Le crash de la justice italienne | Jalel El Gharbi
Le crash de la justice italienne Imprimer
Jalel El Gharbi   
Le crash de la justice italienne | Jalel El GharbiLe 6 août 2005, un appareil tunisien de la compagnie Tuninter, de type ATR 72 assurant la liaison Bari-Djerba doit amerrir d’urgence, à 20 kms de Palerme. Le commandant Chafik Gharbi réussit un amerrissage jugé héroïque. Les enregistrements ont permis de mesurer le professionnalisme des quatre hommes d’équipages, tous des Tunisiens.
Bien que le pire ait été évité, sur les 39 personnes à bord, 16 périssent. Il s’agit de 14 passagers italiens et de 2 membres d’équipage tunisiens.
Le bilan est certes lourd, mais il aurait pu être pire si le commandant et ses hommes avaient été moins compétents. L’enquête conclut à une erreur d’installation de la jauge de carburant : lors d’une opération de maintenance, la jauge a été remplacée par celle d’un ATR 42.
Le tribunal de Palerme vient de prononcer son verdict dans cette affaire. Le 23 mars 2009, 9 condamnations sont prononcées par contumace. Elles concernent le pilote et le copilote : 10 ans de prison ferme. Le directeur général de Tuninter et son directeur technique : 9 ans de prison ferme. Deux responsables de la manutention et un mécanicien sont condamnés à 8 ans de prison ferme.
Ce verdict, par trop injuste, constitue un précédent dans les annales judiciaires selon la Compagnie Tuninter et selon l’Association Nationale des Pilotes de l’Aviation Commerciale en Italie qui exprime sa perplexité devant ce jugement.
Le crash de la justice italienne | Jalel El GharbiLa compagnie Tuninter a exprimé son «vif mécontentement» et a interjeté appel.
A Tunis, on ne comprend pas pourquoi une affaire tunisienne survenue dans les eaux internationales est jugée par un tribunal italien.
A Tunis, on insinue que la sévérité du verdict s’explique par les noms des pilotes. Un pilote s’appelant Chafik est condamné là où un Pierre aurait été félicité.
Personne à Tunis n’a parlé de racisme mais nombreux sont ceux qui en sont fermement convaincus.


Jalel El Gharbi
(03/04/2009)


mots-clés: