Georges Adda n’est plus | babelmed
Georges Adda n’est plus Imprimer
babelmed   
Georges Adda n’est plus | babelmed «Je viens de loin. Les Berbères, mes ancêtres, ont connu les Phéniciens, les Romains, les Vandales, les Arabes, les Normands, les Turcs et les Français qui ont successivement occupé mon pays… Ainsi, la Tunisie est mon pays, et le peuple tunisien est mon peuple… Toutes les femmes et tous les hommes qui subissent les injustices politiques et sociales sont mes sœurs et frères. Pour la libération de mon pays, j’ai connu prisons, camps de concentration et déportation des colonialistes français. Aujourd’hui, je me dois d’apporter mon soutien au peuple palestinien martyr» (Georges Adda, Jeune Afrique du 15 octobre 2006)

Tels sont les propos qu’on cite le plus souvent dès qu’on évoque Georges Adda. Une figure importante de l’histoire de la Tunisie qui vient de s’éteindre à 92 ans et à quelques jours de son anniversaire.
Militant de la première heure au sein du Parti Communiste auquel il adhère à l’âge de 18 ans, Georges Adda est devenu l’incarnation de la résistance juive au colonialisme pas seulement en Tunisie mais aussi à l’échelle maghrébine. Son séjour en Algérie en 1943 fut une étape importante dans son parcours. De retour en Tunisie, il reprend la lutte au sein du mouvement communiste et de la jeunesse destourienne, une ramification du néo-Destour du leader Habib Bourguiba. Son action lui valut de connaître prisons et camps de concentration entre 1935 et 1954.
Georges Adda fut toute sa vie un syndicaliste convaincu. Jusqu’à sa mort, il aura contribué à l’action syndicale en Tunisie par des articles aussi documentés que perspicaces qu’il publie sur les pages de L’Avenir, journal francophone dont il fut le directeur, puis sur les pages du Acha’b (Le Peuple) organe de la centrale syndicale tunisienne UGTT (Union Générale des Travailleurs Tunisiens) d’expression arabe. A Tunis, on pleure en lui une figure centrale de la Tunisie plurielle. En France, Georges Adda est plus connu pour être le père du brillantissime Serge Adda, l’ancien patron de TV5.

(30/09/2008)



mots-clés: