C’est une chambre bleue… | Nathalie Galesne
C’est une chambre bleue… Imprimer
Nathalie Galesne   
C’est une chambre bleue… | Nathalie Galesne
© Renzo Chiesa
C’est une chambre bleue nichée dans le haut de la medina de Tunis, dans une vaste demeure traditionnelle, à la fois imposante et intime, belle et chaleureuse. Les motifs bleus des céramiques ornent les murs dont la hauteur vertigineuse donne à la pièce une apparence de loft ancien, tour à tour salon, boudoir, bureau, alcove pour laisser se déployer les rêves et les méditations… Les couleurs acides ou chaudes des boiseries, que contraste harmonieusement le design brut de la salle de bain et de la cuisine, complètent le charme qui émane de ce lieu. Le patio est le coeur palpitant de la convivialité et de l’accueil réservé aux hôtes de la Chambre bleue. C’est là que la maîtresse de maison, Sondos Belhassem, dispose les petits déjeuners succulents qu’elle vous a concoctés, ou que son mari Marouane ben Miled vous raconte la Tunisie nouvelle.
C’est une chambre bleue… | Nathalie Galesne
© Renzo Chiesa
Sondos jongle avec les talents. Danseuse et comédienne, elle s’est récemment produite, avec Malek Sebai, au Centre National de la Danse de Pantin dans un spectacle d’une grande finesse “Prison des délits du coeur”. Marouane, lui, enseigne l’histoire des mathématiques à l’université al-manar de Tunis. Cela fait déjà plusieurs années que le couple a choisi de s’installer avec ses deux fillettes dans la médina et d’y exercer une forme de tourisme “durable”, encore peu pratiqué dans le pays. Le profit généré par la chambre bleue permet de financer les travaux de rénovation de l’appartement. Ainsi, d’autres chambres devaient bientôt accueillir un plus grand nombre d’hôtes. Ce tourisme intelligent, fait d’échange et d’hospitalité toute méditerranéenne, a certainement un avenir prometteur en Tunisie.

C’est une chambre bleue… | Nathalie Galesne
© Renzo Chiesa
Conversation avec Marouane Ben Miled


Comment avez-vous vécu les événements liés à la révolution?
Après une série de manifestations, durement réprimées (qui demandaient la liberté, la démocratie et la dignité, ainsi que le départ du dictateur) que certains de nos clients ont vécu en direct avec nous (décembre et janvier), l'ex-président a fuit avec une partie de sa famille (14 janvier). Puis nous avons eu une semaine difficile avec des combats où l'armée et la population se sont unies, et organisées dans chaque quartier, contre les milices et les forces de police acquises à l'ancien régime. Par la suite, la situation a été plus calme, le travail a repris doucement dans un climat de liberté étrange que nous ne connaissions pas directement. Deux gouvernements ont été chahutés, et maintenant un troisième gouvernement travaille avec des commissions afin d'organiser pour le 24 juillet les élections d'une Chambre constituante.Les modalités de vote seront bientôt connues et nous entrerons alors en campagne électorale.

L’activité économique du pays a-t-elle repris depuis?
Le climat est calme (par exemple Aicha, notre aînée, 10 ans, va seule à l'école) et nous comptons sur une reprise de l'économie de notre pays.
A ce propos, comme vous le savez, nous n'avons pas de rente (pétrolière ou autres) et nous n'appartenons pas un groupement solidaires d'états (genre union européenne) qui pourrait amortir les difficultés inhérentes à une période de baisse de notre activité. Notre richesse est celle de notre travail (c'est loin d'être négligeable) et le travail a repris.
Plus précisément, l'activité industrielle, dont la partie essentielle repose sur la construction mécanique ou électronique pour de grandes sociétés internationales (aéronautique, automobile...): la plupart de ces sociétés n'ont pas quitté le pays.
Le tourisme: celui-ci est touché de plein fouet par le fait que les touristes ont cessé de venir, la guerre en Libye, qui n'a pas de conséquence sur la sécurité en Tunisie, attise la peur de venir en Tunisie de la part des européens. Cette guerre nous touche également par le fait que plus de 150 000 réfugiés (des travailleurs émigrés en Libye) sont arrivés dans le sud tunisien; ils ont été accueillis correctement par des citoyens tunisiens qui ont organisé des camps grâce aux dons issus d'une solidarité nationale, le tout en association avec les ONG locales et internationales spécialisées. L'immense majorité des réfugiés repart vers leur pays d'origine à partir de l'aéroport de Jerba, ne reste sur place en permanence qu'un groupe de quelques milliers d’individus. Le mouvement de solidarité est tel qu'une partie des bénévoles en sont venus à s'occuper de la collecte (et le tri) des déchets occasionnés par les camps afin de nettoyer le désert.
L'agriculture fonctionne très bien: il n'a malheureusement pas plu dans le sud, mais les pluies ont été correctes dans la moitié nord. Les marchés sont très beaux et bien achalandés.
L'industrie chimique et l'exportation du phosphate ont été quelque peu perturbées, le bassin minier étant le siège de plusieurs grèves dûes à une impatience d'une partie des Tunisiens à obtenir satisfaction sur des revendications depuis trop longtemps étouffées, et, il faut le dire, sujettes à une certaine manipulation.
C’est une chambre bleue… | Nathalie Galesne
© Renzo Chiesa

Pour ce qui est du tourisme, et de votre activité en particulier, qu’en est-il?

En ce qui concerne La Chambre bleue, notre activité ne s'est arrêtée qu'une quinzaine de jours en janvier, peut-être même moins. Seuls quelques clients ont annulé leurs réservations, ce qui est compréhensible, mais certains sont également venus nous rendre visite pour vivre directement cette période post-révolutionnaire, sentir la liberté et partager avec nous ces moments historiques, par solidarité et curiosité, mais aussi parfois, pour le travail (journalistes, membres d'ONG etc). Cela nous permet de continuer les travaux de restauration de la maison, notamment au niveau des anciennes écuries et de continuer à
C’est une chambre bleue… | Nathalie Galesne
© Renzo Chiesa
rembourser nos prêts: la maison se paye elle-même grâce à nos hôtes. Cela montre également que l'avenir appartient à un type de tourisme différent de celui pratiqué traditionnellement en Tunisie, un "tourisme durable" que nous expérimentons avec notre activité et nos clients et qui permet un échange de peuple à peuple. La construction de ce tourisme nouveau fait partie de cette Tunisie à "l'avant-garde" (comme on dit quand on est révolutionnaire) dont nous entamons la construction. D’ailleurs, l'amitié qui se crée généralement avec nos hôtes n'en a été que plus forte dans ces moments particuliers.

Quel message souhaitez-vous adresser aux potentiels touristes qui viendront pochainement en Tunisie?

Je dirais que s’ils vueulent aider notre “jeune révolution démocratique”, ils peuvent continuer à le faire en s’associant à deux mouvements: l'un en invitant vos amis et proches à venir passer leurs vacances en Tunisie (partout, pas uniquement dans la Chambre bleue: visitez par exemple le site de 1001-tunisies ) et l'autre en consommant quand vous le pouvez des produits tunisiens, bien sûr, si vous en avez besoin.

Nathalie Galesne
(11/04/2011)


www.lachambrebleue.net
www.tripadvisor.fr/Hotel_Review-g293758-d1849215-Reviews-La_Chambre_bleue-Tunis.html
http://figuesdebarbarie.com/nord-est/tunis/la-chambre-bleue/
www.mille-et-une-tunisie.com/hebergements/maisons-dhotes/315-la-chambre-bleue.html
www.tunisiechezlhabitant.fr/chambre-hote-tunis-015.htm
www.hammam-ensa.com/details_articles.php?cat_id=33&art_id=577
www.petitfute.com/guide/356520-b-b-chambre-bleue?element=avis&pc=-1
www.marieclairemaison.com/,la-chambre-bleue,200281,50423.asp
www.vinivi.com/fr-Chambre_dhote-Tunis-Tunisie-r18785-Avis-BB_La_Chambre_bleue.aspx
www.cityzeum.com/chambre-d-hotes-la-chambre-bleue
www.routard.com/hebergement_critique_ajout.asp?id_hebergement=22679




mots-clés: