorte d’hommage à tous les partisans des causes perdues qui sont au bout du compte les vrais invincibles ».

Les invincibles de ce spectacle, ce sont les migrants, «ceux qui traversent le monde à pieds pour nous rejoindre et qu’aucun camp de rétention ne peut arrêter». Même lorsque la vie semble se réduire à un combat contre les moulins à vent, le héros est celui que rien ne freine. ni les déceptions ni les désillusions. «L’invincible -poursuit Erri De Luca- ce n’est pas celui qui gagne toujours, mais plutôt celui que les défaites ne réussissent à mettre en déroute, celui qui ne renonce jamais à se battre de nouveau».

La poésie devient alors une bonne façon de contraster le monde et ses injustices, ses désordres et ses inerties quotidiennes, sans pour autant échapper à la réalité. Ainsi Don Quichotte n’est pas un pur idéal livresque, mais un idéal de vie pouvant appartenir à tout le monde. Aucun obstacle ne peut retenir la parole, le son, ni même la pensée qui, une fois exprimés, s’élèvent dans les airs et se répandent pour aller au devant d’autrui, vers tous les «Quichottes» errant sur cette terre. Rédaction Babelmed
(4/12/2005)
mots-clés: