Un restaurant rom à Rome | restaurant rom, camp de Candono, Rome, Arci Solidarietà, Marta Bonafoni, Felipe Goycoolea
Un restaurant rom à Rome Imprimer
babelmed   

//Photo d’Emiliana PistilloPhoto d’Emiliana Pistillo

Maria, Codruca, Ribana, Roxana, Florentina, Simona, Elena, Gordana, Elisa, Hanifa, Alexandra, Tudorita, Giuliana, Florentina ont un même rêve : ouvrir ensemble un restaurant rom.

Jeunes et moins jeunes, serbes, bosniaques, macédoniennes, roumaines et italiennes, elles cuisinent ce jour-là côte à côte pour une vingtaine de convives dans le camp de Candono, à la périphérie sud de Rome. Le menu est composé de plats typiques de la tradition culinaire des Balkans : sarma, poivrons farcis de viande hachée et de riz, paupiette de chou, salade russe, et pour finir biscuits et gâteaux.

«Nous sommes en train de miser sur les femmes, explique Mariangela De Blasi d’Arci solidarietà (la plus grande organisation socio-culturelles de la peninsule). Elle ont une grande envie d’être protagonistes, indépendantes et de s’affirmer ; c’est pour cette raison que nous les avons réunies autour d’une table afin de créer un moment d’échange entre elles et de rencontre avec les institutions publiques, de manière à ce que ce soit les femmes elles-mêmes qui se fassent porte-parole de leurs propres instances.»

A leur table s’étaient invités aussi les opératrices et les opérateurs de Arci Solidarietà, la conseillère de la Région Latium Marta Bonafoni et Felipe Goycoolea du coworking romain “Millepiani”.

La rencontre entre ces femmes a pu se faire grâce à deux projets de Arci Solidarietà Onlus :«Donne al Volante» (femmes au volant), pour l’obtention du permis de conduire, et “7donne Rom” (7 femmes Rom), un parcours d’insertion au féminin . 

13/08/2015