Peinture: les «Détours de Mona» | babelmed
Peinture: les «Détours de Mona» Imprimer
babelmed   
  Peinture: les «Détours de Mona» | babelmed Mona Douf est née à Sbeïtla en Tunisie, où elle connaît ses premières influences. Après une formation de Design à l’Ecole des Beaux-Arts de Tunis, c’est plutôt la peinture que Mona Douf choisit comme mode d’expression plastique. Elle commence à exposer en 1998.

Voilà ce que dit Ola A., artiste et critique d'art, de l’exposition qui s’ouvre à Paris:
«Mona Douf investit cette fois des toiles essentiellement carrées, de format ni trop petit ni trop grand. Même si elle a connu de longues phases de noir et blanc, ici, c’est un travail sensible et fluide sur la couleur, le geste et l’espace qui se révèle. Clairement engagée dans la voie de l’abstraction, Mona Douf exploite avec maîtrise l’ouvert, le dedans - le dehors, la fenêtre, ses thèmes de prédilection. En partant de l’espace de la surface blanche bidimensionnel, elle aboutit à un lieu de profondeurs et cela grâce au jeu de transparences obtenu par le biais de couleurs tantôt très diluées tantôt très opaques. Néanmoins, c’est la fluidité du blanc, apportée comme une des valeurs essentielles à l’organisation de la toile qui caractérisent les œuvres de Mona Douf. En dépit de la gestualité forte, intuitive et parfois répétitive, incarnée par la trace que nous laisse son pinceau sur la toile, Douf nous présente à chaque fois une proposition d’organisation de l’espace différente, par un geste qui semble à chaque fois identique mais que la main naturellement ne peut reproduire deux fois de suite pareillement. Même si l’intention et le principe sont les mêmes, il est surprenant de voir que chaque proposition nous apporte des valeurs, des mouvements, des intentionnalités différentes à chaque fois.
Ainsi notre regard circule à travers le mouvement dynamique du geste abstrait et des intercalations de couleurs transparentes, chaudes ou froides, au détour de chaque toile, s’ouvre à nous un espace imaginaire que chacun à son tour est libre d’envisager et de projeter peut-être à l’image de son propre intérieur?» Ola A. (artiste et critique d'art)
mots-clés: