Un escadron de la mort dans la province italienne : l'assassinat de Mohamed Habassi à Parme | Mohamed Habassi, ville de Parme, Giovanna Tranchida
Un escadron de la mort dans la province italienne : l'assassinat de Mohamed Habassi à Parme Imprimer
Annamaria Rivera   

Dans la nuit du 9 au 10 mai dernier, un escadron de la mort, mené par deux hommes d'âge moyen, fait irruption dans l'appartement modeste d'un homme d’une trentaine d’années. Les six hommes, à visage découvert, ont enfilé des gants en latex et sont armés d'une batte de baseball, d'une barre de fer, d'un marteau, d'un poing américain, d'une pince multiprise, et même d'un gant de treillis d'acier. Il ne fait aucun doute, donc, qu'ils voulaient donner une leçon plutôt dure à leur victime.

Pris par surprise et abandonné par l'ami (ou peut-être un cousin) - qui était chez lui et a fui paniqué à la vue de l'escadron - le malheureux tente d'abord de se défendre, puis succombe à la violence de ses bourreaux. Si bien que ceux-ci, en particulier les deux chefs du gang, pourront se livrer en toute tranquillité à leur travail de sévices, de torture et de mutilations. Bien qu’ayant absorbé, à ce qu'on dit, un mélange de cocaïne et d'alcool, ils vont effectuer le travail avec une méticulosité presque scientifique : ils lui coupent une oreille, lui arrachent une partie du nez, lui brisent le crâne avec le marteau, et, avec la pince, lui tranchent un petit doigt et un orteil qu'ils jettent ensuite dans l'évier.

Les cris déchirants de la victime retentissent dans la nuit silencieuse du village. Pourtant, pendant environ une heure, personne n'intervient pour arrêter le massacre. Enfin, quelqu'un donne l'alarme. Mais quand les forces de l'ordre se résolvent à faire irruption dans l'appartement, il est trop tard: le pauvre homme est mort. Martyrisé, mutilé, vidé de son sang par des hémorragies internes et externes, il a souffert une longue agonie.



Nous ne sommes pas dans le Chili de Pinochet ou dans l'Argentine de Videla, ni même dans l'Égypte du général al-Sissi. Mais, plus modestement, à Basilicagoiano, fraction de Montechiarugolo, à quelques kilomètres de la très civilisée ville de Parme où résident les deux bourreaux principaux. Les quatre autres membres de la bande, des ouvriers roumains, auraient été recrutés comme auxiliaires, pour ainsi dire. Eux aussi sont en prison pour complicité de meurtre, avec les circonstances aggravantes de la préméditation et de la cruauté.

Un escadron de la mort dans la province italienne : l'assassinat de Mohamed Habassi à Parme | Mohamed Habassi, ville de Parme, Giovanna Tranchida

Les deux tortionnaires - des personnes "au-dessus de tout soupçon", selon les chroniques locales - ont avoué et nous pouvons donc les nommer. L'un, Alessio Alberici, 42 ans arrêté la nuit même du crime, est un graphiste et illustrateur "bien connu à Parme." En tant que dessinateur d'une BD "noire", on le retrouve, sur internet, parmi les invités illustres d'une soirée "dédiée au polar et au mystère", ce qui aujourd'hui sonne comme un terrible paradoxe. L'autre, Luca Del Vasto, 46 ans, initiateur de l'expédition punitive et le bourreau le plus impitoyable, est le propriétaire d'une entreprise de nettoyage, mais aussi le gérant d'un local bien connu,  le Buddha Bar de Sala Baganza  : un détail lui aussi atrocement ironique, compte tenu des penchants cruels et sadiques  dont a fait preuve le barman "bouddhiste", qui a organisé justement dans ce bar le raid fatal, dans lequel il s'est distingué par les mutilations infligées à la victime.

Bien que cette affaire ne soit pas des plus habituelles et banales, elle est restée confinée dans les nouvelles locales.

Un escadron de la mort dans la province italienne : l'assassinat de Mohamed Habassi à Parme | Mohamed Habassi, ville de Parme, Giovanna Tranchida

Les principaux quotidiens nationaux, qui habituellement ne dédaignent pas les faits  divers les plus sanglants, ne lui ont consacré que quelques articles dans leurs éditions locales (nous parlons des versions en ligne). Pourtant, ne serait-ce que par la brutalité de l'assassinat, précédé par des sévices et des tortures, il a une certaine analogie avec l'assassinat de Luca Varani*. Et celui-ci a fait l'objet non seulement de longues séries d'articles dans les journaux grand public, mais aussi de commentaires et d'analyses.

Une des raisons de ce traitement discret est facile à comprendre. Les initiateurs et les exécutants principaux de  l'atroce martyre avaient bien des «petits antécédents pour trafic de drogue», mais, en tant qu'Italiens et de plus Parmesans pur jus, ils étaient considérés comme des citoyens respectables. La victime, en revanche, n'était qu'un "extracommunautaire": Mohamed Habassi, trente-trois ans, de nationalité tunisienne et chômeur de surcroit. Le renversement du schéma préférentiel d'une bonne partie des médias, qui veut voir les immigrés dans le rôle de criminels, ne les sans doute pas encouragés à s'occuper d'un tel crime «anormal».

Quant au motif, du moins celui avoué //Giovanna TranchidaGiovanna Tranchidapar les deux tortionnaires, il ne pouvait pas être plus mesquin : Mohamed n'avait pas payé le loyer de l'appartement appartenant à la «concubine» de Del Vasto, en son temps pris en location par sa compagne Giovanna Tranchida, morte en août dernier dans un terrible accident de voiture. Mais on soupçonne qu'il y a eu d'autres motifs. 

En 2014, le quotidien britannique The Telegraph a classé Parme à la quatrième place parmi les meilleurs endroits au monde pour la qualité de vie, faisant l'impasse sur les scandales et la corruption. Quoiqu'il en soit, la ville du parmesan et du Parmigianino**, avec sa province, n'a pas porté chance à Mohamed, ni à sa compagne, postière de profession, elle-même immigrée, mais de Marsala (Sicile). Et elle a aussi peu souri à leur enfant, maintenant âgé de six ans, qui a survécu à l'accident qui a coûté la vie à sa mère, donc fortement choqué, maintenant orphelin aussi de son père, qu'il  aimait beaucoup et qui l'aimait autant en retour.

Après le premier malheur, par ordonnance du tribunal, l’enfant avait été confié à la garde du père. Et Mohamed, à son tour, l'avait confié à sa grand-mère paternelle, aussi pour le soustraire aux conflits familiaux et probablement dans l'attente de rentrer lui-même au pays. L'enfant, par conséquent, ne vit plus à quelques kilomètres de Parme, mais à El Omrane Supérieur, dans le gouvernorat de Tunis. Si un jour, devenu adulte, il était contraint d'émigrer, qui sait s'il aspirerait à revenir dans la quatrième ville au monde pour la qualité de vie.

Bien que l'histoire de cette famille ait un caractère  tragique aussi cohérent qu'il parait littéraire, si poignant qu'il ne peut solliciter qu'émotion et pietas, et le crime si monstrueux qu'il laisse sans voix, certains n'ont pu résister à la tentation de diffamer la victime. L'auteure du premier article que Parma.repubblica.it a consacré à l'affaire, au lieu de s'interroger sur l'identité des bourreaux, écrit que "des réponses" sur des "points obscurs de cette affaire [...] peuvent être recherchées dans l'identité de la victime". Mohamed Habassi, en fait, "n'était pas du tout populaire dans le quartier", qu'il "perturbait", entre autres en écoutant  "de la musique à fort volume".(parma.repubblica.it/cronaca)



On a de quoi être stupéfait. Si pour Del Vasto il est normal que le fait de ne pas payer le loyer puisse être puni par un tel martyre, les allusions de la journaliste ne révèlent rien d'autre qu'un préjugé contre la victime et une indulgence pour les bourreaux : finalement, Habassi l'a bien cherché. Les "extracommunautaires" doivent faire attention quand ils écoutent de la musique : leur vie vaut si peu qu'ils risquent d'être suppliciés par des voisins.

En Italie, aucune protestation publique n'est intervenue à ce jour pour percer un mur si épais d'horreur, mais aussi de préjugés et de cynisme, pas même de la part du mouvement antiraciste et  de la gauche la plus  "radicale" de Parme, peut-être gênée par la participation de Roumains à l'expédition punitive ? Néanmoins, une petite lueur de solidarité parvient à se faire jour. Par exemple, certaines éducatrices et d'autres personnes qui ont connu Samir dans des temps meilleurs et l'ont soigné, protégé, aimé, ont lancé un appel dans un journal local en ligne pour savoir comment ils peuvent aider l'enfant: "Cher petit, on ne t'oublie pas, nous t'embrassons et nous lutterons pour un monde où l'argent ne vaut pas plus que la vie, que l'amour et des soins pour les plus faibles et les plus petits". http://www.parmatoday.it/cronaca/omicidio-basilicagoiano-appello-figlio-mohamed-habassi.html

 


 

Annamaria Rivera

Traduit par Fausto Giudice

25/05/2016


 

 NdT

*Luca Varani était un jeune Romain torturé et assassiné par deux jeunes fils de bonne famille imbibés d'alcool et de cocaïne en mars dernier.

**Girolamo Francesco Maria Mazzola ou Mazzuoli, dit Parmigianino (en français Le Petit Parmesan), 1503 -1540, était un peintre et graveur italien de la Renaissance et du début du maniérisme.

Merci à Tlaxcala

Source: http://tlaxcala-int.org/article.asp?reference=17941

Date de parution de l'article original: 25/05/2016

URL de cette page: http://www.tlaxcala-int.org/article.asp?reference=17942